Le système judiciaire au service du droit à l’éducation au Brésil

07 Novembre 2018

rte-brazil-c-unesco_-_andres_pascoe.jpg

© UNESCO/Andrés Pascoe

Le professeur Nina Ranieri, titulaire de la Chaire UNESCO sur le droit à l’éducation à l’Université de Sao Paolo au Brésil, nous parle des effets très concrets de la loi sur le droit à l’éducation dans son pays.

Elle s’est entretenue avec l’UNESCO à l’occasion du 70e anniversaire de la Déclaration universelle des droits de l’homme.

Le droit d’accès à l’éducation gratuite et obligatoire au Brésil est inscrit dans la Constitution fédérale de 1988, et des responsabilités précises sont énoncées pour les systèmes d’éducation fédéraux, étatiques et municipaux. Il figure également dans la Constitution en tant que droit individuel.

Depuis, des progrès ont également été faits pour informer les individus sur leur droit à l’éducation.

« C’est l’une de nos réussites, » a-t-elle dit. « Nous le voyons à la façon dont le système judiciaire est utilisé pour faire appliquer ce droit et au fait que les gens ordinaires savent qu’ils disposent d’un recours juridique. Au Brésil, le procureur général et le défenseur public jouent des rôles importants, en agissant avec force et détermination pour faire valoir le droit à l’éducation pour tous », ajoute le professeur Ranieri.

Cela est particulièrement évident dans le domaine de l’éducation précoce et préscolaire.

« Grâce à l’application correcte de la loi, nous avons assisté à l’expansion considérable de l’éducation préscolaire », a-t-elle dit. « Lorsqu’il y a un écart entre les lois adoptées par l’État et la réalité sur le terrain, c’est à la Cour suprême fédérale et à la Constitution d’y remédier. De nombreux procès ont eu lieu sur le thème de l’éducation, qui ont majoritairement abouti à une décision en faveur des jeunes enfants. »

Une étude réalisée par le professeur Ranieri dans le cadre de son travail en tant que titulaire de Chaire UNESCO a révélé que les procès jouaient un rôle essentiel dans l’élargissement du droit à l’éducation à Sao Paolo.

Rendre le droit à l’éducations une réalité pour tous

« Nous avons fait d’immenses progrès ces 20 dernières années. Aujourd’hui, le problème n’est plus l’accès mais la qualité. En 2015, le pays comptait 50 millions d’élèves inscrits dans l’éducation, dont 28 millions dans l’enseignement élémentaire », a déclaré le professeur Ranieri.

« En revanche, le nombre de décrochages au lycée est encore très élevé. Le processus de réformes sociales montre des progrès significatifs par rapport aux périodes précédentes mais il reste beaucoup à faire en termes d’efficacité et de qualité. »

« Notre plus grand problème réside dans la qualité des enseignants et de la formation des enseignants. Le métier d’enseignant n’est pas très valorisé. Personne ne veut enseigner dans le système scolaire public, et cela pour plusieurs raisons, notamment la sécurité et la rétribution financière », a-t-elle dit.

Les écoles publiques sont le principal prestataire d’éducation au Brésil, et le professeur Ranieri a ajouté que les réformes portant sur la qualité devraient aussi englober le programme d’études et les infrastructures.

Première Chaire consacrée au droit à l’éducation du Brésil

La Chaire UNESCO est la première consacrée au droit à l’éducation au Brésil, dont la création avait été proposée par le Rapporteur spécial des Nations Unies sur le droit à l’éducation, M. Kishore Singh (également interviewé pour cette série).

« Notre principale préoccupation est de comprendre comment la loi peut aider à garantir le droit à l’éducation. Nous avons déjà eu 10 thèses de doctorat et 15 dissertations présentées sur ce thème. En outre, nous organisons des séminaires, des ateliers et des activités avec les étudiants de premier cycle », a-t-elle dit.

« Il est aussi extrêmement important que nous utilisions le réseau des Chaires UNESCO pour partager des expériences et des bonnes pratiques. Nous devons apprendre de ceux qui nous ont précédés et tirer les leçons de leurs expériences », a-t-elle dit. « L’UNESCO a un rôle très important à jouer pour nous rassembler. »

Alors que la Déclaration universelle des droits de l'homme marque son 70e anniversaire, l'UNESCO lance une campagne digitale sur le #DroitàlÉducation, un droit prioritaire et au cœur de sa mission mondiale consistant à garantir l'égalité d'accès à une éducation de qualité. En savoir plus