Construire la paix dans l’esprit
des hommes et des femmes

Prix UNESCO-Madanjeet Singh pour la promotion de la tolérance et de la non-violence

Appel à nominations 2020

L'UNESCO invite les entités gouvernementales et non gouvernementales, les acteurs de la société civile et les personnes qui travaillent afin de renforcer les fondements de la paix et de la tolérance à proposer des candidatures au Prix UNESCO-Madanjeet Singh pour la promotion de la tolérance et de la non-violence 2018.

Pour en savoir plus

 

« La tolérance est un acte d’humanité, que nous devons cultiver et pratiquer chaque jour dans notre vie pour jouir de la diversité qui nous rend forts et des valeurs qui nous unissent. » - Audrey Azoulay, le 16 novembre 2017

« La non-violence n'est pas un vêtement que l'on peut revêtir et enlever à notre guise. Elle se trouve dans le cœur et doit être une pièce inséparable de notre être » - Mahatma Gandhi

 

À PROPOS DU PRIX


Le Prix UNESCO-Madanjeet Singh pour la promotion de la tolérance et de la non-violence récompense des activités significatives dans le domaine scientifique, artistique, culturel ou de la communication visant la promotion d'un esprit de tolérance et de non-violence.

Le Prix a été établi en 1995 pour marquer l’Année des Nations Unies pour la tolérance et le 125e anniversaire de la naissance du Mahatma Gandhi. C’était également l'année où les États membres de l'UNESCO ont adopté la Déclaration de principes sur la tolérance. La création du Prix a été inspirée par les idéaux de la Constitution de l'UNESCO qui proclame que la « paix doit être établie sur le fondement de la solidarité intellectuelle et morale de l’humanité ».

La tolérance est la reconnaissance des droits universels de la personne humaine et des libertés fondamentales d'autrui. Les peuples se caractérisent naturellement par leur diversité ; seule la tolérance peut assurer la survie de communautés mixtes dans chaque région du globe.

En reconnaissance de l’engagement de toute une vie en faveur de l’harmonie communautaire et de la paix, le prix porte le nom de son bienfaiteur Madanjeet Singh, qui était Ambassadeur de bonne volonté de l’UNESCO, artiste, écrivain et diplomate indien.

Doté d’un montant de 100 000 dollars des États-Unis, le prix est décerné tous les deux ans lors d’une cérémonie officielle à l'occasion de la Journée internationale de la tolérance (le 16 novembre).

 

 

QUI ÉTAIT MADANJEET SINGH?


Madanjeet Singh est né le 16 avril 1924 à Lahore au Pakistan. Il est mondialement connu pour ses livres sur l’art et sur d’autres thèmes, étroitement liés aux programmes, principes et aux idéaux de l’UNESCO. Il a été Ambassadeur de l’Inde en Asie, en Amérique du sud, en Afrique et en Europe.

En 1995, en reconnaissance de son dévouement aux grandes causes que sont la paix et l’entente collective, le Conseil Exécutif de l’UNESCO a créé le prix biennal « Le Prix UNESCO - Madanjeet Singh pour la promotion de la tolérance et de la non-violence ». Cette décision a été prise lors de réunion à Paris et à Fès (entre le 16 mai et le 4 juin) afin de commémorer le 125è anniversaire de la naissance de Mahatma Gandhi.

En 2000, Madanjeet Singh a créé la South Asia Foundation (SAF) dans le but de promouvoir le développement durable, culturel, éducatif et économique.

Pour Koïchira Matsuura, ancien Directeur Général de l’UNESCO : « L’engagement personnel de Madajneet Singh à enrichir la culture, la compréhension du dialogue mutuel et de la paix ont été une grande source d’inspiration pour des gens de différents pays, de différentes cultures et de différentes religions ». En reconnaissance de cette générosité et de ses efforts constants à promouvoir ces nobles objectifs, qui sont aussi ceux de l’UNESCO, Singh a été nommé Ambassadeur de bonne volonté de l’UNESCO le 16 novembre 2000.

Le diplomate, l'artiste, l'écrivain et la figure publique d'exception, Madanjeet Singh est décédé le 6 janvier 2013. L'UNESCO et ses Ambassadeurs honoraires et de bonne volonté continueront de poursuivre la noble cause défendue par Madanjeet Singh tout au long de sa vie.

LAURÉATS


2018 – Manon Barbeau (Canada) et The Coexist Initiative (Kenya)

2016 – Centre de recherche et de méthodologie pour la tolérance, la psychologie et l’éducation (Centre de tolérance, Fédération de Russie)

2014 – Ibrahim Ag Idbaltanat (Mali) et Francisco Javier Estévez Valencia (Chili)

2011 – Anarkali Honaryar (Afghanistan) et Khaled Abu Awwad (Palestine)

2009 – François Houtart (Belgique) et Abdul Sattar Edhi (Pakistan)

2006 – Veerasingham Anandasangaree, président du Front Uni de Libération Tamoule (FULT) au Sri Lanka

2004 – Taslima Nasreen, l’écrivain du Bangladesh

2002 – Aung San Suu Kyi du Myanmar

2000 – Le Pape Shenouda III, de l’Eglise Copte Grecque Orthodoxe d’Égypte

1998 – Narayan Desai, l’éducateur et activiste indien de la paix et Le « Comité d’Action pour le droit des peuples » du Pakistan

1996 – Collectif des 32 femmes de l’organisation non-gouvernementale rwandaise « Pro-femmes Twese Hamwe »

Pour en savoir plus sur les lauréats 

MEMBRES DU JURY


Nandita Das (Inde) a joué dans plus de 40 longs métrages en 10 langues différentes. Elle a fait ses débuts en tant que réalisatrice avec Firaaq en 2008. Nandita a également joué, écrit et réalisé la pièce Between the Lines en 2012. Elle a été membre du jury du Festival de Cannes. Elle a été présidente de la Children's Film Society entre 2009 et 2012. Elle détient une maîtrise en travail social et défend ardemment les questions de justice sociale et de droits de la personne.  Nandita a reçu le titre de « Chevalier de l'Ordre des Arts et des Lettres » par le gouvernement français. Le second film de Nandita, Manto, basé sur la vie et les œuvres de Saadat Hasan Manto, l'un des plus grands conteurs d'Asie du Sud, a récemment été présenté au Festival de Cannes. C'est le seul film indien à être sélectionné en 2018, dans la section officielle du festival.

 

Nadia Bernoussi (Maroc). Professeur de droit constitutionnel à l’Ecole Nationale d’Administration (ENA) à Rabat, à l’Institut Supérieur de l’Administration (ISA) et à l’Académie marocaine des études diplomatiques au Maroc, Nadia Bernoussi a obtenu son doctorat d’Etat en droit public en 1998. Elle est professeur invitée dans les Facultés de droit des universités de Montpellier, d’Aix-en-Provence et de Tunis. Vice-présidente de l’Académie internationale de Droit Constitutionnel et membre du Comité exécutif de l’Association Internationale de Droit Constitutionnel, elle est également membre fondateur de l’Association Marocaine de Droit constitutionnel et de l’Association marocaine de science politique ; elle est membre du comité de rédaction de la Revue française de droit constitutionnel. Elle a été membre de la Commission consultative composée de juristes qui ont participé en 2011 à l'élaboration de la constitution marocaine. Elle a été nommée par S.M. le Roi parmi les 20 experts et spécialistes siégeant au Conseil supérieur de l’éducation, de la formation et de la recherche scientifique (CSEFRS), organisme constitutionnel chargé de penser et d’accompagner les grandes orientations stratégiques pour la réforme de l’éducation au Maroc.

 

Abdoulaye Konaté (Mali) a fait des études d’arts à l’Institut National des arts de Bamako, puis à l’Institut Supérieur des Arts de la Havane à Cuba. Il a été Directeur général du Palais de la Culture, Conseiller du Ministre de la Culture, Directeur fondateur du Conservatoire des Arts et Métiers Multimédia du Mali. Abdoulaye fut membre de différents Conseils d’Administrations et de plusieurs jurys, tels que celui des biennales de la photographie de Bamako, entre autres. Il a également réalisé et participé à plusieurs expositions dans le monde entier. Les œuvres de Konaté sont aujourd’hui présentes dans de nombreuses collections publiques, de nombreuses Fondations et collections privées telles que la Banque des Etats de l’Afrique Occidentale, Dakar, au Sénégal, mais aussi Dak’Art, la Biennale de l’Art Africain Contemporain au Sénégal ou encore le Musée d’Art Contemporain Africain Al Maaden, MACAAL de Marrakech au Maroc, entre autres. M. Abdoulaye Konaté a reçu de nombreux prix de reconnaissance internationale. Pour n’en citer que quelques-uns : le Prix de la Biennale de Dakar, le Chevalier de l’Ordre National du Mali ou encore « Chevalier de l’Ordre des Arts et des Lettres » (République française).

 

CONTACT


Anna Maria Majlöf
Secrétaire p.i. du Prix
Secteur des Sciences sociales et humaines - UNESCO
7 place de Fontenoy
75352 Paris 07 SP FRANCE
Tel.: +33 (0)1 45 68 23 76
Fax: +33(0)1 45 68 55 52
Courriel : tolerance.prize(at)unesco.org