Article

Le Sénégal s’engage pour le renforcement de la protection de ses biens culturels : consultation nationale pour la révision de la loi sur le Patrimoine

31/05/2021
11 - Sustainable Cities and Communities
16 - Peace, Justice and Strong Institutions

Conservation préventive dans une réserve muséale © UNESCO Dakar/ Guiomar Alonso

 

Le Sénégal démarre un processus d’actions pour renforcer la protection de son patrimoine dont un projet de révision de la loi n° 71-12 du 25 janvier 1971 qui fixe le régime des sites et monuments historiques et celui des fouilles et découvertes y compris, pour intégrer des mesures concernant la lutte contre le trafic illicite des biens culturels. Coïncidant avec la journée de l’Afrique et surtout l’entrée en vigueur de la Chartre de la Renaissance Culturelle Africaine, l’atelier de consultation nationale qui marque la première étape de ce processus s’est déroulé les 25 et 26 mai à Dakar et a permis de mobiliser une trentaine d’acteurs multipartites sous la présidence de Monsieur Demba Faye, directeur de cabinet du Ministre de la Culture et de la Communication, Mme Guiomar Alonso, conseillère régionale pour la Culture du Bureau de l’UNESCO pour l’Afrique de l’Ouest et de l’ancien ministre de l’urbanisme et de l’aménagement du territoire Monsieur Seydou Sy Sall en qualité de modérateur.

Nos lieux de mémoire, nos lieux sacrés, notre patrimoine culturel immatériel, cette convention de 2001 sur le patrimoine subaquatique que nous venons de ratifier sont autant d’éléments qui nous obligent à revoir cette loi qui n’est plus adaptée au contexte actuel de notre environnement qui est en plus marqué par des mutations économiques fortes et une urbanisation qui fait qu’on n’a plus les traces de notre patrimoine matériel.

M. Abdoul Aziz Guissé, Directeur du patrimoine culturel

Cette rencontre portée par la Direction du Patrimoine Culturel vise à engager l’ensemble des parties prenantes nationales concernées dans ces efforts de consolidation des outils et mesures de protection du patrimoine culturel au Sénégal en vue de l’élaboration d’un avant-projet de loi. Parmi les participants y étaient représentés, des responsables de la gestion du patrimoine culturel, de la recherche et formation, architectes, notaires spécialistes du foncier, juristes ou encore des archéologues, urbanistes ainsi que les forces l’ordre et de sécurité chargées de l’application de la loi.

Je suis convaincue qu'une entente et un dialogue constructif entre les différents acteurs de ce processus de révision de la loi, pourront donner des résultats significatifs pour l'amélioration des mécanismes de protection du patrimoine culturel au Sénégal, pour que ceux qui viennent derrière nous puissent le voir, le toucher, et sentir la mémoire, car comme on dit, le patrimoine est la mémoire du futur.

Mme Guiomar Alonso Cano, Conseillère régionale pour la Culture au Bureau de l'UNESCO pour l'Afrique

Cette initiative fait suite à la formation en ligne organisée en juin 2020 par le Bureau de l’UNESCO à Dakar et ses partenaires, pour le renforcement des réseaux opérationnels de lutte contre le trafic des biens culturels au niveau régional et s’inscrit dans une dynamique plus large qui prévoit la mise en place d’une procédure effective de certification et autorisation d’exportation, et de fouilles archéologiques ou encore le développement d’une banque d’images des pièces maitresses des biens culturels nationaux.

Depuis de nombreuses années, l’Etat du Sénégal mène des actions pour la préservation du Patrimoine culturel en collaboration et avec le soutien technique et financier de l’UNESCO à travers son Bureau Régional pour l’Afrique de l’Ouest et le Sahel afin d’accompagner les pays dans la mise en œuvre effective de la Convention de l’UNESCO de 1970 à laquelle le Sénégal est Etat partie signataire depuis 1984, mais aussi de préserver les autres formes de patrimoine comme le patrimoine immatériel, le patrimoine mondial culturel et naturel ou encore le patrimoine culturel subaquatique.

 

Lien utile :

Liens associés :