Construire la paix dans l’esprit
des hommes et des femmes

Politique pour la viabilité des médias communautaires

Mongolie

Même si une grande proportion de Mongols vit à Oulan-Bator, une part importante de la population continue de mener une vie nomade ou semi-nomade et habite souvent des zones assez isolées, loin des grands centres et des grands médias. Les médias communautaires ont commencé à apparaître comme un moyen de communication viable dans le pays, en particulier grâce à leur capacité à atteindre ces populations difficiles à atteindre et à se concentrer sur les problèmes qui les concernent. À ce jour, neuf stations de radio communautaires fonctionnent en Mongolie, ainsi que l'Association de radio communautaire de Mongolie (CRAMO) qui les relie entre elles en un réseau.

Pour le moment, la Mongolie ne bénéficie d'aucun soutien spécifique pour le développement des médias communautaires dans le pays. De plus, la législation nationale ne distingue même pas actuellement les médias communautaires en tant que partie distincte de la sphère des médias. En outre, la CRC (Commission mongole de régulation des communications) est allée jusqu'à établir des lois qui imposent à tous les radiodiffuseurs de respecter un niveau minimal en termes de normes techniques, de personnel professionnel, de temps de diffusion et de revenus minimum. Comme il n'y a pas d'exception pour les radiodiffuseurs communautaires, la création et l'exploitation de nouveaux médias communautaires entraînent des coûts d'entrée et de maintenance élevés.

En raison de ces obstacles, le secteur des médias communautaires en Mongolie est confronté à de véritables défis en termes de durabilité. En suscitant une prise de conscience dans les recommandations de l'UNESCO sur les politiques relatives aux médias communautaires durables, l'Organisation envisage de réunir les radiodiffuseurs et les réseaux communautaires, les autorités des États et d'autres parties prenantes pour traiter des questions telles que l'attribution de spectre, les licences, les mécanismes de financement et les transitions numériques. En établissant des relations entre toutes les parties concernées, notamment par un dialogue constructif et le renforcement de CRAMO, l’UNESCO espère encourager le développement sain et durable du secteur des médias associatifs en Mongolie.