Construire la paix dans l’esprit
des hommes et des femmes

L'engagement de l'UNESCO en faveur de la biodiversité

Mécanismes de gouvernance internationale

 

Conventions internationales

Plusieurs conventions internationales ont pour objet la conservation de la biodiversité. Ensemble, elles constituent le principal mécanisme de gouvernance internationale relatif à la biodiversité. L’UNESCO héberge le secrétariat de l’une de ces huit grandes conventions : la Convention du patrimoine mondial. Parmi les instruments internationaux concernant des sites, la Convention du patrimoine mondial établit les critères d’inscription les plus élevés en termes d’exigences concernant les valeurs de la biodiversité, l’intégrité, la protection et la gestion des sites. En outre, elle se distingue des autres conventions relatives à la biodiversité de par ses efforts visant à protéger le patrimoine naturel et culturel de valeur universelle exceptionnelle, et sa prise en considération de la corrélation entre diversité culturelle et diversité biologique. 

Les autres conventions concernant la biodiversité sont : 

  • la Convention sur la diversité biologique (CDB), 
  • la Convention de Ramsar relative aux zones humides, 
  • la Convention sur la conservation des espèces migratrices appartenant à la faune sauvage (CMS), 
  • la Convention sur le commerce international des espèces de faune et de flore sauvages menacées d’extinction (CITES), 
  • la Convention internationale pour la protection des végétaux (IPPC), 
  • le Traité international sur les ressources phytogénétiques pour l’alimentation et l’agriculture, 
  • la Commission baleinière internationale (CBI). 

Les chefs de secrétariat des conventions relatives à la biodiversité se réunissent régulièrement dans le cadre d’un groupe de liaison formel en vue d’améliorer la cohérence et la coopération en matière d’exécution. Les organes directeurs des conventions relatives à la biodiversité se sont engagés en faveur du Plan stratégique pour la diversité biologique 2011-2020 et des Objectifs d’Aichi pour la biodiversité, adoptés par la Conférence des Parties à la Convention sur la diversité biologique. Le cadre mondial relatif à la biodiversité pour l’après-2020 devrait être adopté en 2020. 
 

 

Plateforme intergouvernementale scientifique et politique sur la biodiversité et les services écosystémiques (IPBES)

L’IPBES est un organe intergouvernemental indépendant créé en 2012 qui compte 130 États membres en 2018. L’IPBES est une plate-forme scientifique et politique internationale chargée de fournir les meilleures données disponibles afin d’améliorer la prise de décisions concernant la biodiversité et les services écosystémiques. L’UNESCO figure parmi les principaux partenaires institutionnels de la Plateforme, aux côtés de la FAO, du PNUD et du PNUE, et a apporté son aide et sa participation dès les premières étapes. En particulier, l’Organisation a joué un rôle clé dans la mise en oeuvre du premier programme de travail de l’IPBES (2014-2018) en co-organisant et en accueillant plusieurs ateliers majeurs, notamment pour l’élaboration du cadre conceptuel de l’IPBES, qui combine les savoirs autochtones et locaux aux connaissances scientifiques. En mars 2018, à Medellin (Colombie), les représentants de 127 pays ont approuvé cinq rapports d’évaluation importants décrivant l’état des connaissances relatives à la biodiversité, aux écosystèmes et aux contributions de la nature aux populations. Ces évaluations portent sur quatre régions du monde et sur la dégradation et la régénération des sols aux niveaux régional et mondial. 

Ces rapports d’évaluation sont essentiels pour comprendre le rôle joué par les activités humaines dans l’érosion de la biodiversité et dans sa conservation, ainsi que pour mettre en évidence notre capacité à appliquer de manière collective des solutions aux défis à venir. Les conclusions de ces cinq rapports publiés par l’IPBES en 2018 fournissent des données qui sont présentées en détail tout au long de ces pages web. Elles ont également fournit des contributions essentielles au nouveau rapport d’évaluation mondiale exhaustif sur la biodiversité et les services écosystémiques que l’IPBES a publié en 2019. Il s’agit de la première évaluation de ce type depuis l’Évaluation des écosystèmes pour le millénaire, document de 2005 qui fait autorité. 

 

Unité de soutien technique du groupe de travail de l’IPBES sur les systèmes des savoirs locaux et autochtones

Le programme de l'UNESCO relatif aux systèmes des savoirs locaux et autochtones (LINKS) soutient l'IPBES en hébergeant l'unité de soutien technique du groupe de travail de l'IPBES sur les systèmes des savoirs locaux et autochtones. L'unité de soutien technique a développé une série de rapports sur les savoirs locaux et autochtones basés sur des ateliers de dialogue internationaux. Ces rapports présentent des études de cas de systèmes des savoirs locaux et autochtones visant à contribuer aux évaluations de l'IPBES.

 

...

Savoirs autochtones dans le cadre de l'IPBES

La Plateforme intergouvernementale scientifique et politique sur la biodiversité et les services écosystémiques (IPBES) fournit un mécanisme reconnu à la fois par la communauté scientifique et la communauté politique pour synthétiser, réviser, évaluer et évaluer de manière critique les connaissances pertinentes.

Le programme LINKS soutient l’IPBES dans ses travaux visant à garantir le respect des savoirs autochtones au sein de la plate-forme.