Construire la paix dans l’esprit
des hommes et des femmes

Trois nouveaux États annoncent leur intention de ratifier le Deuxième Protocole relatif à la Convention de La Haye pour la protection des biens culturels en cas de conflit armé

30 Avril 2019

Pendant la conférence de haut-niveau intitulée « Protection des biens culturels : Conférence internationale sur le 20e anniversaire du Deuxième Protocole de 1999 à la Convention de La Haye de 1954 », les représentants de l’Irak, du Liban et de la Somalie ont annoncé leur intention de ratifier le Deuxième Protocole de 1999 relatif à la Convention de La Haye pour la protection des biens culturels en cas de conflit armé, rejoignant ainsi les 82 États parties actuels du protocole.

Cette conférence constituait un événement international majeur organisé par l'UNESCO avec le soutien du gouvernement suisse à Genève (Confédération suisse), les 25 et 26 avril 2019. Plus de 270 participants, représentant plus de 60 États, 40 organisations internationales gouvernementales et non gouvernementales et 20 institutions universitaires, ont pris part aux délibérations sur les succès, les défis et l'avenir du Deuxième Protocole de 1999.
La Conférence a été ouverte par Mme Pascale Baeriswyl, Secrétaire d’État du Département fédéral des Affaires étrangères du gouvernement suisse, M. Ernesto Ottone R., Sous-Directeur général de l’UNESCO pour la culture, M. Balthasar Staehelin, Directeur adjoint du Comité international de la Croix-Rouge et M. Michael Møller, Directeur général de l'Office des Nations Unies à Genève.

« Le patrimoine culturel parle aux âmes des gens, c'est une expression de leur identité. Il est souvent délibérément ciblé, afin d'intimider et d'anéantir le tissu social d'une communauté », a déclaré Pascale Baeriswyl dans son discours d'ouverture. « De tels actes ne peuvent rester impunis, et nous devons préserver ce qui peut encore être préservé. »

Michael Møller a souligné que « l'importance persistante de la Convention de La Haye et du Deuxième Protocole peut être constatée dans des cas tels que Bamiyan (Afghanistan), Tombouctou (Mali) et Palmyre (Syrie). La culture n’est pas seulement une question de pierres, mais d’identité humaine. »
Mme Karima Bennoune, Rapporteuse spéciale dans le domaine des droits culturels, a encouragé les États à ratifier le Deuxième Protocole dans un message vidéo. Elle a souligné que la nécessité de protéger et de favoriser l’accessibilité au patrimoine culturel fait partie intégrante des droits culturels, rappelant que la « protection renforcée » des biens culturels revêt une importance majeure pour l'humanité, de même que sont nécessaires les sanctions, définies dans le Deuxième Protocole, en cas de graves violations des biens culturels.

Plusieurs questions ont été abordées dans les débats, telles que la prise en compte des droits de l’homme dans la protection du patrimoine culturel, le rôle des acteurs non gouvernementaux ou encore les mécanismes d’intervention d’urgence dans les conflits armés modernes. En conclusion de la conférence, le gouvernement suisse a mis en exergue les recommandations clés, notamment l'adoption d'une législation nationale solide, la définition d'une stratégie transversale et d'une stratégie de renforcement des capacités au profit des États, ainsi que la promotion de la coopération entre les parties prenantes aux niveaux national et international. Les travaux de la conférence seront rendus publics en juin 2019.