Construire la paix dans l’esprit
des hommes et des femmes

Shamila Nair-Bedouelle nommée au poste de Sous-Directrice générale pour les sciences exactes et naturelles

02 Avril 2019

Shamila Nair-Bedouelle a pris ses fonctions de Sous-Directrice générale pour les sciences exactes et naturelles le 1er avril 2019.

Elle exerçait jusqu’à présent les fonctions de Directrice d’Action pour l’Ozone du Programme des Nations-Unies pour l’Environnement (PNUE), où elle a été responsable de l’Agence pour la mise en oeuvre du Fonds Multilatéral pour le Protocole de Montréal par le PNUE.

Dans ce cadre, elle a travaillé avec les pays en développement et coordonné avec succès un réseau unique de 147 bureaux nationaux d’Action pour l’Ozone. Elle a assisté ces pays scientifiquement et techniquement dans leurs choix de technologies alternatives aux substances chimiques qui appauvrissent la couche d’ozone. Elle a continué à promouvoir le rôle des femmes en sciences et technologie en lançant le premier programme de formation de femmes techniciennes.

Née en 1960, Shamila Nair-Bedouelle est titulaire d’un Doctorat en sciences du vivant obtenu à l’Université de Cape Town en Afrique du Sud. Elle a poursuivi sa carrière dans la recherche à l’Institut Pasteur à Paris à partir de janvier 1992, puis dans l’industrie pharmaceutique à Boston aux Etats-Unis à partir de janvier 1994 au MIT University Park, et enfin à l’Institut national de la santé et de la recherche médicale (INSERM) à partir de janvier 1996. Elle a publié dans de nombreux journaux scientifiques internationaux majeurs et est co-inventeur de brevets scientifiques.

Elle a reçu en 2000 une habilitation à diriger des recherches à l’Université de Paris V en France et a obtenu en 2017 le titre de Directrice de recherche de première classe à l’Institut national de la santé et de la recherche médicale en parallèle de sa carrière dans le système des Nations-Unies.

Shamila Nair-Bedouelle possède une longue expérience dans la direction, l’élaboration et la gestion de programmes de coopération scientifique internationale et d’anticipation des besoins scientifiques et techniques émergents. Elle a été détachée par l’INSERM à la Commission Européenne de 2002 à 2007, à des postes à responsabilités en tant qu’officier scientifique, coordinatrice scientifique adjointe et gestionnaire de programmes scientifiques.

En janvier 2007, étant Directrice de Recherche à l’Institut national de la santé et de la recherche médicale, elle a été détachée auprès de l’UNESCO où elle a occupé le poste de responsable du programme Ethique des sciences et des technologies.

Elle a ensuite été nommée en août 2008 au Secteur des Sciences exactes et naturelles en tant que Chef de l’Unité Plan d’Action Consolidé pour les sciences et technologies en Afrique au sein de la Division des Politiques Scientifiques et du Renforcement des Capacités. Dans ce cadre, elle a géré le Cluster des Nations Unies pour les sciences et technologies en Afrique et représentait l’UNESCO au Conseil Ministériel Africain pour les Sciences et Technologies.

En janvier 2010, elle a été nommée Coordinatrice du groupe de travail pour l’égalité des sexes et pour la parité Hommes/Femmes au programme de l’UNESCO. Elle a aussi initié le premier Camp de sciences pour les jeunes filles en Afrique du Sud et coordonné les projets sur l’enseignement technique et scientifique en Afrique pour l’UNESCO. Dans la continuité, elle a travaillé avec le Département Afrique comme responsable de l’évaluation des programmes scientifiques de l’UNESCO en Afrique à partir de janvier 2012, avant d’intégrer le PNUE en tant que Directrice du programme d’Action pour l’Ozone fin 2012.