Article

Tchad : L’UNESCO facilite la protection contre la pandémie du Corona Virus chez les analphabètes par le biais de la communication visuelle et les langues locales

19/11/2020

Pour améliorer l’accès à tous a des mesures protectrices contre la COVID-19, l’UNESCO a mis à la disposition des populations tchadienne, majoritairement analphabètes, des affiches en langues d’expérimentation de l’alphabétisation. Ces affiches sont traduites en dix langues vernaculaires que sont : Moundang, Zimé, Ngambay, Sar, Maba, Boudouma, Kanembou, Arabe tchadien, Massa et Dangleat.

Pour améliorer l’accès à tous a des mesures protectrices contre la COVID-19, l’UNESCO a mis à la disposition des populations tchadienne, majoritairement analphabètes, des affiches en langues d’expérimentation de l’alphabétisation. Ces affiches sont traduites en dix langues vernaculaires que sont : Moundang, Zimé, Ngambay, Sar, Maba, Boudouma, Kanembou, Arabe tchadien, Massa et Dangleat.

 

Le Programme de Développement des Capacités pour l’Education (CapED), qui porte cette initiative, se réfère aux affiches produites en français et en arabe littéraire par le Gouvernement tchadien en partenariat avec le système des Nations Unies dans le pays.  

 

Elles sont postées dans toutes les provinces du pays, déclinées dans des formats variés et permettent un accès facile et fiable à l’information en langue locale. Ces affiches sont visibles sur les artères les plus fréquentés; les églises, les mosquées, les établissements scolaires et même devant les concessions familiales…

 

Jean Baptiste, habitant de Dafra dans la province de la Tandjilé, estime que sa plus grande peur concernant la Covid-19 réside dans la non-disponibilité d’un vaccin contre cette maladie, ajouté à la limite communicationnelle avec en prime tous les supports de communication déclinés exclusivement en français et arabe. Cette démarche ne facilitait pas un meilleur accès du contenu des messages. Ainsi, l’approche développée par l’UNESCO en traduisant les affiches dans sa langue maternelle, le Mesmé, a substantiellement facilité la compréhension et l’adhésion de sa famille au respect des mesures barrières édictées par les autorités sanitaires a-t-il affirmé.

 Très enthousiasmé en réceptionnant ces affiches en Ngambay, M. Mbailassem Firmin, moniteur de l’école de dimanche dans l’Eglise évangélique du Tchad, se réjouie en disant : A travers ces affiches dans les langues maternelles, la communauté peut aisément s’approprier, se protéger et protéger les autres. Dans nos villages, nous partageons une concession avec tous les membres de la grande famille et les lieux publics comme les marchés hebdomadaires, les lieux de deuils, ces affiches en langue locales facilitent un meilleur accès aux messages par les ménages.

L’UNESCO pour sa part, estime que les messages de prévention doivent s’adresser à l’ensemble de la population du Tchad, y compris les populations les plus vulnérables, grâce à des outils accessibles à tous.