Construire la paix dans l’esprit
des hommes et des femmes

L’UNESCO réaffirme son engagement dans la lutte contre l’antisémitisme à l’occasion d’une conférence universitaire internationale

22 Février 2018

La Conférence internationale Mettre un terme à l’antisémitisme ! a rassemblé à Vienne (Autriche), du 18 au 22 février, 140 experts sur l’antisémitisme et plus de 800 participants afin d’analyser les mesures et les politiques de prévention et de lutte contre l’antisémitisme. La conférence, organisée par les universités de Vienne, Tel Aviv et New York et par le Congrès juif européen, a passé en revue les travaux de recherche menés actuellement sur les racines historiques de l’antisémitisme – de l’antiquité et du Moyen-Âge à l’époque moderne et aux sociétés contemporaines. Elle a exploré sa nature changeante et ses fonctions sociales et politiques dans divers environnements, ainsi que l’impact des politiques menées dans un large éventail de domaines pour freiner la montée de l’antisémitisme ces vingt dernières années.

Les discussions ont réuni des historiens, des spécialistes des sciences politiques et sociales, des spécialistes de l’éducation, des chefs religieux et communautaires, des militants des droits de l’homme et des décideurs, ainsi que des représentants des organes internationaux tels que l’UNESCO, la Commission européenne, l’Agence des droits fondamentaux de l’Union européenne et l’Organisation pour la sécurité et la coopération en Europe.

L’UNESCO a été invitée à présenter sa vision dans le contexte de « discussions de haut niveau » auxquelles ont participé des personnalités publiques et politiques comme Heinz Fassmann, Ministre fédéral de l’éducation, de la science et de la recherche d’Autriche ; Christian Kern, ancien Chancelier fédéral et chef du Parti social-démocrate autrichien ; Natan Sharansky, Président de l’Agence juive pour Israël et Andrew Baker, représentant personnel du président en exercice de l’OSCE sur la lutte contre l’antisémitisme.

Sur la base du mandat de l’UNESCO visant à promouvoir l’éducation à la citoyenneté mondiale et la compréhension mutuelle grâce au dialogue interculturel, Ana Luiza Thompson Flores, Directrice du Bureau régional de l’UNESCO à Venise, a présenté les travaux de l’UNESCO en matière de lutte contre l’antisémitisme par l’éducation, notamment dans le cadre de son action sur la prévention de l’extrémisme violent et de ses activités relatives à l’enseignement de l’Holocauste et des génocides.

Notant la prévalence de l’antisémitisme en tant que phénomène politique, y compris dans les sociétés où il n’y a pas de Juifs, Ana Luiza Thompson Flores a rappelé à l’ensemble des participants l’importance de pouvoir identifier, surveiller et remédier à toutes les formes d’antisémitisme contemporain, et notamment lorsqu’il s’exprime par la distorsion, la relativisation et le déni de l’Holocauste.

« En cultivant des idéologies ancrées dans la haine, les préjugés et l’inégalité des identités, l’antisémitisme menace la réalisation des droits humains de tous les individus » a affirmé Mme Thompson Flores, mettant en avant des moyens de combattre l’antisémitisme par l’éducation, par exemple en encourageant la réflexion personnelle, la pensée critique, la maîtrise des médias et une meilleure compréhension des fonctions spécifiques des différentes manifestations de cette haine dans le passé et de nos jours.

Elle a souligné l’importance de donner aux établissements scolaires les moyens d’aborder les manifestations de l’antisémitisme en classe et de doter les enseignants de supports d’enseignement et de pédagogies efficaces :

« Face aux nouvelles formes d’antisémitisme, nous devons constamment réinventer nos outils. Pour cela, il est nécessaire de revoir les politiques, de réviser les programmes et les manuels scolaires, d’élaborer de nouveaux supports pédagogiques, de fournir aux enseignants une formation adéquate, d’analyser les pédagogies efficaces et de renforcer les synergies avec le secteur de l’éducation non formelle », a dit Mme Thompson Flores, qui a annoncé le lancement, en mai 2018, de nouveaux Principes directeurs pour la lutte contre l’antisémitisme par l’éducation, qui seront publiés conjointement par l’UNESCO et le Bureau des institutions démocratiques et des droits de l’homme de l’OSCE.