Publications

Promouvoir la liberté d’expression, l’accès à l’information et la sécurité des journalistes

14/01/2021

   

Enjeux principaux

Le travail crucial des journalistes, qui consiste à fournir des informations fiables aux citoyens, est toutefois compromis par le nombre croissant de restrictions à la liberté d’expression et par les attaques en ligne et les agressions physiques incessantes dont ils sont victimes. Les femmes journalistes sont particulièrement visées par le harcèlement et les menaces, surtout en ligne.
Les crimes contre les journalistes restent largement impunis : l’UNESCO a recensé plus de 880 meurtres de journalistes au cours de la dernière décennie, et 90 % de ces crimes demeurent non élucidés.
Parallèlement, le recours aux technologies numériques pour personnaliser et modérer le contenu peut avoir des répercussions sur la liberté d’expression et faciliter la diffusion de la mésinformation et de la désinformation. Les informations trompeuses et les fausses informations nuisent à la confiance sociale et compromettent l’accès à des informations fiables et vérifiées. Cette situation peut à son tour fausser la compréhension d’enjeux cruciaux par les citoyens et perturber les processus démocratiques, tels que les élections.
L’utilisation accrue des plateformes numériques a également entraîné la propagation des discours de haine alimentant la discrimination, l’hostilité et la violence en ligne comme hors ligne, en raison de l’absence de cadres mondiaux et inclusifs régissant la gouvernance d’Internet.  
Pour faire face à ces enjeux, il est nécessaire de protéger et de promouvoir l’information en tant que bien commun universel contribuant à la paix et au développement durable.

 

Les journalistes sont indispensables pour garantir le droit fondamental à la liberté d’expression [...]. Lorsqu’[ils] sont attaqués en toute impunité, il y a une défaillance des systèmes judiciaires et de sécurité pour tous.

Audrey Azoulay, Directrice générale de l’UNESCO

L’UNESCO entend

  • Sensibiliser l’opinion et intensifier le plaidoyer afin de préserver la liberté d’expression dans le monde entier. L’UNESCO organise les commémorations internationales de la Journée mondiale de la liberté de la presse, de la Journée internationale de l’accès universel à l’information et de la Journée internationale de la fin de l’impunité pour les crimes commis contre les journalistes.
  • Créer des réseaux et des partenariats internationaux, régionaux et nationaux afin de consolider l’action mondiale, qui vise à protéger et à promouvoir la liberté d’expression.
  • Diriger la mise en œuvre du Plan d’action des Nations Unies sur la sécurité des journalistes et la question de l’impunité ; promouvoir l’intégration de normes internationales dans les réformes et la législation nationales et régionales relatives aux médias.
  • Encourager la création de systèmes de suivi et de signalement pour surveiller les crimes commis contre les journalistes, en s’appuyant sur l’Observatoire de l’UNESCO des journalistes assassinés pour suivre les assassinats de journalistes et les réponses judiciaires apportées par les États membres concernés.
  • Accroître l’attention portée à la sécurité des femmes journalistes et aux menaces auxquelles elles font face.
  • Élaborer des ressources sur la liberté d’expression et la sécurité des journalistes, notamment le rapport de l’UNESCO sur les tendances mondiales en matière de liberté d’expression et de développement des médias et le Rapport de la Directrice générale sur la sécurité des journalistes et le danger de l’impunité.
  • Construire et renforcer les capacités du système judiciaire et des forces de sécurité, afin de soutenir leur rôle dans la protection de la liberté d’expression, de l’accès à l’information et d’autres libertés fondamentales.
  • Plaider pour une plus grande transparence et une redevabilité accrue des plateformes en ligne, et appuyer l’élaboration de politiques internationales visant à répondre aux problématiques associées, telles que la diffusion de fausses informations et des discours de haine en ligne.
  • Renforcer la capacité des autorités électorales à lutter contre la mésinformation et la désinformation durant les processus démocratiques.

Réalisations récentes

  • D’aider à la libération de plusieurs journalistes emprisonnés. Les lauréats 2016, 2017 et 2018 du Prix mondial de la liberté de la presse UNESCO/Guillermo Cano, qui récompense les contributions exceptionnelles à la défense et à la promotion de la liberté de la presse, ont été libérés après avoir reçu leur prix.
  • De former plus de 17 000 acteurs du judiciaire de près de 60 pays, et 3 400 agents des forces de l’ordre de plus de 17 pays sur les questions de liberté d’expression, d’accès à l’information et de sécurité des journalistes grâce à ses programmes, tels que l’Initiative pour la formation des juges.
  • De soutenir des réformes politiques en matière de médias aux échelles nationale (une dizaine de pays) et régionale (deux régions) au travers du Programme multidonateur sur la liberté d’expression et la sécurité des journalistes de l’UNESCO, afin que ces politiques intègrent les normes internationales et tiennent compte de la problématique du genre.
  • D’améliorer la protection des médias et l’accès des journalistes à une assistance juridique spécialisée en administrant le Fonds mondial pour la défense des médias, lequel soutient les initiatives de la société civile en faveur de la liberté de la presse. L’ensemble des 44 projets présélectionnés dans le cadre de l’appel de 2020 tenaient compte de la problématique de l’égalité des genres ; 17 bénéficiaient à l’Afrique, tandis qu’une majorité d’entre eux avaient été transmis par des pays du Sud.
  • D’organiser des activités de renforcement des capacités à l’attention des femmes journalistes et des gestionnaires de médias pour assurer leur sécurité, et de lancer une étude mondiale sur la violence à l’égard des femmes journalistes.
  • De rallier le soutien de grands journaux, d’organes de presse et de journalistes influents à travers le monde afin d’accroître la portée des campagnes de sensibilisation de l’UNESCO dans le cadre de la Journée mondiale de la liberté de la presse et de la Journée internationale de la fin de l’impunité pour les crimes commis contre les journalistes. Par exemple, pour célébrer l’édition 2020 de la Journée mondiale de la liberté de la presse, l’UNESCO a mis en lumière le rôle crucial du journalisme dans le contexte de la pandémie de COVID-19 au travers de sa campagne médiatique largement diffusée, « FACTS ».
  • D’élaborer, en collaboration avec l’Organisation mondiale de la Santé et le Knight Center for Journalism, une formation en ligne multilingue expliquant comment couvrir avec professionnalisme et en toute sécurité la pandémie de COVID-19 et ainsi garantir la diffusion d’informations fiables en la matière. Plus de 9 000 professionnels des médias de près de 160 pays ont bénéficié de cette formation à ce jour.

Liens utiles

Contact