Tous les candidats sont lauréats : Prix 2020 de l'Alliance pour l’éducation aux médias et à l'information de l'UNESCO

18/11/2020

L'édition 2020 de la Semaine mondiale de l’éducation aux médias et à l'information a eu lieu en ligne cette année afin de s'adapter au contexte de la crise sanitaire à laquelle le monde est confronté aujourd'hui. C'était la première célébration entièrement en ligne depuis dix ans.

Le paradoxe de la pandémie COVID-19 et des désinfodémies qui y sont associées est qu'elles mettent en lumière un grand nombre d'initiatives d’éducation aux médias et à l'information qui existaient bien avant la crise. 
Des individus, des organisations et des réseaux ont investi des décennies pour aider les gens à s'autonomiser grâce à l’éducation aux médias et à l'information (EMI), en activant leur réflexion critique dans l'écologie de l'information, de la communication et des contenus numériques.

La reconnaissance de la motivation, des sacrifices et des réalisations de ces acteurs contribue à :

  1. Mettre en évidence et partager les bonnes pratiques en matière de promotion de l’EMI afin que les gens puissent bénéficier davantage de la transformation numérique tout en résistant à la désinformation ;
  2. Motiver les autres acteurs des initiatives liées à l’EMI à continuer de faire pression pour le changement ;
  3. Attirer l'attention internationale sur l'impact positif des actions en matière de l’EMI et ainsi favoriser la durabilité.

Compte tenu de la demande croissante de l’EMI et d'acteurs connexes, le processus de sélection a été difficile. Le comité des prix a sélectionné 6 gagnants :

Première place

  • Michelle Ciulla-Lipkin représente la "National Association for Media Literacy Education" (NAMLE), un réseau des États-Unis d'Amérique qui conçoit et met en œuvre l'éducation aux médias dans les écoles, les villes et les environnements de divertissement. "NAMLE" et ses membres sont actuellement les principaux moteurs de l'éducation aux médias aux États-Unis. L'organisation s'engage également dans une importante coopération internationale pour promouvoir l’EMI. NAMLE transmet les meilleures pratiques d'éducation aux médias aux étudiants, aux éducateurs, aux parents, aux organisations, aux écoles, aux universités et au grand public par le biais de programmes, de conférences, de réseaux et de collaborations. Michelle Ciulla-Lipkin représente et promeut inlassablement l'éducation aux médias. Par le biais d'actions liées à l’EMI, Michelle et NAMLE mettent des bâtons dans les roues en ce qui concerne les violations des droits de l'homme, la réduction de la pauvreté, la diversité culturelle et l'environnement.   
  • Willice Onyango représente le "Youth Cafe Limited" au Kenya, qui a pour objectif de diriger l'organisation afin de doter plus de 5 millions de jeunes hommes et femmes en Afrique de compétences clés en matière de maîtrise des médias et de l'information : pensée critique, vérification des faits, sécurité en ligne, vérification des médias sociaux et évaluation de la qualité des informations en ligne et de leurs sources. Ils espèrent devenir un point de référence en matière d'éducation aux médias pour la jeunesse africaine. Le Youth Cafe est une organisation dirigée par des jeunes et au service des jeunes qui, entre autres objectifs, s'efforce de permettre à la population jeune d'Afrique de prendre en charge la croissance des médias en Afrique. L'organisation a publié des recherches de pointe et des plaidoyers sur la maîtrise des médias et de l'information chez les jeunes Africains, touchant ainsi plus d'un million de jeunes.

Deuxième place

  • Silvia Bacher représente "Las Otras Voces, Comunicacion para la Democracia (LOV)" en Argentine. L'organisation a travaillé activement à l'établissement de l'agenda politique et éducatif EMI, a créé des programmes et établi des alliances en Argentine, en Amérique latine et en Espagne. Les activités mises en œuvre sont à plusieurs niveaux et dynamiques. LOV travaille selon trois perspectives : politique, académique et territoriale.
  • Sam Wineburg de l'Université de Stanford aux États-Unis, soutient les compétences et les outils de "lecture latérale" de l'éducation aux médias dans les écoles. Le professeur Sam Wineburg et le Centre d'enseignement de l'histoire de Stanford dispensent le programme de Stanford à des millions d'étudiants aux États-Unis.  Leurs cours d'éducation civique et d'histoire aident à communiquer les meilleures pratiques d'éducation aux médias aux étudiants, aux éducateurs, aux parents, aux organisations, aux écoles, aux universités et au grand public.

 

Troisième place

  • Le professeur brésilien Carlos Lima a créé un programme éducatif au sein de l'organisation "Imprensa Jovem" (Presse des jeunes) qui illustre l'application de l’EMI dans les programmes d'éducation de base. Le programme permet aux enseignants et aux étudiants d'acquérir des compétences en LIM par le biais de processus participatifs dans les activités scolaires et extrascolaires. Il aborde différents langages médiatiques, la lecture critique des médias, les ressources éducatives ouvertes, les TIC et les SDG - y compris au sein des agences de presse scolaires.
  • Syed Ommer Amer, a fondé l'institution "Daastan" au Pakistan, qui influence l'éducation aux médias et à l'information en général. L'organisation mène des campagnes thématiques mensuelles qui utilisent le récit comme outil pour promouvoir le dialogue interculturel, le rétablissement de la paix par la littérature ainsi que le rôle et la sécurité des journalistes au Pakistan. Récemment, Daastan a lancé le concours de nouvelles #WeToo en collaboration avec Stories to Action - une plateforme mondiale qui travaille à la diffusion d'informations vérifiées sur les droits en matière de santé sexuelle et reproductive dans le contexte de la crise sanitaire actuelle.

 

L'annonce des prix de l'Alliance EMI de l'UNESCO a eu lieu parallèlement au raffinement stratégique et à la relance de cette alliance et à l'adoption de la Déclaration de Séoul sur l'éducation aux médias et à l'information pour tous et par tous.

"Une telle reconnaissance motive, stimule et s'approprie le partage des expériences et des connaissances en matière EMI" a déclaré "Alton Grizzle, le spécialiste du programme de l'UNESCO qui coordonne les actions mondiales de l'UNESCO en matière EMI. Il a poursuivi : "Lorsque le travail acharné et l'innovation des acteurs de l’EMI sont célébrés par la communauté, cela crée de nouveaux champions de l’EMI".

L'Alliance EMI de l'UNESCO organisera une cérémonie de remise de prix sur la plateforme MIL CLICKS de l'UNESCO. Nous vous invitons à visiter et à suivre les pages des médias sociaux MIL CKLICKS pour recevoir les mises à jour. Pour des informations plus détaillées sur les gagnants 2020 et tous les candidats, veuillez visiter le site officiel de l'Alliance EMI de l'UNESCO ici.