News

Le Sahel célèbre la journée internationale de lutte contre le TIBC

13/11/2020
10 - Reduced Inequalities
11 - Sustainable Cities and Communities
16 - Peace, Justice and Strong Institutions

Ce 14 novembre 2020, pour la première fois est commémorée à travers le monde la journée internationale de lutte contre le trafic illicite des biens culturels. Cette journée rappelle au monde que le vol, le pillage et le trafic illicite de biens culturels se produisent dans tous les pays, privant les gens de leur culture, de leur identité et de leur histoire et que nous devons travailler tous ensemble pour lutter contre ce crime. Cette première célébration concorde avec le 50e anniversaire de la Convention de 1970.

Même s’il est moins connu, le trafic illicite des biens culturels constitue la forme la plus ancienne de trafic transfrontalier organisé. Il occupe le troisième rang des activités criminelles mondiales après le trafic d’armes et de drogues et contribue au financement du terrorisme, du crime organisé et du blanchiment d’argent. Ces 15 dernières années ont été le théâtre d’une recrudescence du trafic illicite des biens culturels particulièrement dans les zones touchées par les conflits armés, devenant ainsi un sujet de préoccupation majeure pour les pays et pour la communauté internationale.

L’Afrique de l’Ouest Sahel possède un riche patrimoine culturel mobilier allant des manuscrits anciens, aux vestiges paléontologiques tels que les ossements de dinosaures, en passant par les pièces ethnographiques tels que les masques, les stèles etc. Ces objets peuvent se trouver dans divers sites. Non pas seulement dans les musées mais également dans des bibliothèques, sites archéologiques ou encore auprès des communautés.

Nous pouvons tous contribuer à la protection du patrimoine et ralentir le trafic illicite des biens culturels dans le Sahel. Engageons-nous, toutes et tous citoyens, touristes, jeunes, et devenons, nous aussi des héros du patrimoine.

Grâce à la coopération internationale, les Etats et les acteurs sur le terrain, des efforts considérables ont été menés afin de lutter contre la destruction, le pillage et la contrebande des biens culturels. Divers acteurs contribuent à la protection des biens culturels. Parmi ces héros, il y’a les acteurs du patrimoine mais aussi les forces de l’ordre et de sécurité : douaniers, policiers qui jouent ce rôle important de gardien du patrimoine. En effet, la protection des biens culturels est une entreprise généralement associée aux professionnels du patrimoine culturel tels que les archéologues, les conservateurs de musées, les historiens d’arts etc. Toutefois, lorsque cette protection devient une obligation légale et que les actes contraires à la loi sont érigés en infraction pénale, elle implique la participation des forces de l’ordre. Depuis deux ans, l’UNESCO, ses partenaires et les pays d’Afrique de l’Ouest, Sahel déroulent un programme de renforcement des réseaux opérationnels à travers des programmes de formation des acteurs clés, la recherche, l’amélioration des cadres légaux nationaux etc.