News

Webinaire 3 juin 2020 - La COVID-19 et la perte de biodiversité : une menace de plus pour les grands singes ?

30/05/2020
03 - Good Health & Well Being
15 - Life on Land

L’UNESCO vous invite à un webinaire sur la COVID19 et la perte de la biodiversité, ces menaces pour la survie des grands singes. A cette occasion, Mme Sabrina Krief, M. Inza Koné, et Mme Noëline Raondry Rakotoarisoa discuteront de la santé de la biodiversité, des zoonoses et notamment comment les prévenir, des risques particuliers pour les grands singes et les humains et comment les réduire.

Le Rapport d’évaluation mondial de l’IPBES sur la biodiversité et les services écosystémiques publié en 2019 a démontré pour la première fois que l’activité humaine était responsable de l’érosion de 75 % des écosystèmes terrestres. Les experts avertissent depuis des décennies, et encore plus ces derniers mois, que la fragmentation de l’habitat et le contact humain avec les animaux sauvages augmentent le risque de maladies qui se répercutent de la faune dans les populations humaines. Ces menaces sur la biodiversité et ses habitats naturels, en rapprochant les espèces, favorisent l’émergence de zoonoses telles que le COVID-19 ou la fièvre Ebola à laquelle l’Afrique a payé un lourd tribut. Ces maladies détruisent des vies humaines, mais aussi animales. Nos plus proches cousins, les grands singes, sont particulièrement vulnérables. Alors que de multiples facteurs les menacent déjà, la COVID19 pourrait-elle sonner le glas de leur existence ? 

Ce webinaire, en langue française, aura lieu le 3 juin prochain de 15h00 à 17h00 (UTC+2) sur la plateforme zoom. Un webinaire en langue anglaise aura lieu le 9 juin. 

Pour vous inscrire à cette réunion, merci de remplir ce formulaire.

Biographies

Sabrina KriefSabrina Krief, vétérinaire et primatologue française spécialiste d'écologie comportementale et de zoopharmacognosie chez les chimpanzés. Depuis 16 ans, elle est membre de l'équipe d'Eco anthropologie et d'Ethnobiologie du Muséum National d’Histoire Naturelle où ses travaux de recherche portent sur les chimpanzés, leur santé et les plantes qu'ils consomment. Depuis 2008, elle développe des travaux sur les effets des activités humaines sur le comportement et l'écologie des chimpanzés. Professeure du Muséum national d’Histoire Naturelle, Sabrina est Directrice du Sebitoli Chimpanzee Project au sein du Parc national de Kibale en Ouganda qui a mis en place des mesures préventives face à l’épidémie de COVID-19.

 

Inza KonéInza Koné est Professeur Titulaire de Biologie de la conservation à l’Université Félix Houphouët-Boigny, Abidjan, Côte d’Ivoire. Depuis juillet 2018, il est Directeur Général du Centre Suisse de Recherches Scientifiques en Côte d’Ivoire (CSRS). Son travail porte sur la gestion des ressources naturelles et la conservation des espèces de grands mammifères, en particulier les primates. Ce travail fait le lien entre l’écologie, l'économie et la culture pour la responsabilisation des communautés rurales. Inza Koné est lauréat de plusieurs prix internationaux et nationaux dont le Prix Présidentiel de la Société Internationale de Primatologie en reconnaissance des services rendus à ladite société et de ses efforts pour la conservation des primates en Afrique. Il est auteur de plus de 100 publications dans les domaines de la primatologie, de la conservation, de l’écologie comportementale et de l’éducation environnementale. 

 

Noëline Raondry RakotoarisoaNoëline Raondry Rakotoarisoa est docteur en Ecologie Végétale. Elle est Cheffe de la section « Réseau Biosphère et renforcement des capacités » au sein de la Division des Sciences Ecologiques et de la terre et le point focal du Partenariat pour la survie des grands singes de l’UNESCO. Elle a été pendant plus de 15 ans enseignant chercheur en biologie et écologie végétales à l'Université de Mahajanga et à l’Université d’Antananarivo, Madagascar. Elle a coordonné de 1996 à 2000, les projets du programme sur l’Homme et la Biosphère (MAB) de l’UNESCO à Madagascar. Elle rejoint les Nations Unies en 2000 en tant que cheffe de l’unité Environnement du PNUD à Madagascar. Elle intègre l’UNESCO en janvier 2004 où elle sert successivement aux bureaux régionaux de Dakar et de Nairobi.

 

Michel Babale est ingénieur forestier, spécialiste en gestion de la faune et des aires protégées, en foresterie sociale et en ingénierie de la formation. Il rejoint l’Ecole de Faune de Garoua, au Cameroun, en 2003 comme coordonnateur d’un projet de formation puis devient chef d’équipe et directeur-adjoint avant de devenir, en 2016, Directeur de l’Ecole de Faune. En parallèle, il effectue des recherches sur l’influence du mode de gouvernance sur la conservation de la biodiversité et le développement dans les aires protégées du Nord-Cameroun.