Partenariat UNESCO-HNA pour l'éducation des filles et des femmes

unesco-hna-partnership.jpg

© UNESCO/Niamh Burke

Sous l’égide du Partenariat mondial pour l’éducation des filles et des femmes : "une vie meilleure, un avenir meilleur", le Partenariat UNESCO-HNA a été établi en février 2014 suivi de l'établissement du fonds en dépôt Hainan.

Deux projets complémentaires ont démarré en septembre 2015 à l’occasion du Séminaire international sur l’éducation des filles et des femmes, pour aider les pays d’Afrique et d’Asie à accélérer leurs progrès dans la réalisation de l’égalité des genres dans l'éducation, l’accent étant mis en particulier sur la formation et le développement professionnel des enseignants concernant la dimension genre. Les projets seront réalisés sur une période de cinq ans, pour un budget total de 5 millions de dollars.

Objectifs

  • Améliorer/accroître l'accès à tous les niveaux de l’éducation par des politiques et des interventions ciblées, mettant l’accent en particulier sur les adolescentes qui sont les plus difficiles à atteindre
  • Améliorer la qualité et la pertinence de l’enseignement de base et secondaire pour garantir que les filles, en particulier les adolescentes, n’abandonnent pas l’école, y fassent de bonnes études et aillent au terme de tous les cycles d’enseignement pour accéder ensuite au monde du travail
  • Promouvoir des environnements d’apprentissage accessibles et sûrs pour tous les enfants et éliminer la violence sexuelle à l’école.

Deux projets dans sept pays

Le premier projet a pour objectif de renforcer le plaidoyer mondial et régional, la constitution de réseaux et la communication, afin de garantir le droit des filles à l'éducation et de développer les capacités nationales pour une éducation sensible à la dimension genre en Éthiopie, au Ghana et au Népal. Il est coordonné par le Siège de l’UNESCO, l'UNESCO-IICBA fournissant un appui technique spécifique au Ghana et à l'Éthiopie.

Points forts

  • Ghana : le projet vise à assurer la coordination efficace des interventions par l'Unité d’éducation des filles du Service de l’éducation du Ghana et à accroître la participation des filles aux disciplines scientifiques
  • Éthiopie : le projet vise à renforcer les capacités humaines et institutionnelles de 3 institutions d’enseignement supérieur et 12 écoles secondaires et supérieures, en matière de pédagogie sensible à la dimension genre ; améliorer les connaissances et les compétences des adolescentes relatives à la sensibilité à la dimension genre et leurs compétences nécessaires à la vie ; et créer un environnement d'apprentissage sûr et sensible au genre dans les écoles, grâce à l'engagement des communautés
  • Népal : le projet vise à renforcer les capacités des principaux acteurs de l’éducation pour la réussite de la mise en œuvre des politiques et pratiques sensibles à la dimension genre ; renforcer l’appui politique des autorités en faveur de l'éducation des adolescentes ; et sensibiliser et améliorer la documentation des bonnes pratiques pour l'éducation des adolescentes

Le deuxième projet vise à développer les capacités nationales en matière de formulation de politiques des enseignants afin qu’elles soient sensibles à la dimension genre et à renforcer les capacités des formateurs d’enseignants et des stagiaires, des directeurs d’école et des enseignants, dans le but de promouvoir des environnements d’enseignement et d’apprentissage sensibles à la dimension genre au Cambodge, au Myanmar, au Népal, au Sri Lanka et en Ouzbékistan. Il est coordonné par le Bureau régional de l’UNESCO à Bangkok.

Points forts

Événement

Plusieurs pays membres du Partenariat UNESCO-HNA pour l’éducation des filles et des femmes ont participé et au Colloque international et le Forum politique de l’UNESCO « Déchiffrer le code : l’éducation des filles en STEM », les 28-30 août 2017 à Bangkok, en Thaïlande.

Pour plus d’informations