Construire la paix dans l’esprit
des hommes et des femmes

Politique pour la viabilité des médias communautaires

Gambie

Les médias communautaires, en particulier la radio communautaire, sont très importants en Gambie. À part Radio Gambia à Banjul, il n'y a pas d'autres stations de radio en activité dans le pays. Les Gambiens vivant en dehors de la capitale comptent principalement sur les stations de radio communautaires pour obtenir les informations dont ils ont besoin, car les stations diffusent dans les langues locales en plus de l'anglais. Comme les taux d'alphabétisation dans le pays sont estimés entre 50 et 60% et que la plupart des gens ne maîtrisent que les dialectes régionaux, la capacité des stations de radio communautaires à diffuser dans ces langues est essentielle pour diffuser leur contenu et créer un climat de confiance avec leurs auditeurs.

Huit stations de radio communautaires opèrent actuellement en Gambie et émettent depuis Kerewan, Farafenni, Bansang, Brikama Ba, Soma, Bwiam, Brikama et Kuloro. Créées à l'origine par des organisations internationales et de la société civile, ces stations de radio fonctionnent maintenant sous la propriété commune et sont dirigées par un conseil d'administration comprenant des dirigeants locaux, des autorités et des représentants des institutions qui les soutiennent.

Comme c'est le cas pour la plupart des radiodiffuseurs communautaires, la durabilité est le plus grand défi en Gambie. De nombreuses stations de radio communautaires continuent de compter sur du personnel bénévole et des contributions de l'étranger. Bien que la PURA (autorité de régulation des services publics) interdise officiellement aux radios communautaires de tirer des revenus de la publicité, elles autorisent officieusement les stations à recevoir des paiements publicitaires correspondant à 50% de leurs revenus. Cependant, la réglementation des médias communautaires en Gambie reste floue. L'UNESCO s'emploie à sensibiliser les détenteurs d'obligations et les parties prenantes des médias du pays à la politique en matière de médias communautaires durables, ainsi qu'à encourager l'établissement de réseaux solides de médias communautaires pour partager informations et connaissances.