Observatoire du patrimoine culturel syrien

Ancienne ville d’Alep

The Courtyard of the Great Mosque_Jan2017.jpg

© UNESCO
The Courtyard of the Great Mosque of Aleppo (January 2017)

Brève description du site

Au carrefour de plusieurs routes commerciales depuis le IIe millénaire av. J.-C., Alep a successivement subi la domination des Hittites, des Assyriens, des Arabes, des Mongols, des Mamelouks et des Ottomans. Sa citadelle du XIIIe siècle, sa Grande Mosquée du XIIe siècle et plusieurs medersa, palais, caravansérails et hammams du XVIIe siècle donnent au tissu urbain d'Alep un caractère harmonieux et unique, maintenant menacé par la surpopulation.

Dernières nouvelles

  • L'UNESCO a mené une mission d'urgence à Alep du 16 au 19 janvier pour effectuer une première évaluation des dommages infligés à la vieille ville d'Alep, inscrite sur la Liste du patrimoine mondial et du patrimoine mondial en péril, et dresser un état des lieux des établissements éducatifs. L'équipe de l'UNESCO a pu constater précisément les dégâts considérables causés à la Grande Mosquée des Omeyyades, à la Citadelle, aux mosquées, églises, souks, khans, madrassas, hammams, musées et autres bâtiments historiques emblématiques d’Alep. Selon une première estimation, environ 60% de la vieille ville d'Alep a été gravement endommagée, et 30% totalement détruite.
  • Suite à l'escalade des conflits au Moyen-Orient et à l'importante destruction du patrimoine culturel, le Centre du patrimoine mondial a organisé, les 18 et 19 juin 2015 au siège de l'UNESCO, une réunion afin de réfléchir avec un groupe d'experts internationaux à la question de la reconstruction post-conflit dans le contexte du Moyen-Orient et dans l’Ancienne ville d'Alep en particulier.

Problèmes de conservation présentés à la 40ème session du Comité du patrimoine mondial (Istanbul, 2016)

Suite à une nette escalade du conflit armé, l’Ancienne ville d’Alep se trouve gravement endommagée depuis 2013. L’État partie a soumis un rapport actualisé pour le bien le 11 mai 2015 à partir de l’évaluation de photos (commanditées par la Direction générale des antiquités et des musées (DGAM) et prises en avril 2015 où l’accès au sol était possible) et le 5 février 2016, un rapport sur l’état de conservation des six biens du patrimoine mondial en Syrie, disponible à : http://whc.unesco.org/fr/list/21/documents.

Les rapports confirment et décrivent en détail certains des dommages constatés en 2014 et 2015 à la Grande mosquée des Omeyyades, la mosquée al-Utrush, la madrasa al-Adiliyya, la madrasa al-Sultania, la citadelle, au nouveau sérail (Grand sérail), à l’hôtel Carlton, la matbakh al-Ajami, au khan al-Shouna, au khan al-Saboun et au khan al-Wazeer, ainsi que d’autres dégâts importants à l’église maronite. De sérieuses dégradations ont, en outre, été signalées au khan Slaimanyeh (Haj Musa), au souk al-Haddadin, au souk al-Zarb, au souk al-Sagha, dans une partie du souk al-Suweiqa et à la madrasa al-Shathbakhtiyya (mosquée al-Shaikh Maarouf) détruite par des explosions souterraines. Des dommages mineurs ont été observés à la mosquée Aslan Dede, la mosquée al-Hayaat, la mosquée al-Dabagah et au souk Qara Qumash.

L’État partie indique, en outre, que les communautés locales et les médias sociaux ont fourni un complément d’information concernant les dégâts importants causés par les explosions souterraines à la porte Qasab et au souk khan al-Harir, et par les affrontements à l’église orthodoxe arménienne en avril 2015, ainsi que les dommages mineurs au musée des Arts populaires (maison Atchiqbach) le 7 mai 2015. Des explosions souterraines ont détruit une partie du mur défensif au nord-est de la citadelle, le 11 juillet 2015, et partiellement endommagé l’entrée du XIIIe siècle de la citadelle, ainsi que le khan al-Shouna le 10 novembre 2015.

Enfin, le rapport rend compte des initiatives prises par l’État partie pour numériser et archiver les dessins architecturaux existants de la ville et surveiller les dommages, notamment en coopération avec l’agence média qui a accédé au site en avril 2015.

En avril et mai 2016, des bombardements intensifs ont été rapportés par les médias, mais aucune information précise n’a encore été reçue à propos des dommages causés au bien.

Analyse et conclusions du Centre du patrimoine mondial, de l'ICOMOS et de l'ICCROM (Istanbul, 2016)

La vieille ville d’Alep a été et continue d’être sévèrement endommagée en raison du conflit armé et de très grandes parties du bien semblent avoir été complètement détruites. Il s’en est suivi une crise humanitaire avec la perte de vies humaines et le déplacement de larges pans de la communauté, ajouté à des destructions majeures de la ville qui nécessitera une reconstruction massive et une reprise de son tissu économique et social.

Plusieurs initiatives internationales et nationales se poursuivent pour documenter les dommages à Alep et rassembler les archives existantes, les données historiques, les études récentes et la documentation, telle que l’initiative des archives d’Alep à Berlin.

Face à cette dévastation, le Centre du patrimoine mondial a décidé de publier un rapport d’évaluation des dommages sur l’état de conservation précis d’Alep – dont la préparation est sur le point d’être finalisée – et a organisé une réunion de réflexion avec un groupe d’experts multidisciplinaires sur le thème de la reconstruction post-conflit au Moyen-Orient, en particulier sur l’Ancienne ville d’Alep (Paris, 18-19 juin 2015), afin d’entamer une réflexion sur les plans de redressement d’Alep.

Dès que l’accès au bien sera rendu possible, il est important que des actions humanitaires et de sécurité soient engagées en coordination avec les acteurs du patrimoine culturel, autant que possible, afin d’éviter d’autres dommages irréversibles sur le bien et permettre l’application de mesures de première nécessité sur son patrimoine culturel.

Pour plus d'informations ainsi que les décisions générales sur les biens du patrimoine mondial de la République arabe syrienne (de 2013 jusqu'en 2016), visitez le lien suivant: http://whc.unesco.org/fr/soc/3345/

Pour les dernières images disponibles de destruction dans des bâtiments histroriques d'Alep (2015/2016), consultez la gallerie de photos.