Action de l’UNESCO en matière d’éducation dans les situations d’urgence

L’UNESCO contribue à renforcer les capacités des États membres afin qu’ils puissent, en temps de crise, offrir à tous l’accès à des possibilités éducatives de qualité. Alors même que l’éducation est généralement le secteur le moins bien financé dans les opérations d’intervention humanitaire, les données font apparaître que l'accès à des possibilités d’apprentissage dans une situation de crise concourt à sauver des vies et plus généralement à assurer le maintien de la vie.

La présence bien établie de l’UNESCO à travers le monde contribue au dialogue avec les Ministères de l'Education dans la mise en place de mesures de préparation. En temps de crise, les bureaux hors siège de l'organisation sont en situation d’agir rapidement et en étroite collaboration avec les gouvernements afin de parer à toute menace pesant sur le système éducatif et de conduire les efforts de réponse et de reconstruction.

L’UNESCO est membre fondateur du Réseau international pour l'éducation en situations d’urgence (INEE) et a pris des engagements en faveur du fonds L’éducation ne peut pas attendre, dans le domaine de l'éducation dans les situations d’urgence.

Politique et planification tenant compte des crises

Le rythme accéléré des conflits et des catastrophes naturelles, le nombre croissant de personnes déplacées de force dans le monde font peser sur les systèmes éducatifs une pression intense. En procédant à un investissement stratégique dans le renforcement des capacités des Ministères de l'Education avant et pendant le déclenchement d’une crise, l’UNESCO s’efforce de combler le hiatus entre la réponse humanitaire et celle du développement, renforçant ainsi de façon durable la résilience du secteur de l’éducation. L’Organisation apporte une expertise technique, des activités de recherche et de formation qui appuient au niveau national la conception de programmes d’enseignement, de politiques et de plans tenant compte des crises. Lors des crises régionales et dans les contextes entraînant l’exil de réfugiés, l’UNESCO est bien placé pour accompagner le dialogue transfrontalier, pour définir des politiques éclairées sur l'éducation des réfugiés, anticiper les besoins des systèmes éducatifs nationaux et les impacts de telles situations. Entreprises en collaboration avec les gouvernements nationaux et les partenaires humanitaires, ces actions permettent aux enfants et aux jeunes de continuer à avoir accès à une éducation de qualité qui leur offre, dans les situations d’urgence, une sécurité physique et psychologique.

Protéger les écoles contre les attaques

L’action de l’UNESCO vise aussi à protéger les écoles et les universités contre les attaques dans les conflits armés. Une éducation de qualité, dans un cadre sûr et neutre, offre une protection immédiate, apportant aux personnes touchées les connaissances et les compétences nécessaires à la vie ainsi qu’un accompagnement psychosocial les préparant à un avenir durable. L’UNESCO encourage les États membres à approuver la Déclaration sur la sécurité dans les écoles et à prendre une part active aux mesures qui visent à combattre l'impact de la violence et des conflits sur les institutions d’apprentissage. La déclaration s’assimile à un instrument permettant aux États de soutenir et de mettre en œuvre les Lignes directrices pour la protection des écoles et des universités contre l’utilisation militaire durant les conflits armés.

L’UNESCO contribue au dialogue politique sur les stratégies de prévention et de riposte efficaces, ainsi qu’à la conception de programmes pour traduire les politiques en pratiques et renforcer les mécanismes de suivi et de signalement des attaques. L’UNESCO est membre fondateur de la Coalition mondiale pour la protection de l’éducation contre les attaques.

Autonomiser les jeunes en temps de crise

Dans les contextes de crise, il est indispensable de soutenir les possibilités d’apprentissage qui comblent le fossé entre l'enseignement de base et secondaire, et l'emploi. Si l’on n’investit pas dans des opportunités leur permettant d’acquérir les connaissances et les compétences nécessaires pour contribuer de façon significative à l'économie de leur pays touché par la crise, les jeunes restent vulnérables face au chômage, à la pauvreté, à la violence et à l'extrémisme, autant de facteurs menaçant les efforts de reconstruction les plus assidus. Selon la recherche, alors que de nombreux enfants reçoivent un appui en matière d’éducation de base dans les contextes de crises prolongées, ils sont peu nombreux à bénéficier d’opportunités leur permettant d’acquérir des compétences pour la vie professionnelle ; par ailleurs très peu de ressources financières sont mises à la disposition de l'éducation post-fondamentale. L’UNESCO coopère avec les gouvernements pour permettre l’accès à l’enseignement secondaire, ainsi qu’à l'enseignement supérieur et à la formation technique ou professionnelle.

Contact : eie@unesco .org