Construire la paix dans l’esprit
des hommes et des femmes

Histoires de jeunes du MAB pour la Journée internationale de la diversité biologique 2020

 

Afin de célébrer la Journée internationale de la biodiversité en 2020, le 20 mai, le Réseau de la jeunesse du Programme sur l'homme et la biosphère (MAB) du a préparé une série d'articles sur l'importance de la biodiversité du point de vue des jeunes dans les réserves de biosphère. Dans les articles qui suivent, des représentants du monde entier nous donnent un aperçu perspicace de la conservation et de l'utilisation durable de la biodiversité.

 

 

 

 

 

 

 

Lorsque quelqu'un m'interroge sur mon travail, je lui dis que je suis un agent de recherche et de surveillance. Quand on me demande "où", je réponds que c'est la réserve de biosphère du Chouf, l'une des 701 réserves de biosphère qui font partie du programme de l'UNESCO sur l'homme et la biosphère. Et quand la dernière question arrive - "qu'est-ce que cela signifie, que faites-vous ?" - je réponds simplement : "je vis". Je fais partie de tout un écosystème et je vis aussi durablement que possible, en harmonie avec la nature.  

Mon travail comprend :

  • l'étude de l'environnement local pour mettre en œuvre des solutions basées sur la nature
  • protéger la nature, la biodiversité et la vie sauvage
  • la planification et la gestion durable des forêts, de la biomasse et de l'eau
  • aider les agriculteurs à restaurer leurs terres et à planter de manière durable
  • préserver les traditions des ancêtres et produire des produits locaux sains
  • en organisant des séances de sensibilisation à l'environnement, et
  • l'autonomisation et l'engagement des jeunes et des femmes.

Cette vision du monde a commencé grâce à mon grand-père. Les grands-pères occupent une place particulière dans nos cœurs, et le mien me disait : "Notre nature est notre maison". Tant que nous la conserverons, nous vivrons une vie durable, saine et heureuse". Ses paroles et nos longues journées passées ensemble sur la terre à planter et à récolter des cultures, à apprendre des espèces végétales et animales, à regarder les abeilles polliniser les fleurs de fruits, à camper dans la forêt sous les étoiles, à apprendre la vie dans l'océan et l'utilisation des herbes comme médicaments, et, surtout, sa passion et son amour pour tout ce qui vit, ont résonné en moi et ont renforcé mon lien avec l'environnement qui m'entoure.

Je me suis spécialisé en biologie, en sciences de la terre et de la vie et j'ai réalisé une thèse sur la valeur économique de l'écosystème forestier au Liban pour un master de recherche en ingénierie environnementale. Mes études scientifiques m'ont appris la même leçon que mon grand-père m'a montrée en vivant : la biodiversité est à la base d'un large éventail de services écosystémiques.

En 2017, j'ai rejoint une équipe de jeunes engagés travaillant dans la réserve de biosphère de Shouf. En tant que responsable de la recherche, de la surveillance et de la rédaction de propositions, je me trouve constamment captivé par l'intersection entre l'environnement et la communauté, et émerveillé par plus de 1 070 espèces de flore au sein de la biosphère. Je coordonne différents projets qui visent à renforcer la résilience des paysages méditerranéens face au changement climatique. J'organise également des activités communautaires pour encourager un changement vers un engagement environnemental positif et sensibiliser à l'environnement sur différents sujets, dont la conservation de la biodiversité.

Dans notre réserve de biosphère, nous appliquons les sept principes de la restauration des paysages forestiers pour restaurer l'écosystème. Nous nous engageons auprès de la communauté locale, notamment les femmes, les jeunes, les personnes ayant des besoins particuliers et les réfugiés, et nous sensibilisons à l'environnement sur différents sujets, dont la conservation de la biodiversité, où un travail de surveillance continue est mis en œuvre. Nous pratiquons une gestion durable des forêts qui comprend l'éclaircissement des forêts pour diminuer le risque d'incendie et augmenter la biodiversité. Nous mettons en œuvre la gestion de la biomasse, où une partie de la biomasse collectée dans les forêts élaguées est utilisée pour produire des éco-briquettes et du compost. Nous appliquons également la gestion de l'eau afin de tirer profit de la collecte des eaux de pluie et de la fonte des neiges. Dans le cadre de l'agriculture durable, les agriculteurs sont formés à la restauration d'anciennes terrasses abandonnées grâce à la plantation biologique d'espèces à valeur économique. Enfin, nous encourageons les activités d'écotourisme telles que la randonnée, le cyclisme et la découverte du patrimoine et de la culture libanais en visitant des villages et en dégustant des plats traditionnels dans des maisons d'hôtes.

La biodiversité est la toile de la vie, une toile dont nous dépendons entièrement et dont nous faisons partie intégrante. Tout comme mon grand-père croyait qu'il nous avait emprunté la Terre - la génération future - plutôt que de l'hériter de ses ancêtres, je rêve que chacun d'entre nous agisse pour conserver la biodiversité et la planète sur laquelle nous vivons. Cette année, nous avons l'occasion, en tant que communauté mondiale, de réexaminer notre relation avec le monde naturel, de réfléchir aux défis et aux réalisations, et de renouveler notre détermination à surmonter les défis environnementaux auxquels le monde est confronté.
Alors, rejoignez notre réseau de jeunes et aidez-nous à plaider pour la conservation de la biodiversité. Prenez dès aujourd'hui l'initiative de vivre de manière durable et de conserver la toile de la vie pour nous et les générations futures.

[Retour au début]

 

 

Je m'appelle Vusi Tshabalala, d'Afrique du Sud. Je suis née et j'ai grandi dans la réserve de biosphère de Kruger to Canyons, dans un township appelé Nkowa-nkowa de la province de Limpopo. En grandissant, j'ai toujours aimé visiter la maison de mon grand-père pendant les vacances scolaires. Il avait une petite ferme avec une variété d'animaux. Il était également chasseur, tandis que ma grand-mère était herboriste. S'éloigner de la ville et visiter cette vie rurale tranquille était un paradis pour moi. J'aimais passer du temps avec le bétail et les ânes. Chaque fois que je gardais un troupeau, le temps n'avait pas d'importance. J'oubliais même la faim ou le bain jusqu'à mon retour à la maison. J'ai appris de mon grand-père que la meilleure façon de devenir l'ami d'un animal est de passer du temps avec lui. Il brossait toutes ses vaches chaque jour et passait des heures à leur parler une par une. J'aimais aussi le regarder pêcher dans la rivière où nageaient les hippopotames. Si vous respectez les animaux et que vous leur donnez leur espace, vous n'avez rien à craindre de ce qu'il dirait ; ils vous feront la même chose.

Quand j'étais jeune éleveur, j'ai aussi beaucoup appris sur les arbres. Nous mangions des fruits sauvages fournis par la brousse, dont beaucoup d'enfants aujourd'hui ne savent rien, car l'élevage est considéré comme une chose du passé et une occupation pour les pauvres. Nous avons appris quel bois il faut ramasser pour le feu et lequel il faut éviter, car la fumée peut vous donner la diarrhée, la drogue ou même vous tuer. Chaque fois que nous étions malades, ma grand-mère ne nous donnait jamais de pilules ou de médicaments modernes ; la nature nous fournissait plutôt des remèdes par les feuilles, l'écorce et les racines. Elle faisait des boissons très amères et nous faisait parfois inhaler la fumée de certaines plantes en nous couvrant d'une couverture. À l'époque, cela ressemblait à de la torture, mais en grandissant, j'ai compris son importance, car de nombreuses personnes venaient demander de l'aide, car même aujourd'hui, la médecine traditionnelle peut guérir de nombreuses maladies qui ne peuvent être soignées par la médecine occidentale. Ce sont de grands souvenirs que je chéris et qui ont ouvert la voie à ma carrière dans la conservation. Le fait d'avoir vécu la perte de la biodiversité et de l'avoir vue changer et disparaître sous mes yeux m'a donné envie d'étudier la conservation de la nature après le lycée. 

Cependant, au cours des deux années qui ont précédé la fin de mes études, j'ai été témoin de conflits entre les hommes et la faune, d'une grave pollution de l'eau, d'une surexploitation des ressources naturelles et d'incursions de plantes exotiques. Ces impacts ont été ressentis mais pas compris. Lorsque j'ai demandé à mes oncles s'il existait une force de police pour la nature, ou quelqu'un pour donner une voix à la nature, ils ont répondu oui, mais que personne ne les prend au sérieux en raison de préoccupations plus pressantes. C'est alors que ma vocation a commencé. J'allais être cette voix ; je deviendrais un chercheur pour comprendre les effets d'entraînement de nos actions et éduquer mon peuple, tout en apportant des solutions. J'étais loin de me douter qu'il existait des plateformes comme les réserves de biosphère qui permettent aux gens de faire exactement cela, simplement en agissant comme un espace neutre d'engagement et comme un pont reliant les gens aux ressources naturelles. 

Grâce à ma réserve de biosphère, je peux profiter des avantages de la protection de notre biodiversité, tout en faisant ce que j'aime le plus. Être entourée de réserves naturelles telles que le parc national Kruger, à seulement 20 km de chez moi, parmi des montagnes avec des sources d'eau douce propres, des variétés d'espèces végétales que l'on ne trouve que dans notre région et différents sons d'animaux qui appellent pendant la nuit - et faire partie d'une équipe qui aide les gens à comprendre et à apprécier ces systèmes naturels - est le meilleur cadeau que mère nature puisse me faire. La seule chose qui manquait était mon propre troupeau, c'est pourquoi j'ai créé une école d'équitation au cœur de mon village. Voir un cheval de près pour la première fois est un rêve devenu réalité pour beaucoup. Tout ce que je souhaite, c'est que chaque enfant ait la chance de vivre ce que j'ai appris quand j'étais jeune, car on ne sait jamais à quel point une chose est bonne ou difficile avant d'y être exposé. En tant que jeune leader, c'est ma vision pour tous et plus encore.

[Retour au début]

 

 

Si la crise provoquée par la pandémie nous a appris quelque chose, c'est que les sociétés collaboratives, solidaires, flexibles et adaptables sont beaucoup plus résistantes aux événements extérieurs que les sociétés individualistes dont le désir de survivre et de se perpétuer est indifférent au bien-être des personnes qui peuvent vivre dans des situations précaires. C'est une nouvelle expérience d'apprentissage pour nous. L'humanité n'a pas été confrontée à un ennemi aussi invisible mais aussi puissant depuis l'épidémie de grippe espagnole au début du XXe siècle. 

Aujourd'hui, nous sommes vulnérables et la plupart du temps enfermés dans nos maisons, prenant d'innombrables mesures de précaution lorsque nous devons sortir, que ce soit pour faire des provisions ou travailler. Cette situation est nouvelle pour nous, mais elle est déjà familière à notre biodiversité.

La perte et la fragmentation des habitats sont considérées comme l'une des principales causes de la crise actuelle de la biodiversité. Les progrès du développement économique, l'urbanisation et la pollution transforment les habitats naturels, les rendant incapables de faire vivre leurs espèces indigènes. La biodiversité qui y prospérait autrefois est détruite ou obligée de migrer. Ces communautés vulnérables s'isolent désormais dans la peur et doivent prendre des mesures de précaution lorsqu'elles sortent pour se nourrir et faire face à ce puissant ennemi.

Il n'est pas nécessaire de tomber dans le cliché selon lequel "l'humanité est le virus", mais cette situation peut nous aider à réfléchir à la façon dont nous traitons notre environnement. Nous sommes tellement habitués à considérer les êtres humains et la nature comme des choses différentes qu'il est difficile de nous considérer comme faisant partie du monde naturel. Nous ne sommes qu'une espèce de plus et il est de notre responsabilité d'apprendre à coexister en collaboration et en solidarité avec toutes les espèces de faune, de flore ou de champignons qui nous entourent. Au lieu de forcer notre biodiversité à migrer et à s'isoler, nous devons migrer vers des modèles économiques plus durables et innovants et vers des comportements plus empathiques envers notre environnement afin de vivre en harmonie avec la nature.

Les réserves de biosphère sont pionnières dans cette mission, en promouvant des modèles de collaboration où les communautés sont protagonistes de la conservation de la biodiversité et du développement durable, tout en protégeant le patrimoine naturel qui est le leur et celui de toute l'humanité. Au Chili, nous avons le privilège d'avoir dix réserves de biosphère, chacune d'entre elles ayant une identité précieuse et une riche biodiversité avec un pourcentage élevé d'endémisme, résultant de la présence de frontières naturelles telles que la cordillère des Andes et l'océan Pacifique.

J'appartiens à la réserve de biosphère "Bosques Templados Lluviosos de los Andes Australes", qui est située à l'entrée de la Patagonie chilienne et qui abrite l'un des vestiges forestiers les plus intacts de la planète. Les zones centrales de la réserve présentent une biodiversité unique et largement méconnue. Celle-ci est protégée par la législation chilienne qui désigne ces zones comme des parcs nationaux afin d'empêcher toute intervention humaine. Pour nous, la protection de la biodiversité ne se limite pas à la préservation des écosystèmes ou au maintien des services écosystémiques, mais nous le faisons pour préserver et soutenir notre propre histoire. Nous sommes privilégiés, mais nous avons encore des défis à relever, où les concepts de collaboration et de flexibilité peuvent nous aider à former des communautés plus solidaires et plus adaptables.

Si les circonstances actuelles nous ont contraints à nous retirer, que ce soit pour repenser notre façon de voir le monde. Nous devons faire face aux graves problèmes présents sur la planète afin de donner une chance à notre biodiversité et, ce faisant, nous donner une chance à nous-mêmes.

[Retour au début]

 

 

Nous, en tant que partie de la biosphère - de cette majestueuse couche de vie de notre planète qui s'étend des profondeurs des océans aux plus hauts sommets des montagnes - ne sommes pas insensibles à toutes les dynamiques qui s'y produisent. Même après tous les développements économiques et technologiques qui ont eu lieu au cours du siècle dernier, une période pendant laquelle nous avons tourné le dos à l'environnement, aujourd'hui, plus que jamais, nous réalisons que notre résilience dépend de la relation que nous avons avec la nature ; que les impacts sur la biodiversité ne connaissent pas de frontières et ont des conséquences au niveau mondial ; et que nous vivons dans un monde que nous ne possédons pas, mais que nous partageons plutôt avec d'autres êtres vivants, molécules, éléments et atomes.

Ces mêmes "évolutions" nous ont permis de nous éloigner et de nous séparer de la biodiversité et de la nature, et de croire que quoi que nous fassions, la nature continuera à persister. Cependant, la biodiversité se reflète dans nos gènes les plus simples jusqu'aux écosystèmes les plus complexes. Il suffit de quelques pas pour trouver un nombre inimaginable de formes de vie. Des micro-organismes, des champignons, des plantes et des animaux sont présents dans nos maisons et dans notre environnement, nous rappelant que sans eux nous ne serions pas en vie aujourd'hui, même si beaucoup d'entre nous les ignorent.

Nous avons maintenant atteint le point d'une économie insatiable dans laquelle même les valeurs éthiques et morales peuvent être achetées. Il est devenu nécessaire de mettre un prix sur tout ce que la nature fait pour nous - ce que l'on appelle les "services écosystémiques" - afin de percevoir les avantages d'une action en faveur de la gestion durable de la biodiversité. Maintenant que nous reconnaissons que la biodiversité est fondamentale pour notre existence, peut-être allons-nous établir des stratégies pour réduire les impacts que nous avons générés, et trouver une voie pour nous guider vers une relation plus réciproque avec la nature.

Nous sommes convaincus que la création de réserves de biosphère est un point de départ pour générer des changements au niveau mondial. Nous l'avons vu de nos propres yeux et nous l'avons cultivé par nos actions, au sein de nos familles, de nos groupes d'amis et de nos communautés, en diffusant le message sur la nécessité de changer notre façon de penser, et en travaillant dur pour insuffler à chacun le désir de protéger la vie dans son sens le plus large. Il n'est pas nécessaire d'entreprendre des actions de grande envergure pour obtenir un changement significatif. Souvent, nous ne parvenons pas à apporter de petits changements dans notre vie quotidienne parce que nous pensons qu'ils ne seront pas visibles ou n'auront pas d'effet significatif. Cependant, notre travail dans les réserves de biosphère nous a appris que les petites bonnes actions ont un effet en chaîne qui se traduit par des résultats gigantesques.

Si nous pouvions faire réfléchir tous les habitants de la planète, pendant une minute seulement, à ce qu'est la biodiversité et à ce qu'elle signifie pour la planète, et leur faire penser à une petite action qu'ils pourraient mener, nous serions 8 milliards de minutes plus proches de vivre en harmonie avec la nature.

[Retour au début]

 

 

Aussi loin que je me souvienne, j'ai toujours été fasciné par la biodiversité. Quand j'étais petite, j'avais l'habitude de m'asseoir à la fenêtre pendant des heures pour observer les oiseaux se nourrir à la table d'oiseaux dans mon jardin. En grandissant, mes ambitions ont changé à plusieurs reprises, mais j'ai toujours su que je voulais faire quelque chose en rapport avec la conservation de la biodiversité. À l'adolescence, j'ai eu la chance de voyager dans de nombreux pays et de découvrir la beauté de la nature. J'ai également été confronté à l'inégalité - des personnes vivant dans les endroits les plus étonnants mais luttant pour satisfaire les besoins les plus fondamentaux. Lorsque je suis entré à l'université, je me suis intéressé à la politique en raison de mon désir de contribuer à changer le monde. Tout en naviguant dans le monde universitaire, mon instinct m'a conduit au MAB MSc. J'ai fait quelques recherches sur le programme MAB et tout s'est mis en place. C'est ainsi que tout s'est mis en place. Je n'ai pas eu à choisir entre soutenir les gens et la nature, je pouvais faire les deux. 

Faire partie de la communauté du MAB est quelque chose qui me rend très fier. Malgré le nom du programme (L'Homme et la biosphère), le MAB ne considère pas les êtres humains et la nature comme séparés : nous faisons tous partie de la même biosphère. C'est pourquoi nous accordons tant d'importance à la biodiversité. Les écosystèmes ne sont pas seulement des habitats pour les oiseaux et les fleurs ; ils nous fournissent de la nourriture, de l'air pur, des ressources médicales et de l'énergie, et nous protègent contre les inondations, les parasites et les conditions météorologiques extrêmes. La biodiversité fait également partie de notre patrimoine culturel - un fait qui n'est pas limité aux populations indigènes. À quoi ressembleraient les films de Disney sans la diversité biologique ? Pouvez-vous imaginer les peintures d'Henri Rousseau s'il avait choisi de représenter des paysages urbains - ou nos parcs et jardins vidés de leur faune ?

Aujourd'hui, dans le cadre du comité MAB France, je promeus le mode de vie durable et les initiatives locales qui montrent que vivre en harmonie avec la nature n'est pas seulement un idéal utopique. C'est un mode de vie déjà vécu dans les réserves de biosphère, et au-delà, où les gens choisissent de vivre avec la biodiversité et de la valoriser comme faisant partie de leur écosystème. Ces personnes ont des histoires à raconter, des expériences à partager et de l'inspiration à apporter. Leurs témoignages sont particulièrement précieux à la lumière de la crise actuelle et des défis qui nous attendent. Ils ouvrent la voie à une meilleure relation entre l'homme et la nature. 

En tant que jeune professionnel, je fais également partie de la communauté des jeunes du MAB, qui contribue à donner une voix à une génération souvent méconnue. Nous travaillons à l'autonomisation des jeunes et trouvons des moyens de les faire participer au processus décisionnel à tous les niveaux. Même si nous sommes souvent considérés comme une génération paresseuse et passive, nous avons beaucoup à dire sur la création d'un avenir que nous pouvons espérer. 

Je suis reconnaissante d'avoir un emploi valorisant en accord avec mes valeurs, et chaque fois que j'ai la chance de visiter une réserve de biosphère, je retombe amoureuse de la nature.

[Retour au début]

 

 

Pendant de nombreuses années, l'océan a été considéré comme un lieu de mystère, de peur. Et il est normal d'avoir peur de ce qui est inconnu. Dans les temps anciens, des gens courageux ont exploré cette surface bleue ; certains y sont retournés, d'autres non. Pendant longtemps, l'océan a été connu comme un lieu de monstres et de sirènes.

Plus récemment, nous avons changé notre point de vue sur l'océan, le considérant comme une source de vie. Cependant, nous mettons également en danger l'océan et ses formes de vie par la pollution, le changement climatique et la surpêche. Nous prélevons de l'océan plus qu'il ne peut en fournir de manière durable, ce qui menace constamment sa biodiversité. L'océan, représenté dans la mythologie grecque par Tethys, la fille d'Uranus et de Gaia, la source de tant de légendes et d'histoires, a besoin d'attention.

Notre perspective de l'océan a évolué au fur et à mesure que les connaissances scientifiques ont progressé. Aujourd'hui, nous savons qu'une grande partie de l'océan nous reste inconnue, si on la compare à notre connaissance de Mars et de la Lune. Nous avons catalogué de nombreuses espèces, et bien qu'aucune ne soit un monstre, il existe une vaste biodiversité. 

Nous savons maintenant que les monstres des océans sont en fait des créatures fantastiques qui ne recèlent pas de mystères mais un potentiel incroyable. Il y a des créatures intelligentes comme la pieuvre qui a trois cerveaux, ou d'énormes animaux comme la baleine bleue géante dont le cœur pompe environ 220 litres par battement.

L'océan abrite les plus grandes et les plus petites créatures de la planète. C'est un univers riche, plein de vie même dans les profondeurs où aucune lumière ne pénètre. Il y a des créatures qui brillent au néon, d'autres qui communiquent par sonar, et même des poissons qui ramassent des coquillages. La vie en mer est fascinante.

Alors que dans le passé, les histoires de sirènes mystérieuses servaient d'avertissement, aujourd'hui, nous devons nous réconcilier avec le féminin - avec Gaia, notre mère la Terre, qui nous fournit la plus riche des biodiversités. Le sol fertile présent sur la planète Terre, la seule planète qui possède une biodiversité dans notre système solaire, est un cadeau de la source de la vie : l'océan.

Que la Journée internationale de la diversité biologique soit l'occasion d'honorer notre profonde dépendance à l'égard de cet environnement bleu qui produit 60 % de l'oxygène que nous respirons. Même s'ils sont isolés, nous pouvons porter un toast à la vie sur cette planète bleue.

[Retour au début]

 

 

Dans un monde où l'anthropocentrisme est la norme, nous, les êtres humains, continuons à trouver des raisons de nous éterniser en tant que protagonistes, oubliant que tout est lié et qu'en plus d'être sociaux, nous sommes entourés. 
(Redéfinir cette lutte signifie ne pas se prétendre les sauveurs des forêts, des rivières et des océans, ou des montagnes, mais plutôt se considérer comme faisant partie d'un tout dans lequel nous vivons en relation avec d'autres êtres humains et non humains. 

Le réseau des jeunes du Chocó Andino de Pichincha en Équateur est une organisation qui couvre un territoire très diversifié, cherchant à renforcer le sentiment d'appartenance et d'identité afin de parvenir à la durabilité dans tous ses sens. En plus d'être un écosystème, le Réseau des jeunes du Chocó Andino de Pichincha vit et respecte des réalités diverses, où la conservation et les menaces sont latentes. Nous considérons le défi d'atténuer le conflit entre les êtres humains et la nature comme un processus à long terme, qui se traduit simultanément par un renforcement de notre organisation autour de la gouvernance environnementale. Nous cherchons également à parvenir au changement, à la durabilité et à l'harmonie, qui sont tous des facteurs déterminants dans les mesures prises pour surmonter la crise environnementale, économique et sociale actuelle. 

Dans ce contexte, le travail du réseau a été et continuera d'être notre principale force. La réflexion sur l'éducation et la communication, ainsi que la participation réelle et active à la gouvernance du territoire, a permis de connaître différentes réalités, de les assimiler et d'enrichir notre processus. 

Sembrar Salva Vidas est une campagne lancée par le réseau des jeunes du Choco Andino de Pichincha en réponse à la pandémie mondiale COVID-19. Elle vise à motiver davantage de personnes locales à planter et ainsi à assurer leur souveraineté alimentaire, ainsi que celle de leurs voisins. Une activité à laquelle le réseau de jeunes s'identifie est la semence : le simple fait de semer conduit à une large réflexion sur différents thèmes. Le semis a un rapport direct avec l'eau, avec l'état du sol, avec la nourriture, avec la culture et les coutumes, avec la Lune, avec les gens et même avec la santé mentale d'une population. Générer l'harmonie signifie comprendre que tous ces éléments sont interconnectés et interdépendants. Semer de manière durable signifie considérer d'où vient la graine, et que l'on y ait accès ou non, sensibiliser ceux qui plantent de leurs propres mains, à la nécessité de valoriser et de respecter tous les êtres. Nous dépendons tous des microorganismes qui génèrent l'engrais qui nourrit les plantes qui, à l'avenir, nourriront nos familles. 

La réserve de biosphère du Chocó Andino de Pichincha du programme MAB est un grand allié pour les jeunes. Elle représente pour nous un nouvel espace pour transmettre nos préoccupations sur les menaces et les propositions véhiculant la vision que les habitants de ce territoire ont de la vie avec une diversité biologique et culturelle qui va à l'encontre de l'homogénéisation des processus. Cette homogénéisation, qui vise à continuer à alimenter le modèle économique à une échelle vorace, est clairement non durable et contraire aux intérêts des habitats et des communautés. Pour nous, la réserve de biosphère est un espace pour donner la parole à ceux qui n'en ont pas et pour construire un écosystème plus harmonieux de manière résiliente, en pariant sur la conviction que le tourisme durable, la souveraineté alimentaire, la santé, la recherche, l'éducation et la production agro-écologique nous aideront à progresser vers une meilleure relation entre les êtres humains et les écosystèmes.

 

 

[Retour au début]

 

 

Je m'appelle Cecilia Laporta. Je suis uruguayenne et la plus jeune de quatre frères et sœurs, qui s'appellent Martín, Paula et Inês. Ma relation avec la biodiversité est liée, depuis toujours, à mon frère et à mes sœurs, ainsi qu'à La Paloma, une ville côtière du département de Rocha qui fait partie de la réserve de biosphère de Bañados del Este. 

Martín et Paula sont des biologistes marins. Le 5 juin 1992, nous avons célébré la Journée mondiale de l'environnement dans mon école. Le professeur nous a demandé de réaliser une affiche à partager avec notre classe et de monter un panneau d'affichage. Sans le savoir, c'était mon premier acte militant.

Je me souviens encore du dessin - ma première bannière environnementale avec un bel orque, copié de l'encyclopédie de la mer de mon frère Martín, et la phrase "Non à la captivité" en rouge, inspirée du film Free Willy, notre sélection de films pour chaque vidéoclub du dimanche. 

Nous avons grandi et les étés ont passé. Le coucher et le lever du soleil, le camping et l'océan, avec Inês et moi toujours au bord de la mer sur une plage de Rocha. Paula, qui a six ans de plus que moi, a commencé à travailler sur la conservation des mammifères marins tandis que Martín travaillait avec les tortues de mer. Au début du XXIe siècle, toute la famille a compris pourquoi il était important de conserver non pas une, mais plus de quatre espèces de tortues de mer, habitant les côtes de l'Uruguay ainsi que des dauphins comme Flipper ! Nous avons fait nos premières expériences d'écotourisme dans la réserve et y avons vécu de merveilleuses aventures. 

Lorsque le moment est venu de choisir ma carrière professionnelle, le quota de biologistes dans la famille a été atteint, et après avoir vu une biopsie de dauphin, j'ai abandonné l'idée. Mais il y a une raison pour laquelle les choses se passent ainsi. Lors des voyages pour aider Paula à photo-identifier les dauphins de Commerson (Tursiops truncatus gephyreus), j'ai étudié l'économie et j'ai ensuite rejoint l'ONG Repapel qui travaille dans l'éducation environnementale et la gestion des déchets. 

Des années plus tard, j'ai rejoint la Direction nationale de l'environnement en tant qu'administratrice d'un projet qui cherchait à relier les approbations de projets ayant un impact sur l'environnement aux informations sur la biodiversité et les zones protégées. J'ai mis de côté les aspects administratifs et comptables de ce rôle et me suis davantage impliquée dans la gestion du projet. Je croyais que cette idée allait changer le monde, mais la réalité et les complexités du système l'ont emporté. J'ai donc repris mes études et j'ai obtenu un master en gestion intégrée des côtes, cherchant à relier ma profession à ma grande passion, la mer, par le biais du portail de la recherche-action interdisciplinaire et participative. 

C'est ainsi que mon chemin a commencé vers le paysage protégé de la Laguna de Rocha et la communauté de pêcheurs artisanaux qui y vivent. Avec Ximena, une anthropologue chilienne qui est tombée amoureuse de l'Uruguay, nous avons commencé à travailler avec le groupe de femmes pêcheurs à la création d'une entreprise gastronomique qui produit des aliments exclusivement à partir de la pêche en lagune. Avec elles, nous avons découvert ce que signifie la souveraineté alimentaire, l'effort et la vulnérabilité des travailleurs de la pêche, ainsi que l'invisibilité et l'importance des femmes pêcheurs en Uruguay. 

J'ai observé plus de 100 espèces d'oiseaux sur les 250 qui habitent ce site Ramsar, et je les ai également vues migrer. J'ai appris le cycle de vie incroyable des crevettes pêchées dans la lagune, et j'ai commencé à me demander si le courant de l'eau dans le sud du Brésil serait assez chaud en septembre pour les alevins de crevettes pêchés entre mars et mai dans la lagune. J'ai appris les effets des pesticides utilisés dans le bassin versant du lagon sur les poissons que nous mangeons, sur la qualité de l'eau et surtout sur la végétation qui pousse dans le lagon et qui entraîne l'enchevêtrement des filets, rendant la pêche plus difficile. J'ai vu les maisons des pêcheurs être inondées, encore et encore, à cause de La Niña, et nous avons vu le niveau de l'eau de la lagune baisser à la suite de la sécheresse qui a suivi. 

La nature est liée. J'ai observé les relations entre nos actions et leurs conséquences communes. J'ai appris à connaître la connaissance que les pêcheurs et leurs parents et grands-parents ont de la lagune, comment ils utilisent leurs sens : ils connaissent le bruit de l'eau qui frappe chaque coin de ses rives et ils voient la lagune trembler à la seconde où le vent change de direction. J'ai su alors ce que signifie habiter le territoire, et dans une région sans peuple autochtone, c'est la population locale. 

Il y a cinq ans, j'ai déménagé à La Paloma, dans la réserve au bord de la mer et de la lagune. Martín et Paula vivent aussi à proximité. Depuis lors, et grâce aux liens avec d'autres jeunes d'Amérique latine et du reste du monde qui font partie des réserves de la biosphère, le concept de développement local, la conservation de la biodiversité et les luttes des femmes et des jeunes, et des populations locales et indigènes, ont repris tout leur sens. Ils sont devenus une cause commune, un véritable réseau. Nous reconnaissons que le système actuel a une date d'expiration ; il fait partie d'une économie abusive, mondiale et envahissante, qui nous aliène et prend la nature, les femmes et les pauvres comme principaux otages. Cependant, ces jeunes partagent des connaissances, des sentiments, des initiatives, des actions, des rêves et des espoirs. Nous partageons des histoires et unissons nos voix à l'occasion de la Journée internationale de la diversité biologique pour renforcer notre lutte, alors que notre famille continue de s'agrandir.

 

[Retour au début]

 

Eh bien, nous avons tous eu notre vie directement affectée par la biodiversité. Certains des premiers souvenirs que j'ai de mon enfance sont les visites que ma famille a faites au jardin botanique des Blue Mountains. Ils sont nichés dans une partie tranquille du monde, coincés entre les parcs nationaux des Blue Mountains et de Wollemi. La diversité des plantes, la présentation de la diversité botanique de chaque continent au sein d'un jardin conçu de telle manière que chaque section est sa propre évasion pittoresque vers un monde différent.

Maintenant que j'ai grandi, j'ai appris à apprécier beaucoup plus la biodiversité et j'ai la mobilité nécessaire pour en voir plus dans d'autres parties de mon monde. Je connais de mieux en mieux la flore et la géographie de ma région, les liens et les histoires de chaque espèce que je vois commencent à devenir plus distincts quant à la façon dont elles ont émergé et une histoire de leur évolution sur des milliers de générations se révèle. 

Mais, en même temps, je vois des changements dans cette biodiversité, nous voyons tous des changements dans cette biodiversité. Qu'il s'agisse d'espèces qui semblaient autrefois régulières dans ma région et qui ne réapparaissent plus à une saison, comme le nombre décroissant de coléoptères emblématiques de Noël qui tapaient régulièrement à nos fenêtres les soirs d'été, ou le choc de la mauvaise gestion de nos communautés écologiques séparées des populations indigènes dont les pratiques au cours de milliers d'années ont façonné la terre en une existence mutuelle, des pratiques de plus en plus oubliées à mesure que les générations déconnectées de leurs terres disparaissent.

L'état de la nature est en difficulté. Une des espèces qui la composent, l'homme, a connu une évolution sans précédent pour devenir l'espèce la plus puissante et la plus influente, peut-être dans tout le passé et l'avenir de cette planète. Dans notre quête pour sortir des milliards de personnes de la pauvreté, pour réaliser nos rêves de vol et de progrès technologique pour une vie meilleure, nous l'avons souvent fait au détriment de la biodiversité et des écosystèmes dont nous dépendons. Le progrès économique de ces derniers siècles s'est fait par l'exploitation du reste de la nature et de son capital, accumulé depuis des millénaires. Cette situation n'est pas durable et menace la stabilité et l'existence de nos sociétés. 

Nous pouvons convenir que notre monde est confronté à de graves problèmes, mais ce sur quoi nous ne pouvons pas tous nous entendre clairement, c'est sur une solution claire aux problèmes auxquels nous sommes confrontés.

Mais ce que nous avons, ce sont des moyens qui rassemblent les nombreuses parties prenantes ayant des intérêts divers, pour s'entendre et travailler à des décisions et des modèles de développement plus durables, à un rythme fiable. L'un de ces exemples est le programme MAB, et cette capacité à rassembler un éventail aussi diversifié d'acteurs pour convenir et mettre en œuvre ces progrès. Bien qu'il ne soit pas en mesure d'offrir les progrès rapides que certains acteurs souhaitent, ou aussi faciles à travailler que d'autres le souhaitent, c'est un rythme de progrès qui est pratique, et qui donne des résultats sur le long terme.

[Retour au début]

 

Je m'appelle Yu Tian, né le 10 décembre 1989. Depuis septembre 2015, je travaille dans l'administration de la réserve de biosphère de Fanjingshan, principalement engagée dans la conservation de la biodiversité et sa réponse au changement climatique. Actuellement, je suis responsable du projet du Fonds spécial pour la formation de jeunes talents exceptionnels en foresterie, soutenu par le Département des forêts de Guizhou, intitulé "étude sur la diversité des espèces de papillons et sa réponse au changement climatique dans la réserve de biosphère de Fanjingshan". Ce projet a été mis en œuvre en 2018 et devrait être achevé en 2021. Grâce à la réponse du modèle de distribution verticale des espèces de papillons au changement climatique, ce projet analyse et prévoit le changement du modèle de distribution des papillons dans le contexte du changement climatique à l'avenir, afin de fournir une base scientifique pour la protection des espèces de papillons.

La réserve de biosphère de Fanjingshan est située à la jonction des comtés de Jiangkou, Songtao et Yinjiang dans le nord-est de la province de Guizhou. Elle a été désignée comme une zone de forêt naturelle interdite par le ministère des forêts en 1956 et a été établie comme la première réserve naturelle du Guizhou avec l'approbation du gouvernement populaire de la province du Guizhou en 1978. En 1986, elle a été inscrite sur la liste des membres du réseau mondial de réserves "Man and Biosphere" par l'UNESCO, devenant ainsi la quatrième réserve naturelle de Chine à rejoindre le réseau. Lors du 42e Congrès du patrimoine mondial en 2018, Fanjingshan a été inscrit avec succès au patrimoine naturel mondial et est devenu le 13e site du patrimoine naturel mondial en Chine. La réserve de biosphère de Fanjingshan couvre une superficie totale de 428,63 kilomètres carrés, dont 416,07 kilomètres carrés de terres forestières qui représentent 97,07 % de la superficie totale de la réserve. La biodiversité des espèces est très riche. Il est maintenant provisoirement identifié qu'il y a 6.546 espèces d'animaux et de plantes, dont 3.533 espèces de plantes et 3.013 espèces d'animaux.

La résolution du problème de la perte de biodiversité est un problème mondial urgent, qui exige que les gouvernements, les institutions de recherche scientifique, les entreprises privées, les organisations non gouvernementales et les communautés fassent connaître la valeur et l'importance de la conservation de la biodiversité. Nous devrions renforcer la garantie politique, les incitations de politique sociale et l'action mondiale pour faire face à la perte de biodiversité. Nous devrions renforcer la publicité et l'éducation sur la conservation de la biodiversité par la vulgarisation scientifique, et encourager divers groupes sociaux, tels que les enfants, les jeunes, et même les personnes âgées, à participer aux activités de conservation de la biodiversité. Les jeunes devraient devenir des défenseurs, des participants et des promoteurs actifs de la conservation de la biodiversité. Nous devrions encourager et soutenir les jeunes à jouer un rôle essentiel dans la conservation de la biodiversité, et mettre en place des équipes vertes, telles que l'équipe de service volontaire des jeunes pour la conservation de la biodiversité et l'équipe de propagande pour la protection écologique et environnementale. En outre, nous devons de toute urgence promouvoir l'étude des ressources locales, découvrir le schéma de répartition géographique des animaux et des plantes sauvages rares et menacés, et obtenir les caractéristiques de répartition de la flore et de la faune, afin de fournir des informations pour la conservation et la gestion de la biodiversité. 

[Retour au début]