Construire la paix dans l’esprit
des hommes et des femmes

Prix international UNESCO/José Martí

Lauréat 2019 - Roberto Fernández Retamar (Cuba)

Roberto Fernández Retamar (Cuba) est le lauréat du Prix 2019 en reconnaissance de son action en faveur de la justice, des droits de l'enfant, des valeurs éthiques, de la dignité de chaque homme et femme et de la lutte contre le racisme.

Pour en savoir plus sur le lauréat

 

À PROPOS DU PRIX


Le Prix international UNESCO/José Martí est destiné à récompenser une activité particulièrement méritoire qui est en conformité avec les idéaux et l'esprit de José Martí.

Incarnant la vocation de souveraineté et la lutte libératrice d'une nation, cette activité aura contribué, dans une région quelconque du monde, à l'unité et à l'intégration des pays d'Amérique latine et des Caraïbes, ainsi qu'à la préservation de leurs identités, traditions culturelles et valeurs historiques.

Le Prix international UNESCO/José Martí a été institué par le Conseil exécutif de l'UNESCO, à l'initiative du gouvernement cubain, en novembre 1994. Les membres du Conseil ont reconnu à cette occasion la valeur universelle et transcendantale des idéaux de José Martí, apôtre de l'indépendance.

Les lauréats reçoivent un diplôme et une récompense de 5.000 de dollars des États-Unis.

 

QUI ÉTAIT JOSÉ MARTÍ?


José Martí (La Havane, 28 janvier 1853 - Dos Ríos, 19 mai 1895) était un grand apôtre et homme d'action reconnu comme étant "l'auteur intellectuel" de la libération de Cuba. Ce penseur politique et écrivain éminent a été également le principal précurseur du mouvement littéraire appelé "modernismo".

Dès sa prime jeunesse, José Martí milita, en actes et en écrits, pour l'indépendance de Cuba, l'unité des pays d'Amérique latine et des Caraïbes et l'idéal de la concorde universelle. Ses idées lui valurent d'être emprisonné, torturé et exilé en Espagne, où il fréquenta les Universités de Madrid et de Saragosse. Pèlerin par la force des choses, il parcourut l'Europe, les États-Unis d'Amérique et l'Amérique latine. Premier journaliste d'Amérique latine à travailler comme correspondant de presse, il fonda plusieurs périodiques et revues. Les 28 volumes de son oeuvre illustrent les multiples facettes de l'activité intellectuelle hors pair de celui qui fut poète, éducateur, diplomate, tribun et idéologue de la révolution. José Martí fit le sacrifice de sa vie pendant la guerre d'indépendance de 1895.

« Il y a une poignée de vérités essentielles qui tiendraient sur l'aile d'un colibri et qui sont pourtant le secret de la paix publique, de l'élévation spirituelle et de la grandeur de la patrie… Autant que d'air et de lumière, les hommes ont par nature besoin de liberté pour vivre… (et) être cultivé est le seul moyen d'être libre. »

Ces réflexions de l'apôtre de l'indépendance de Cuba, José Martí, figurent dans un beau texte consacré à la formation des enseignants, publié à New York il y a plus d'un siècle. Avec sa fine intuition de pédagogue, Martí a compris qu'il était essentiel de dispenser à la jeunesse une éducation et une formation très complètes si l'on voulait assurer l'avenir des nouvelles républiques d'Amérique.

A d'innombrables occasions, il a repris ce thème, mais nous voudrions ici n'évoquer que les mots par lesquels il faisait l'éloge de l'enseignement scientifique, lequel ne commençait alors qu'à peine à entrer dans les plans d'étude :

« Cette éducation directe et saine ; cette concentration de l'intelligence qui s'informe sur la nature qui répond ; cette application sereine de l'esprit à la recherche (est ce à quoi) nous aspirons pour tous les pays nouveaux d'Amérique. »

« Profils d'éducateurs: José Martí, 1853-1895 » (Perspectives: revue trimestrielle d'éducation, XIV, 2, p. 315-324)

 

LAURÉATS


2019 - Roberto Fernández Retamar (Cuba)

2016 - Alfonso Herrera Franyutti (Mexique)

2013 - Frei Betto, Frère dominicain (Brésil)

2009 - Atilio Alberto Borón, chercheur en sciences sociales (Argentine)

2005 - S.E. M. Hugo Rafael Chávez Frías, Président de la République bolivarienne du Venezuela

2003 - Pablo Gonzalez Casanova, sociologue (Mexique)

1999 - Lauréat posthume: Oswaldo Guayasamín, peintre (Équateur)

 Mentions d'honneur: Milagros Palma Guzmán, chercheuse (Nicaragua) et Georges Anglade, professeur (Haïti)

1995 - Celsa Albert Batista, historienne spécialisée dans les études latino-américaines (République dominicaine)

Pour en savoir plus sur les lauréats

 

MEMBRES DU JURY


Sari Hanafi est sociologue et professeur de sociologie à l'Université américaine de Beyrouth et rédacteur en chef d'Idafat : le journal arabe de sociologie.

Alice Miquet est Présidente du Conseil de la jeunesse de Montréal. Son travail vise à rendre les villes plus inclusives en mettant l'accent sur les groupes vulnérables.

Theresa Moyo est député, présidente de l'Africa Insight (Pretoria, Afrique du Sud), et Professeure associée à l'Université de Limpopo en Afrique du Sud.

Ramit Singh Chimni est un activiste œuvrant pour les causes sociales, l'unité et les groupes vulnérables tels que les personnes muettes. Il est cofondateur de la "8-one Foundation".

Eduardo Torres Cuevas est un écrivain, chercheur et anthropologue, fervent défenseur des droits fondamentaux. Ancien directeur de la Bibliothèque nationale José Martí et directeur du bureau du programme Martiano (José Martí).

 

 

CONTACT


Anna Maria Majlöf
Secrétaire du Prix international UNESCO/José Martí
Secteur des sciences sociales et humaines - UNESCO
7 place de Fontenoy
75352 Paris 07 SP FRANCE
Tel.: +33 (0)1 45 68 17 77
E-mail: am.majlof(at)unesco.org