Construire la paix dans l’esprit
des hommes et des femmes

Réduction des risques de catastrophe

drr_banner.png

© UNESCO

Science, technologie et innovation pour la résilience

La science, la technologie et l'innovation jouent un rôle crucial dans le cadre de Sendai pour la réduction des risques de catastrophe 2015-2030, notamment pour l'action prioritaire 1 du cadre de Sendai : " Comprendre les risques de catastrophe ".  Cette dernière souligne en effet la nécessité de renforcer les travaux scientifiques et techniques sur la réduction des risques de catastrophe, en donnant la priorité au développement et à la diffusion de connaissances, de technologies et d'innovations scientifiques sur les risques.

L'action prioritaire 3 est "Investir dans la réduction des risques de catastrophe pour renforcer la résilience". Les investissements publics et privés dans la prévention et la réduction des risques de catastrophe par des mesures structurelles et non structurelles sont essentiels pour renforcer la résilience économique, sociale, sanitaire et culturelle.

Le "S" de l'UNESCO signifiant "Science", l'UNESCO est un leader dans l'intégration de la science, de la technologie et de l'innovation dans les politiques et stratégies de réduction des risques de catastrophes. Afin de renforcer les capacités scientifiques, l'UNESCO facilite et met en œuvre des formations techniques, des ateliers et des activités de recherche sur la réduction des risques de catastrophes. Ces activités aboutissent à la création de réseaux d'experts techniques ainsi qu'à l'amélioration des connaissances et à la production de matériels et de technologies pour aider les décideurs et les parties prenantes à construire ou à renforcer leurs capacités en matière de gestion des risques de catastrophes.

La contribution de l'UNESCO

...

Sandwatch

Sandwatch est un processus éducatif par lequel les élèves, les enseignants et les communautés locales travaillent ensemble sur le terrain pour surveiller leurs environnements côtiers, identifier et évaluer les menaces, les problèmes et les conflits auxquels ils sont confrontés, et développer des approches durables pour y faire face.

 

Programme international de géosciences (PICG)

L'UNESCO travaille avec l'Union internationale des sciences géologiques (UISG) pour mobiliser la coopération mondiale dans le domaine des sciences de la Terre par le biais du Programme international de géosciences (PICG). Ce programme offre une plateforme aux scientifiques du monde entier pour repousser les frontières de la connaissance par le biais de projets concrets, dont la réduction des risques de catastrophes.

 

I-REACT

I-REACT (Improving Resilience to Emergencies through Advanced Cyber Technologies) : vise à utiliser les médias sociaux, les smartphones et les wearables pour améliorer la gestion des risques de catastrophe. Il intégrera de multiples systèmes existants et des actifs européens pour faciliter la planification précoce des activités de réduction des risques de catastrophe.

 

Intergovernmental Hydrological Programme (IHP)

Le IHP est le seul programme intergouvernemental du système des Nations Unies consacré à la recherche et à la gestion de l'eau, ainsi qu'à l'éducation et au développement des capacités qui y sont liées.

 

Enhancing Climate Services for Improved Water Managemen (CliMWar)

L'objectif global du projet est de fournir des services climatiques fiables pour surveiller et prévoir les sécheresses et les inondations au niveau local afin d'améliorer les stratégies nationales de gestion des risques et de réduire l'impact des risques liés à l'eau sur les communautés vulnérables grâce à une communication et une sensibilisation améliorées dans les régions pilotes d'Amérique latine, des Caraïbes et d'Afrique, en accordant une attention particulière aux vulnérabilités liées au changement climatique.

Les partenaires de l'UNESCO

 

STAG (Science and Technology Advisory Group on DRR)

L'objectif du STAG est de fournir des conseils ad hoc au RSSG sur les questions STI liées à la RRC. L'UNESCO est représentée aux STAG régionaux par les bureaux régionaux du SC.

 

International Consortium on Landslides (ICL)

L'ICL est une organisation scientifique non gouvernementale et à but non lucratif établie à Kyoto avec l'aide de l'UNESCO, qui se concentre sur la recherche sur les glissements de terrain. Elle s'engage à intégrer les sciences et technologies relatives aux glissements de terrain dans les contextes culturels et sociaux appropriés, à coordonner l'expertise internationale en matière de glissements de terrain et à développer des réseaux de surveillance des glissements de terrain à long terme.

 

IKCEST (C2C)

L'IKCEST est le centre de catégorie 2 de l'UNESCO et il collabore avec l'UNESCO sur la RRC par le biais d'une plateforme de connaissances et de big data.

 

ICGDR

L'université de Shimane est titulaire de la chaire UNESCO de réduction des risques de catastrophe sur les glissements de terrain et assure le secrétariat du Consortium international pour la RRC des géorisques.

 

Libyan National Seismological Network (LNSN)

L'UNESCO aide les scientifiques libyens à mettre en place le réseau sismologique national.

 

REL (Reducing Earthquake Losses)

Les programmes scientifiques REL ont été lancés conjointement par l'UNESCO et l'US Geological Survey (USGS) dans des régions sujettes aux tremblements de terre telles que la région de la Méditerranée orientale (RELEMR), la région de l'Asie du Sud (RELSAR) et la région de l'Asie du Nord-Est (RELNAR), afin de favoriser l'échange de données, de mener des activités et des expériences conjointes et d'améliorer l'évaluation des risques dans la région.