L’UNESCO - Répondre au nettoyage culturel, prévenir l'extrémisme violent

30 Octobre 2017

Le 6 novembre 2017, l’UNESCO accueille une table ronde internationale intitulée : « Répondre au nettoyage culturel, prévenir l'extrémisme violent ».

Bien que le patrimoine culturel ait toujours été victime de conflits, nous avons assisté ces dernières années à des attaques systématiques et sans précédent de la culture comme arme de guerre. En Irak, en Syrie, en Libye, au Yémen, au Mali et ailleurs, les extrémistes ont détruit délibérément des sites du patrimone, ont ciblé des minorités culturelles, ethniques et religieuses et ont forcé le déplacement des peuples, contribuant à l'érosion de leurs pratiques immatérielles du patrimoine culturel et des expressions culturelles. Ces attaques contre la culture et les populations forment une stratégie délibérée que la Directrice générale a appelé le « nettoyage culturel », qui est une caractéristique principale de l'extrémisme violent d’aujourd'hui.

La discussion se concentrera sur les  importantes répercussions sociales et culturelles des attaques à l’encontre de la culture - y compris le déni des droits culturels, le déplacement des peuples et  l’affaiblissement des expressions culturelles. Il sera, en particulier, fait état des efforts salutaires de l’UNESCO  pour réhabiliter les mausolées de Tombouctou, soulignant ainsi l'importance de la culture pour guérir les communautés sortant d’un conflit.

L'UNESCO a mobilisé la communauté internationale autour de la défense de notre patrimoine partagé, favorisant le rôle de la culture sous toutes ses formes (patrimoine et expressions culturelles).  L'Organisation a également mené la lutte contre le trafic illicite de biens culturels dans le but de freiner le financement du terrorisme et des activités criminelles. Les efforts de l'UNESCO ont abouti à l'adoption de deux résolutions historiques du Conseil de sécurité de l'ONU. La première résolution 2199, adoptée en février 2015, reconnaît le trafic illicite de biens culturels en provenance d'Irak et de Syrie comme une source clé de financement du terrorisme et empêche le commerce d'objets culturels issus de ces pays. La seconde, la résolution 2347, adoptée en mars 2017, représente la première Résolution du Conseil de sécurité de l'ONU sur la protection du patrimoine culturel, reconnaissant le rôle que la culture et la protection du patrimoine jouent dans le maintien de la paix et la sécurité internationale.

Le panel sera composé de :

Irina Bokova, Directrice générale de l’UNESCO
Faryad Rawandozi, Ministre de la culture d’Iraq
Fatou Bensouda, Procureur de la Cour pénale internationale
N’diaye Ramatoulaye Diallo, Ministre de la culture du Mali
Karima Bennoune, Rapporteuse spéciale dans le domaine des droits culturels
Mohamed Elmoctar Cisse, résident de Tombouctou

La table ronde se déroulera de 14h30 h à 16h30 et pourra être visualisé via le webcast en direct:

Lien

Langue

mms://stream.unesco.org/live/room_10_floor.wmv,

FLOOR

mms://stream.unesco.org/live/room_10_en.wmv

EN

mms://stream.unesco.org/live/room_10_fr.wmv,

FR

En lien avec cet événement, Irina Bokova, Directrice générale de l’UNESCO, Faryad Bawandozi, Ministre de la culture iraquien et Francesco Rutelli, Président de l’association italienne “Culture Priority”, inaugureront le 6 novembre 2017 à 9h30 la réplique de la statue du Taureau de Nimrud, située à l’entrée de l’UNESCO, place de Fontenoy.

Cet événement fait partie d'une série d'événements organisés sous le thème « UNESCO's Soft Power Today » mettant en évidence l'utilisation de la puissance douce par l'Organisation au cours des huit dernières années de son mandat.