Construire la paix dans l’esprit
des hommes et des femmes

Prix UNESCO pour l’éducation des filles et des femmes

gwe_prize_2021.png

© Charlotte Kesl

Précédents lauréats du Prix UNESCO pour l’éducation des filles et des femmes

Lauréats 2020

Fondation Shilpa Sayura, Sri Lanka

La Fondation Shilpa Sayura a été créée en 2005 dans le but principal de développer et proposer un système d’apprentissage à distance avec des contenus numériques pour les curricula nationaux dans les télécentres ruraux du Sri Lanka afin d’aider les jeunes et les enfants.

Le projet récompensé, NextGen, filles dans les technologies, contribue à accroître la présence des femmes et des filles dans le secteur des technologies émergentes au Sri Lanka en formant des milliers de filles et d’enseignants et enseignantes aux compétences demandées par l’industrie.

Au cours des deux dernières années, NextGen a atteint les quatre coins du Sri Lanka, en ligne et hors ligne, et a formé plus de 1 050 jeunes femmes et 500 enseignants et enseignantes aux compétences demandées par le secteur des technologies, comme l’apprentissage automatique, la cybersécurité et la conception, et a permis d’améliorer leurs chances d’obtenir un stage et un emploi.

Girl Child Network, Kenya

Girl Child Network a été fondé en 1995 avec pour objectif initial de mettre en œuvre le Programme d’action de Beijing au Kenya. Le réseau propose maintenant des programmes multisectoriels complexes dans les domaines de l’éducation, de la santé et la nutrition, des droits humains et du droit, des genres et de la gouvernance, de la réduction des risques de catastrophes, de la recherche et documentation, et du renforcement des capacités institutionnelles.

Le projet récompensé « Notre droit à apprendre – Atteindre les exclus » améliore l’accès à un enseignement primaire de qualité pour les enfants vulnérables, y compris les filles, dans les zones les plus difficiles à atteindre du Kenya tout en leur donnant les moyens de se faire entendre dans et hors de l’école.

Depuis 2012, le projet a atteint plus de 51 900 enfants dans 240 écoles primaires, dont plus de 25 900 filles non scolarisées vulnérables et marginalisées, et plus de 740 enseignantes. À travers des programmes d’enseignement, des établissements adaptés au handicap et au genre et une mobilisation sociale et communautaire, le projet entend modifier les attitudes négatives qui font obstacle à l’éducation des filles.

Lauréats 2019

Sulá Batsú, Costa Rica

Fondée en 2005, Sulá Batsu est une coopérative costaricaine qui met à profit les technologies numériques, l’art et la culture pour raconter les histoires de filles et de jeunes femmes et encourager la transformation sociale dans les communautés locales.

Le projet récompensé, qui s’intitule Voices of Central American Girls (la voix des filles d’Amérique centrale), permet aux filles adolescentes d’acquérir des compétences numériques pour faire entendre leur voix et créer des solutions pour elles-mêmes et leurs communautés. Mis en œuvre dans les écoles, le projet offre aux filles issues de milieux vulnérables une formation extracurriculaire associant compétences numériques, tutorat, apprentissage mutuel et création de prototypes de solutions numériques innovantes.

Depuis 2016, plus de 4 000 filles se sont inscrites aux formations, un réseau de plus de 600 filles a été créé et 300 prototypes technologiques ont été développés. Le projet, initialement mis au point au Costa Rica, a depuis été reproduit dans la majeure partie de l’Amérique centrale.

Département d’éducation, Gouvernement de Navarre, Espagne

Le Département d’éducation du Gouvernement de Navarre, en Espagne, est récompensé pour son projet SKOLAE: Growing in equality (SKOLAE : grandir dans l’égalité), qui lutte contre les stéréotypes sexistes dans l’éducation et au-delà. Ce programme scolaire holistique donne aux élèves les moyens de démarrer dans la vie dans des conditions d’égalité, en s’appuyant sur le principe qu’un changement concret commence en classe.

Le programme de formation du projet permet aux élèves d’identifier et de combattre les inégalités et d’exercer leur droit individuel à l’égalité, quelles que soient leur culture, leur religion et leur orientation ou identité sexuelle. Il vise à prévenir toutes les formes de violence contre les filles et les femmes, à mettre en avant les femmes et leurs contributions et à valoriser des masculinités égalitaires et des féminités responsables.

Depuis 2017, le projet a été mis en œuvre dans 116 écoles (30 % des écoles de la région) et a bénéficié à 8 705 filles et 8 902 garçons âgés de 3 à 18 ans. Environ 1 808 enseignantes et 495 enseignants ont participé au programme de formation des enseignants dans le cadre du projet.

Lauréats 2018

Voir l'interview Facebook avec les lauréats (en anglais)

  • Fondation Misr El Kheir, Égypte

Les programmes de la Fondation soutiennent la transition des filles du primaire vers le secondaire, et l’achèvement d’un cycle complet d’éducation de base. Ils donnent aux filles les moyens d’acquérir des compétences en lecture, pour la vie et leur futur emploi, et aident les enseignants à adopter des pratiques d’enseignement sensibles au genre et à créer des environnements d’enseignement et d’apprentissage sûrs.

Le projet récompensé, Educational Opportunities for Children in Underserved Villages through Community Schools (opportunités d’éducation pour les enfants des villages mal desservis grâce aux écoles communautaires), a aidé à améliorer l’accès des filles à une éducation de qualité et à élargir leurs possibilités de développement de carrière et leurs choix de vie dans plus de 290 des communautés les plus pauvres et les plus mal desservies du pays.

Depuis 2010, 27 750 enfants (62 % de filles) se sont inscrits dans plus de 1 000 écoles, et 2 000 éducateurs communautaires ont été formés aux méthodes d’enseignement modernes. Plus de 7 000 enfants ont achevé leur éducation dans les écoles communautaires, dont 3 500 filles qui ont achevé leur cycle d’éducation primaire. Le ratio d’égalité entre les sexes s’est amélioré ; les filles représentent désormais 62 % des élèves. L’engagement communautaire entraîne également une diminution du nombre de mariages précoces.

 

  • Centre pour les femmes de la Fondation jamaïcaine, Jamaïque

Créé en 1978, le Centre pour les femmes de la Fondation jamaïcaine (Women’s Centre of Jamaica Foundation) fournit une formation continue aux filles adolescentes enceintes et aux mères adolescentes qui ont dû quitter l’école. Plus de 47 000 filles et jeunes femmes ont obtenu une seconde chance d’achever leurs études secondaires et de réaliser leurs objectifs de vie.

Le projet récompensé, Caribbean Secondary Education Certificate (certificat d’études secondaires caribéen), soutient la réintégration des filles adolescentes dans le système scolaire formel après la naissance de leur enfant. L’obtention du certificat signifie que les jeunes femmes peuvent continuer dans l’enseignement supérieur et embrasser une carrière enrichissante. Le projet propose un cursus universitaire dans des matières principales, ainsi que des cours qui permettent aux jeunes femmes d’acquérir des compétences génératrices de revenus, à la fois en présentiel et en ligne.

Les jeunes mères inscrites à la Fondation ont eu plus de chance d’achever leur éducation, d’établir leurs possibilités de carrière et de trouver des emplois mieux payés que les jeunes femmes qui n’avaient pas participé aux cours. Le projet de la Fondation est devenu un modèle puissant qui est reproduit dans d’autres pays tels que la Grenade, le Guyana et l’Afrique du Sud.

 

Lauréats 2017

  • Programme de développement et d’éducation des filles et Centre communautaire de la sous-région du Grand Mékong (DEPDC/GMS), Thaïlande

Le Programme de développement et d’éducation des filles et Centre communautaire de la sous-région du Grand Mékong (DEPDC/GMS) est une organisation non gouvernementale (ONG) basée dans les communautés du nord de la Thaïlande, qui a pris l’engagement de prévenir la traite et l'exploitation des enfants par la protection, l'éducation et la formation aux compétences nécessaires à la vie courante. Fondé en 1989 par M. Sompop Jantraka, le DEPDC/GMS permet aux enfants de comprendre leurs droits et de renforcer leur estime de soi ; il œuvre également au développement des communautés et des familles pour créer des environnements qui ne soient pas propices à l'exploitation des enfants. Officiellement reconnu par le gouvernement thaïlandais en 1995, le DEPDC/GMS travaille depuis plus de 20 ans dans le domaine de la protection des droits des enfants et de l’autonomisation des filles.

Le DEPDC/GMS est récompensé pour son « Programme d’éducation et de formation aux compétences de la vie afin de venir en aide aux enfants et aux femmes apatrides migrant de l’État de Shan vers la Thaïlande ». Ce projet innovant utilise l'éducation et la formation aux compétences de la vie courante pour protéger les filles et les femmes migrantes contre les risques de traite des êtres humains, d'exploitation sexuelle ou d’exploitation de leur travail. Il œuvre également à la réinsertion des filles et des femmes qui ont été la proie de tels abus. Il est reconnu comme un modèle pouvant être reproduit dans le reste du pays et ailleurs dans le monde.

 

  • Mini-Académie des sciences et des technologies (MaCTec), Pérou

La Mini-Académie des sciences et des technologies (MaCTec) est une organisation à but non lucratif du Pérou, qui s’est fixé pour but de créer la première génération de femmes scientifiques du pays, capable de changer le monde et de réduire les disparités sexuelles dans les sciences, les technologies, l'ingénierie et les mathématiques (STEM). Grâce au modèle MaCTec, des filles peuvent participer à un atelier conduit par des scientifiques chevronnés leur permettant de découvrir, de créer et d’expérimenter, puis de rentrer chez elles pour partager leur expérience avec leurs pairs et leur communauté et appliquer ce qu’elles ont appris.

MaCTec Pérou est récompensé pour son Projet « Laboratoires ambulants MaCTec/Mini-académie des sciences et des technologies ». En cinq années de fonctionnement, MaCTec a formé 200 filles de différents milieux socioéconomiques de Lima, Huancayo et Huaraz, qui ont ensuite organisé des ateliers dans des écoles et transmis leur savoir à leurs pairs. MaCTec estime avoir touché au moins 20 000 enfants en 5 ans, sans compter l'impact des filles formées par MaCTec sur leur famille et leur communauté en général. Le projet a été développé en partenariat avec les autorités gouvernementales, des donateurs privés et la communauté universitaire. De nature évolutive, il peut être reproduit dans d'autres pays.

 

Lauréats 2016

  • Female Students Network Trust, Zimbabwe

Le « Female Students Network Trust » (Harare, Zimbabwe) est récompensée pour son projet qui vise à autonomiser les étudiantes grâce à des programmes de développement du leadership et de tutorat.

L’initiative fait suite à une enquête qui a étudié les indicateurs, la prévalence et le taux de harcèlement sexuel dans les contextes d’apprentissage, en particulier dans l’enseignement supérieur. Elle invite les autorités à œuvrer pour améliorer les contextes d’apprentissage pour les filles et les femmes et à établir des politiques contre le harcèlement sexuel dans l’enseignement supérieur.

Cette organisation développe des actions de sensibilisation, de développement du leadership et de tutorat et propose des conseils, une assistance juridique dans 36 établissements d'enseignement supérieur à travers les 10 provinces du Zimbabwe.

L’organisation travaille aux côtés du ministère de la Condition féminine et du ministère de l’Enseignement supérieur pour permettre une approche globale et complémentaire.

 

  • Directorate of Early Childhood Education Development, Indonésie

La Direction pour le développement de l’éducation de la petite enfance (Jakarta, Indonésie) du ministère de l'Éducation et de la culture est récompensée pour son projet qui vise à améliorer l’accès et la qualité de l’éducation pour les filles à travers l’éducation de la petite enfance dans les communautés.  

Le projet considère que, pour améliorer l'accès des filles à une éducation de qualité à long terme, l'intégration du genre dans l’éducation dès la naissance et jusqu’à l’âge de huit ans est nécessaire. Dans cinq provinces du pays, il cible les filles et les garçons dès leur jeune âge, les enseignants, les mères et les services de l'éducation à travers la socialisation précoce, la formation, des ateliers et des campagnes multimédias.

Le projet vise à augmenter la participation des filles à l’école et renforcer leur confiance en elles, tout en impliquant la communauté et les gouvernements locaux dans une approche interdisciplinaire et globale.