En visite au Mexique, La Directrice générale de l’UNESCO lance de nouvelles initiatives en faveur des groupes marginalisés

03/03/2020

La Directrice générale de l’UNESCO, Audrey Azoulay, a achevé le 27 février une visite de deux jours au Mexique qui a été axée sur les mesures urgentes à prendre pour sauvegarder les langues autochtones et sur de nouvelles initiatives d’importance visant à soutenir les groupes vulnérables à travers la culture, l’éducation, les sciences et la liberté d’expression.

La Directrice générale a rencontré le Président Andrés Manuel López Obrador ainsi que des responsables gouvernementaux. Le chef de l’État mexicain a souligné l’importance de promouvoir la diversité culturelle et de répondre aux besoins des peuples autochtones dans le cadre de la lutte contre la pauvreté, l'oppression et la discrimination. Il a remercié l’UNESCO pour son engagement en faveur de ces objectifs.

L’importance de cette visite a été marquée par la signature de plusieurs accords visant à renforcer la coopération entre l’UNESCO et le Mexique :

  • Un nouvel accord-cadre, signé avec le Président López Obrador, visant à transformer les secteurs de la culture et de l’éducation en faveur des communautés les plus vulnérables du pays. Le projet « Culture communautaire », qui vise à garantir les droits culturels dans les 720 municipalités connaissant les inégalités les plus criantes, figure parmi les projets prévus. En vertu de cet accord, l’UNESCO conseillera également le Ministère de l’éducation publique en matière d’intégration dans les manuels scolaires de l’éducation à la citoyenneté mondiale et de l’éducation au développement durable. Sont concernés quelque 25,5 millions d’élèves et leurs enseignants de la maternelle au secondaire.
  • Un accord pour la création de l’Institut mésoaméricain pour la science qui constituera un centre régional de formation et de recherche avancée dans les domaines de la physique, des mathématiques, de l’énergie et de l’environnement, sous l’égide de l’UNESCO. Situé à l'Université autonome du Chiapas à Tuxtla Guttiérez, l'Institut contribuera au développement des sciences fondamentales et appliquées dans toute la région et travaillera notamment sur des questions telles que le changement climatique.
  • Un nouveau programme national d’activités visant à soutenir le journalisme d’investigation par le financement de projets d’enquête et de formations sur la sécurité. L’objectif est d’inciter à réaliser des enquêtes journalistiques dans le cadre de la lutte contre l'impunité en matière de crimes contre les professionnels de la presse, impunité dont le taux demeure extrêmement élevé.

Par ailleurs, dans le cadre de ce séjour à Mexico, la Directrice générale a ouvert un événement de haut niveau intitulé « Construire une décennie d'action pour les langues autochtones ». Cette manifestation, qui s’est tenue les 27 et 28 février, a jeté les bases d'un plan d'action mondial pour l'organisation de la prochaine Décennie internationale des langues autochtones (2023-2032).

Proclamée par l'Assemblée générale de l’ONU en décembre dernier, cette décennie d'action internationale doit permettre de remédier à la précarité à laquelle sont confrontées de nombreuses langues autochtones dans le monde.

Durant son séjour, la Directrice générale a également effectué plusieurs visites d’ordre culturel. Elle a notamment vu le célèbre Musée national d'anthropologie, visité l’exposition « Langues autochtones : voix de la terre » au Musée national d'art, le Centre historique de Mexico et le quartier de Xochimilco, site du patrimoine mondial inscrit en 1987 qui témoigne d’un millénaire d'histoire de l’humanité dans la capitale du Mexique.

****