Symposium international « Guérir les blessures de l'esclavage : pour un rétablissement mutuel »

12 Octobre 2018

infocus_healing_wounds.jpg

© Shutterstock.com / Raimonds Romans raymoonds

La traite et l’esclavage ont nécessité la mise en place d’un complexe système d’oppression et d’exploitation par lequel des dizaines de millions de personnes ont été réduites à la condition de « biens meubles » en vue de justifier leur déshumanisation. Ces épisodes horrifiants de l’histoire humaine ont incontestablement laissé leurs empreintes à travers les siècles dans les mémoires individuelles et collectives, étant à l’origine des préjugés raciaux et des discriminations qui hantent encore nos sociétés.

Afin de mettre en évidence les conséquences psychosociales de l’un des plus grands crimes contre l’humanité, sous une optique à la fois historiographique et contemporaine, le projet de l’UNESCO « La Route de l’esclave : résistance, liberté, héritage » organise un Symposium international à l'Université de Georgetown, les 18 et 19 octobre 2018 en collaboration avec la Fondation Guerrand-Hermès pour la Paix et le Centre Berkley pour la religion, la paix et les affaires mondiales.

Nous avons désormais suffisamment de recherches sur cette histoire effroyable pour reconnaître que la mémoire intrinsèque de l’esclavage est traumatique en elle-même. En effet, des travaux d’historiens ont dévoilé les conséquences psychologiques du système esclavagiste sur les descendants des protagonistes de cette tragédie.  Des études récentes en épigénétique ont démontré l’existence de traces, sur l’ADN, de ces traumatismes et leur transmission intergénérationnelle. La non prise en compte de ces effets psychologiques dans le curricula et la formation des professionnels de la santé a empêché pendant longtemps un traitement adéquat.

Il est devenu indispensable de mieux comprendre les traumatismes de l’esclavage et du racisme institutionnalisé qui perpétuent les blessures héritées de l’histoire dans les sociétés actuelles, afin de progresser dans le combat contre les inégalités et les discriminations en tout genre et faciliter la réconciliation.

Le Symposium sur « Guérir les blessures de la traite négrière et de l'esclavage : pour un rétablissement mutuel » vise à engager un échange fructueux entre neuroscientifiques, psychiatres, praticiens, historiens, théologues et sociologues provenant des différentes régions du monde. Ils feront notamment le point sur les dernières connaissances scientifiques dans ce domaine et proposeront des pistes pour favoriser l’apaisement par rapport à ce passé douloureux.

La particularité de cette rencontre c’est d’aborder de manière holistique les conséquences psychologiques de cette tragédie aussi bien sur les descendants des victimes de l’esclavage que sur les descendants des esclavagistes et d’explorer ensemble les voies et moyens pour une guérison commune et un rétablissement mutuel.

Lors des séances plénières, le panel interdisciplinaire de participants apportera un éclairage objectif sur les questions suivantes :

  • Quelles leçons pouvons-nous tirer d'autres tragédies déshumanisantes de l'histoire du monde ?
  • Quelles sont les dernières approches et résultats des recherches sur les conséquences psychosociales de la traite transatlantique des esclaves et de l'esclavage ?
  • Quelles sont les différentes expériences et processus de guérison des blessures des traumatismes historiques ?
  • Quels sont les principaux obstacles et résistances à la guérison ?
  • Quelles seraient les étapes nécessaires pour concevoir un programme pilote visant à panser les plaies de la traite transatlantique des esclaves et de l'esclavage ?
  • Quelles seraient les stratégies appropriées pour communiquer et informer le public afin de mieux comprendre les défis à relever pour surmonter ces séquelles ?

Depuis sa création, le Projet « La route de l’esclave : résistance, liberté, héritage » mène un vaste travail de recherche, de plaidoyer et de sensibilisation sur l’histoire de la traite et de l’esclavage, reconnus comme un crime contre l’humanité. En faisant de cette thématique une priorité phare, l’UNESCO invite à agir contre l’oubli collectif qui nourrit l’ignorance, les préjugés et la haine. Ce Symposium s’inscrit dans le cadre de la Décennie des Nations Unies pour les personnes d’ascendance africaine (2015-2024) et la célébration du 70e anniversaire de la Déclaration universelle des droits de l'Homme, car il met en lumière l’héritage commun issu de cette histoire tragique.