Construire la paix dans l’esprit
des hommes et des femmes

Libre accès à l’information scientifique

L’UNESCO promeut le libre accès (Open Access – OA) à l’information scientifique émanant des organismes de recherche bénéficiant de financements publics. Ces informations comprennent les articles de revues, les actes de conférences, les algorithmes et codes de recherche, ainsi que les ensembles de données de plusieurs types. L’information scientifique constitue un apport essentiel des chercheurs et la principale ressource pour l’innovation technologique. L’UNESCO soutient et encourage le libre accès – la mise à disposition en ligne pour tous de l’information savante, sans la plupart des barrières imposées par le droit d’auteur et le copyright – afin de favoriser la circulation du savoir, l’innovation et le développement socio-économique à l’échelle planétaire. L'UNESCO soutient la non-commercialisation de l'accès au savoir.

Le travail de l'UNESCO en matière de libre accès s’appuie sur la Stratégie sur le libre accès à l'information et à la recherche scientifiques, approuvée par les États membres lors de la 36e session de la Conférence générale. Cette stratégie repose sur trois piliers : fournir des conseils en matière de politique et établir des partenariats, renforcer les capacités et participer au débat mondial sur le libre accès. L'UNESCO soutient également l'adoption d'un instrument normatif international sur la science ouverte, afin de démocratiser l'accès au savoir scientifique.

Afin de fonder les conseils politiques sur les initiatives en cours et de créer des partenariats, l'UNESCO a coopéré avec le Réseau des revues scientifiques Redalyc, l’Institut indien de statistique et AmeliCA pour développer et maintenir un Portail mondial de l'accès libre (GOAP). Lancé en 2011, ce dernier est une plateforme en ligne spécialisée et instructive visant à informer les parties prenantes du libre accès du monde entier des dernières nouvelles, des initiatives régionales et des possibilités de partenariat. Il renforce également les capacités par le biais de ses canaux d'apprentissage, d'un flux de travail pour les revues en libre accès et d'outils de collecte en libre accès dédiés au COVID-19, à l'intelligence artificielle et aux données de masse (big data).

Les initiatives de l'UNESCO en matière de libre accès s'articulent autour de la nécessité pour la recherche scientifique de répondre aux besoins de la société et aux réponses aux défis actuels et futurs en matière de durabilité. Le programme de libre accès de l'UNESCO accorde une attention particulière à l'Afrique et aux pays en développement où, malgré des progrès importants dans la disponibilité des TIC, la prévalence du libre accès, tant en termes de production que d'utilisation, reste limitée. L'UNESCO travaille également avec ses partenaires pour réévaluer les contextes et les nouveaux récits des processus d'évaluation de la recherche et d'examen par les pairs.

Données ouvertes

Les actions de l'UNESCO en matière de données ouvertes visent à aider les États membres à maximiser le potentiel des technologies émergentes et leurs avantages sociétaux. Le travail de l'UNESCO sur les données ouvertes se concentre sur le caractère ouvert des données de recherche, des données gouvernementales, l'étiquetage des données et l'ouverture des données de masse (big data) pour l'intelligence artificielle.

Les données ouvertes étant le fondement de la recherche et alimentant la formation des systèmes automatisés, l'UNESCO soutient les initiatives de données ouvertes qui contribuent au développement et à l'amélioration de la qualité de vie par le biais du renforcement des capacités et des conseils politiques. L’UNESCO soutient le Défi Ensemble de données d'AI4D, dont l'objectif est la création, la conservation et le regroupement d’ensembles de données de qualité en langue africaine destinés à des tâches spécifiques de traitement du langage naturel. Ces ensembles de données sur les langues minoritaires et autochtones peuvent alimenter les applications d'intelligence artificielle qui facilitent la traduction des ressources d'apprentissage en ligne dans les langues minoritaires, augmentant ainsi les ressources disponibles pour les locuteurs de ces langues.

L'UNESCO est également l’un des membres fondateurs de l'Open for Good Alliance, une initiative visant à tirer parti des synergies avec les organisations internationales, régionales et nationales s'efforçant de stimuler l'utilisation de données localisées dans les systèmes d'intelligence artificielle pour résoudre les problèmes locaux.

Dans ces sphères, l'UNESCO soutient l’élaboration de référentiels de données ouvertes, aborde les problèmes de politique et renforce les capacités pour favoriser les conditions de libre accès et de gratuité des données ouvertes. L'UNESCO défend l'idée que les données doivent être ouvertes, mises à la disposition du public pour que chacun puisse y accéder, les utiliser et les partager, et respecter les principes FAIR : Facilement Trouvable, Accessible, Interopérable et Réutilisable. Des actions de sensibilisation sont également menées pour que les ressources de données ouvertes respectent les normes les plus strictes en matière de confidentialité et d'impartialité, afin de donner la priorité à la protection du droit à la vie privée des individus.