#StopRacisme : Barcelone lance une campagne antiraciste sur fond de #Covid19

27/03/2020
03 - Good Health & Well Being

De nombreuses actions de soutien mutuel et de solidarité envers les populations les plus vulnérables ont émergé pour faire face à la situation générée par #Covid19, et notamment envers les personnes infectées par le virus, le personnel médical et de santé, le personnel de l’agro-alimentaire et des services, les personnes âgées, les personnes sans domiciles fixes et pauvres. Simultanément, la pandémie a alimenté des actes racistes et xénophobes partout, y compris des discours de haine et de la stigmatisation en ligne, visant principalement certaines populations qui sont, ou sont perçues comme étant, d'origine asiatique.

Pour sensibiliser ses citoyens, la Ville de Barcelone (Espagne), membre de la Coalition européenne des villes contre le racisme de l’UNESCO (ECCAR) et de la Coalition internationale des villes inclusives et durables de l’UNESCO (ICCAR), a lancé une campagne sur les réseaux sociaux avec le hashtag #StopRacisme le 21 mars 2020, lors de la Journée internationale pour l’élimination de la discrimination raciale.

La campagne met en lumière six militantes qui, dans le contexte de la crise #Covid19, ont expliqué comment le racisme et la xénophobie se sont aggravés : la Coordinatrice de l’Association de Femmes Migrantes Diverses Carmen Juares, la gestionnaire culturelle Ma Kexing, l’actrice Sílvia Albert, la féministe et militante pour les droits des Roms Paqui Perona, l’analyste de données Míriam Hatibi, et la journaliste et productrice culturelle Tània Adam.

Silvia Albert appelle à la solidarité avec « les plus précaires, celles et ceux qui ne comptent pas, les victimes de la traite des êtres humains, celles et ceux qui font des tresses sur la plage, qui vendent des bracelets ou qui survivent en cuisinant pour les vendeurs de rue… Aujourd’hui, il en va de notre responsabilité de penser aux exclus des exclus et de faire en sorte que ces pensées se transforment en actions. »

Lutter contre le racisme, « ce n’est pas seulement dénoncer des situations individuelles et concrètes… ce n’est pas une somme d’anecdotes, » explique Míriam Hatibi. Elle ajoute que des structures et initiatives concrètes doivent être mises en place pour créer des villes antiracistes.

Barcelone, une des membres les plus actives d’ICCAR, a été à l'avant-garde de plusieurs initiatives de lutte contre le racisme, lançant régulièrement des activités de sensibilisation en coopération avec la société civile. La ville soutient une plate-forme web développée par des ONG locales intitulée « Emergencia Contra El Racismo » (Urgence contre le racisme) qui permet au public de signaler des actes racistes et discriminations en ligne. Cet outil fournit des lignes directrices sur la manière d’agir si l'on est confronté ou témoin d'un acte de discrimination ou de négligence.

Voir aussi :

***
La Coalition internationale des villes inclusives et durables de l’UNESCO - ICCAR, lancée en 2004, est une plateforme de villes qui entreprend un large éventail d'initiatives - allant de l'élaboration de politiques et du renforcement des capacités aux activités de sensibilisation. Elle plaide en faveur d’une solidarité et d’une collaboration mondiales pour promouvoir un développement urbain inclusif et exempt de toute forme de discrimination.

Les idées et opinions exprimées dans cet article sont celles de(s) l'auteur(s) et ne reflètent pas nécessairement les vues de l’UNESCO. Les appellations employées dans cet article et la présentation des données qui y figurent n'impliquent de la part de l'UNESCO aucune prise de position quant au statut juridique des pays, territoires, villes ou zones ou de leurs autorités, ni quant au tracé de leurs frontières ou limites.