Construire la paix dans l’esprit
des hommes et des femmes

Lauréats du Prix international UNESCO/José Martí

Le Prix international UNESCO/José Martí a été institué par le Conseil exécutif de l'UNESCO, à l'initiative du gouvernement cubain, en novembre 1994.

Le Prix  est destiné à promouvoir et récompenser une activité particulièrement méritoire qui, en conformité avec les idéaux et l'esprit de José Martí, a contribué dans une région quelconque du monde, à l'unité et l'intégration des pays d'Amérique latine et des Caraïbes ainsi qu'à la préservation de leurs identités, traditions culturelles et valeurs historiques.

Lauréats
 

2019 - Roberto Fernández Retamar (Cuba) 

Roberto Fernández Retamar (Cuba) est le lauréat du Prix 2019 en reconnaissance de son action en faveur de la justice, des droits de l'enfant, des valeurs éthiques, de la dignité de chaque homme et femme et de la lutte contre le racisme.

Roberto Fernández Retamar est un poète, essayiste, critique littéraire et président de la Casa de las Américas*. Sa vie a été consacrée à l'étude, à l'enseignement et à la diffusion des œuvres de José Martí à l'Université et au "Centro de Estudios Martianos" qu'il a créé, ainsi qu’à travers ses livres et des chaires José Martí qu'il a contribuées à fonder. En 1989 il a reçu le prix littéraire le plus prestigieux de Cuba, le Prix national de littérature.

La Directrice générale de l’UNESCO, Audrey Azoulay, a nommé Roberto Fernández Retamar sur la recommandation d’un jury international d’experts.

* La Casa de las Américas est une institution culturelle fondée par le gouvernement cubain en 1959. Elle a pour mission de promouvoir les relations socioculturelles entre les pays de l’Amérique latine, les Caraïbes et le reste du monde. L’institution a reçu en 2017 le Prix UNESCO-UNAM/Jaime Torres Bodet en sciences sociales, humaines et en arts.

 

2016 - Alfonso Herrera Franyutti (Mexique) 

Alfonso Herrera Franyutti (Mexique) est le lauréat du Prix international UNESCO/ José Martí 2016. Il a été sélectionné par un jury international d’experts pour sa contribution de longue date en faveur de la paix, de la solidarité et des droits de l’homme auprès des pays et des populations d’Amérique latine et des Caraïbes. Le prix sera décerné le 28 janvier à la Havane (Cuba), lors de la deuxième Conférence internationale intitulée « Avec tous et pour le bien de tous » qui se tiendra du 25 au 28 janvier.

Alfonso Herrera Franyutti, physicien et chirurgien de formation, a excellé dans le domaine de la santé publique. Il a consacré ses travaux et ses efforts à la promotion des idéaux et de l’esprit de José Martí au-delà des frontières cubaines. Alfonso Herrera Franyutti est l’auteur de nombreux ouvrages consacrés à José Martí. Il est membre du Conseil mondial du Projet José Martí de solidarité internationale et soutient les efforts du Centre d’études sur José Martí. Son engagement et ses importants travaux universitaires ont été distingués par l’Institut mexicano-cubain de relations culturelles José Martí.

La Directrice générale de l’UNESCO, Irina Bokova, a nommé Alfonso Herrera Franyutti sur la recommandation d’un jury international, qui a examiné des candidatures soumises par des pays d’Amérique latine et des Caraïbes.

 

2013 - Frei Betto, Frère dominicain (Brésil)

La Directrice générale de l’UNESCO, Irina Bokova, a nommé le frère dominicain brésilien Frei Betto lauréat du Prix UNESCO/José Martí 2013 en reconnaissance de sa contribution exceptionnelle en faveur de l’édification d’une culture de paix, de justice sociale et des droits de l’homme en Amérique latine et dans les Caraïbes.

Irina Bokova a sélectionné Frei Betto sur la recommandation d’un jury international et le Prix sera remis le 30 janvier (16h00) à la Havane (Cuba), lors de la Troisième Conférence internationale sur l’équilibre dans le monde (du 28 au 30 janvier). Cette conférence marque le 160e anniversaire de la naissance de José Martí.

Le lauréat a été sélectionné en reconnaissance de son travail comme éducateur, auteur et théologien, de son opposition à toutes les formes de discrimination, d’injustice et d’exclusion et de sa promotion d’une culture de paix et des droits de l’homme.

Auteur de plus de 50 ouvrages, Frei Betto est né Carlos Alberto Libânio Christo à Belo Horizonte (Brésil) en 1944. Il est entré dans l’ordre dominicain à l’âge de vingt ans alors qu’il étudiait le journalisme. Pendant la dictature militaire au Brésil, Frei Betto a été emprisonné deux fois, une fois brièvement en 1964 puis de 1969 à 1973.

 

2009 - Atilio Alberto Borón, chercheur en sciences sociales (Argentine)

Le Directeur général de l’UNESCO, Koïchiro Matsuura, a décerné le Prix international UNESCO-José Martí 2009 à Atilio Alberto Borón, ancien Secrétaire exécutif du Conseil des sciences sociales pour l’Amérique latine et les Caraïbes (CLACSO). Le Prix sera remis lors d’une cérémonie qui se déroulera à La Havane (Cuba) le 17 juillet prochain.

L’attribution du Prix José Martí entend récompenser l’engagement intellectuel infatigable d’Atilio Alberto Borón en faveur de l’unité et de l’intégration des pays d’Amérique latine et des Caraïbes, ainsi que sa contribution aux études et à la promotion de la pensée de José Marti.

Atilio Alberto Borón est professeur de Théorie politique à la Facultad de Ciencias Sociales de l’Université de Buenos Aires et chercheur au sein du Consejo nacional de Investigaciones Científicas y Técnicas (CONICET). Il dirige aussi le Programa Latinoamericano de Educación a Distancia en Ciencias Sociales (PLED) du Centro Cultural de la Cooperación Floreal Gorini. Il participe également au Comité scientifique du Programme comparatif d’études sur la pauvreté (CROP), basé à Bergen (Norvège).

 

2005 - H.E. Mr. Hugo Rafael Chávez Frías, President of the Bolivarian Republic of Venezuela

Le Président du Venezuela, Hugo Chavez, a reçu le Prix international José Martí 2005 lors d'une cérémonie qui s'est déroulée à La Havane (Cuba) le 28 janvier. La cérémonie a coïncidé avec l'anniversaire de la naissance, en 1853, de José Martí, humaniste, écrivain, traducteur, diplomate et professeur cubain, connu pour être le "champion" de l'indépendance de Cuba.

Le prix de 5 000 dollars a été attribué sur la recommandation d'un jury international composé de sept membres, parmi lesquels Nadine Gordimer, lauréate du prix Nobel de littérature.

 

2003 - Pablo Gonzalez Casanova, sociologist (Mexico)

Le Prix international José Martí sera remis lundi 20 octobre (19h, Salle XI,) par le Directeur général de l’UNESCO, Koïchiro Matsuura, au sociologue mexicain Pablo González Casanova. Cette cérémonie se déroulera dans le cadre de la célébration du 150e anniversaire de la naissance de l’humaniste, écrivain, traducteur, diplomate et pédagogue cubain José Martí (1853-1895), surnommé « l’apôtre de l’indépendance cubaine ».

Professeur et ancien recteur de l’Université nationale autonome du Mexique (UNAM), Pablo González Casanova, s’est distingué à la fois dans la lutte contre le racisme, l’apartheid et l’exclusion sociale, et dans la défense des valeurs et de l’identité culturelle des peuples de l’Amérique latine.

Chercheur de renommée internationale, il est coordinateur du projet « Las perspectivas de América Latina » sous les auspices de l’UNAM et de l’Université des Nations Unies, et membre d’institutions prestigieuses telles que le Comité international pour la documentation des sciences sociales, l’International Social Sciences Journal et The New York Academy of Sciences. Lauréat de plusieurs prix, il est Docteur Honoris Causa de 8 universités de par le monde.

Auteur du célèbre La Democracia en México (1965), Pablo González Casanova a publié depuis 1948 plus de 40 ouvrages dans le domaine des sciences sociales et politiques.

 

1999 - Lauréat posthume : Oswaldo Guayasamín, peintre (Équateur)

En 1998, tandis qu’il exécutait son œuvre magistrale la Capilla del Hombre (« Chapelle de l’homme ») à Quito, le peintre équatorien Oswaldo Guayasamín créa une médaille pour l’UNESCO destinée à récompenser des artistes talentueux de toutes les régions du monde. Grand ami de l’Organisation, ce célèbre peintre latino-américain du XXe siècle lui avait fait don cinq ans auparavant d’une fresque qui orne toujours l’entrée de la salle du Conseil exécutif.

A sa mort, en 1999, l’UNESCO lui décerna à titre posthume le Prix international José Martí, hommage légitime à un artiste qui s’était toujours préoccupé du sort des classes déshéritées d’Amérique latine et des Caraïbes.

La médaille dessinée par le peintre a été éditée la même année. Elle est désormais connue sous le nom de médaille Guayasamín. De forme irrégulière, cette médaille reste fidèle au style de la fresque Madres y niños (Mères et Enfants) qui orne les murs de l’UNESCO. C’est le peintre lui-même qui en a fourni la meilleure description en 1976 : « J’ai peint pendant un demi-siècle comme si je pleurais de désespoir. » Au revers, on trouve la signature de Guayasamín avec l’inscription Monnaie de Paris, 1999.

Mentions d'honneur : Milagros Palma Guzmán, chercheuse (Nicaragua) et Georges Anglade, professeur (Haïti)

 

1995 - Celsa Albert Batista, historian specialized in Latin American studies (Dominican Republic)

Celsa Albert Batista est écrivaine et historienne dominicaine. Ses recherches portent sur des questions liées à l'esclavage et à l'identité noire en République dominicaine. Au cours de sa vie professionnelle, elle a occupé divers postes au Ministère de l'Éducation en tant que directrice de la Division du curriculum général et de l'évaluation et directrice de la culture. Elle a également été doyenne du College of Humanities de l'Université de Californie à San Diego (UCSD) et vice-recteur de l'UCSD.

 

Pour retourner à la page du Prix, cliquer ici.