Construire la paix dans l’esprit
des hommes et des femmes

L'engagement de l'UNESCO en faveur de la biodiversité

Culture et valeurs

L’importance accordée par les populations à la biodiversité et la façon dont elles la perçoivent influent sur le comportement aux niveaux individuel, institutionnel et sociétal. Il est nécessaire de mener des travaux plus approfondis pour comprendre la diversité des valeurs dont sont détenteurs les individus à l’égard de la biodiversité, en particulier parmi les sociétés non occidentales et les groupes marginalisés. Les différences de perception et de valorisation de la biodiversité dépendent de la culture, du genre, de l’éducation, de la profession, du contexte (urbain ou rural, par exemple), voire de nombreuses autres influences. La nécessité de comprendre cette question est de plus en plus largement admise. 

La biodiversité peut être valorisée pour les « services écosystémiques » extrinsèques qu’elle offre à l’humanité (par exemple, la fourniture de pollinisateurs pour la production alimentaire, les mangroves pour la prévention de l’érosion côtière, ou les plantes en tant que sources potentielles de nouveaux médicaments). Elle peut aussi être considérée comme ayant une valeur intrinsèque ; par exemple, des zones riches en biodiversité, comme les forêts tropicales ou les récifs coralliens, ou encore des animaux charismatiques tels que les tigres ou les baleines, sont souvent perçus comme ayant de la valeur indépendamment de leurs contributions aux populations. La biodiversité et la nature ont en outre de profondes dimensions culturelles et spirituelles, mais ces dimensions peuvent entrer en conflit avec les systèmes qui donnent à la biodiversité une valeur économique. 

  • Comprendre les diverses valeurs est essentiel pour comprendre comment les êtres humains interagissent avec la biodiversité. 
  • Comprendre les différentes valeurs est également essentiel pour obtenir le consensus et la coopération nécessaires à la conservation de la biodiversité, laquelle ne peut être réalisée que lorsque de multiples acteurs s’accordent sur des objectifs communs. 

 

Aller à : Rôle de l'UNESCO | Peuples autochtones | Instruments normatifs | Programme conjoint

Rôle de l’UNESCO dans la compréhension des diverses valeurs attachées à la biodiversité

Grâce à son mandat interdisciplinaire incluant les sciences exactes, naturelles et sociales et la culture, l’UNESCO peut étudier les diverses valeurs de la nature. La biodiversité est au coeur de nombreuses cultures et la culture elle-même joue un rôle crucial dans la façon dont la biodiversité est perçue. L’UNESCO est la seule institution du système des Nations Unies dotée d’un mandat dans le domaine de la culture. 

À travers ses conventions et programmes culturels, le Secteur de la culture de l’Organisation joue un rôle unique s’agissant d’encourager la créativité humaine et de sauvegarder la culture et le patrimoine à travers le monde. Le mandat de l’UNESCO en matière de sciences sociales permet une étude des considérations éthiques de la valeur intrinsèque de la nature, tandis que l’action menée par l’Organisation sur les questions liées au genre conduit à examiner les différences entre hommes et femmes dans l’expérience et l’utilisation de la biodiversité. Enfin, les travaux de l’UNESCO dans les domaines de la culture, de la communication et de l’information montrent que la langue est un élément clé de notre compréhension et de notre perception du monde, et que les concepts de « biodiversité » et de « nature » sont exprimés différemment selon les langues. 

 

Aller à : Haut de page | Rôle de l'UNESCO | Peuples autochtones | Instruments normatifs | Programme conjoint

peuples autochtones et Communautés locales

Les populations autochtones et les communautés locales méritent une attention particulière lorsque l’on étudie les diverses valeurs attachées à la nature. De nombreuses communautés autochtones et locales dépendent de la biodiversité et ont une relation particulière avec les paysages terrestres et marins qui les entourent. Ils ne voient pas nécessairement de distinction entre les êtres humains et la nature, et octroient souvent une importance spirituelle profonde aux animaux et aux plantes. Dans ce contexte culturel, les efforts visant à donner une valeur économique à la biodiversité, voire à gérer activement la biodiversité en vue de sa conservation, peuvent sembler particulièrement choquants. En outre, la philosophie occidentale en matière de conservation établit presque toujours une distinction nette entre les êtres humains et la nature, les incidences des activités humaines sur la biodiversité étant automatiquement considérées comme négatives. En revanche, pour les populations autochtones, l’interaction entre les humains et la nature est essentielle pour le monde naturel comme pour le monde social. Les mesures de conservation qui visent à limiter les liens entre les humains et la nature risquent donc de couper les liens des autochtones avec la nature. Ces différentes valeurs doivent être examinées et mutuellement comprises pour que les activités de conservation soient acceptables et équitables pour tous. 

Savoirs des femmes : médecine traditionnelle et nature (Maurice, Réunion, Rodrigues)

Le programme de l’UNESCO relatif aux Systèmes de savoirs locaux et autochtones (LINKS) a mené une initiative visant à consigner les connaissances des femmes au sujet des plantes médicinales d’îles de l’océan Indien. Ces îles étaient habitées depuis la fin du XVIIe siècle par des populations venues d’Europe, de Madagascar, d’Afrique, d’Inde, de Chine et même de Polynésie et d’Australie. Cette initiative montre comment le genre, un lien étroit avec la nature, la diversité culturelle et l’isolement sur un ensemble de petites îles ont conduit à une compréhension intime de la valeur des plantes dans leurs aspects tant médicinaux que spirituels.  Publication complète (pdf)

 

Aller à : Haut de page | Rôle de l'UNESCO | Peuples autochtones | Instruments normatifs | Programme conjoint

Instruments normatifs de l’UNESCO

L’UNESCO dispose de plusieurs instruments normatifs culturels en lien avec la biodiversité. Par exemple, les paysages culturels inscrits sur la Liste du patrimoine mondial au titre de la Convention du patrimoine mondial protègent d’importantes valeurs de la biodiversité en appuyant les liens entre diversité culturelle et diversité biologique. La majorité des paysages culturels inscrits au patrimoine mondial possèdent des composantes agricoles ou agropastorales, et les formes traditionnelles d’utilisation des terres qu’ils présentent aident à maintenir la biodiversité, notamment l’agro-biodiversité.

La Convention de l’UNESCO pour la sauvegarde du patrimoine culturel immatériel contribue à la compréhension des connaissances, pratiques et valeurs traditionnelles accumulées et renouvelées au fil des générations dans le cadre du patrimoine culturel immatériel. Cela inclut les façons dont ce patrimoine culturel immatériel a guidé les sociétés humaines dans leurs interactions avec leur environnement naturel pendant des millénaires. Aujourd’hui, la contribution du patrimoine culturel immatériel à la viabilité environnementale est reconnue dans de nombreux domaines tels que la conservation de la biodiversité, la gestion durable des ressources naturelles, le changement climatique et la préparation et la réaction aux catastrophes naturelles. 

 

Aller à: Haut de page | Rôle de l'UNESCO | Peuples autochtones | Instruments normatifs | Programme conjoint

Programme conjoint UNESCO-Secrétariat de la CBD sur les liens entre diversité biologique et culturelle

Au vu de l’importance des liens existant entre diversité biologique et diversité culturelle, le Secrétariat de la CBD et l’UNESCO ont mis en place un programme conjoint sur ces liens en 2010. Ce programme vise avant tout à mettre en évidence et à renforcer les synergies entre les dispositions connexes des conventions et programmes ayant trait à la diversité biologique et culturelle à des échelles pertinentes. Le programme LINKS, le Programme sur l’Homme et la biosphère (MAB) et le Centre du patrimoine mondial (CPM) contribuent à ce programme conjoint. 

Aller à : Haut de page | Rôle de l'UNESCO | Peuples autochtones | Instruments normatifs | Programme conjoint