Construire la paix dans l’esprit
des hommes et des femmes

Migrations et sociétés inclusives

L'UNESCO met l'accent sur le visage humain des migrations. Les conséquences des mouvements de population à travers ses différents domaines de compétence, en inscrivant fermement ses interventions dans le cadre des droits humains.

Selon de nouvelles statistiques sur les migrations internationales des Nations Unies, en 2013, 232 millions de migrants - 3 pour cent de la population mondiale - vivent à l'étranger à travers le monde. De ce fait, les migrations internationales deviennent un élément-clé de la mondialisation et une question centrale sur l'agenda international.

La migration ouvre une multitude de possibilités pour les individus et les pays concernés. Elle représente pour les gens l’accès à un emploi, l'acquisition de compétences et de qualifications, l'amélioration des conditions de vie. Pour les pays d'origine et de destination, elle est un moteur de croissance et de développement. Parallèlement, en tant que processus, elle est marquée par d'énormes inégalités et de graves atteintes aux droits humains. Des interventions ciblées seraient donc nécessaires si tout son potentiel doit être exploré et ses aspects négatifs traités adéquatement.

L’engagement de l'UNESCO dans ce domaine émane de sa mission de promouvoir la paix, l’éradication de la pauvreté, le développement durable et le dialogue interculturel par l'éducation, les sciences, la culture, la communication et l'information. L'Organisation met en avant le visage humain de la migration et aborde les conséquences des mouvements de population à travers ses différents domaines de compétence, en s'appuyant sur les normes et les principes relatifs aux droits humains. Menées en collaboration avec un large éventail de partenaires – qui inclut les organisations intergouvernementales, les associations de la société civile et les universités – ses programmes et ses activités poursuivent les objectifs suivants :

  • Contribuer à un environnement politique propice à l'intégration sociale et l'inclusion des migrants 
  • Comprendre les liens qui unissent migration et éducation, ainsi que les défis posés par l'éducation interculturelle, les phénomènes de « fuite » et de « gain » des cerveaux, la mobilité des étudiants et la reconnaissance internationale des qualifications 
  • Aborder les dimensions sociales du changement climatique et des migrations, en particulier en ce qui concerne la gouvernance, les conflits, les droits humains et le droit international, l'égalité des sexes, le développement économique et humain et la santé publique

Parallèlement à ces initiatives, l'UNESCO participe activement aux efforts collectifs du Groupe mondial sur la migration (GMM). L'Organisation a présidée le GMM de juillet 2011 à mai 2012 (voir le rapport pour cette période). En 2013, l'Organisation a contribué aux préparations du GMM pour l'événement majeur que représente le Dialogue de haut niveau sur les migrations internationales et le développement, organisé par l'Assemblée générale des Nations Unies les 3 et 4 octobre 2013.

Le travail de l'UNESCO sur la migration est détaillé dans une publication (en anglais), intitulée Migration internationale et développement: Contributions et recommandations du Système international du Conseil des chefs de secrétariat de l’ONU, produite pour le Dialogue de haut niveau.

Voir aussi

 

Partenaires

La section de la migration internationale travaille étroitement avec plusieurs réseaux de recherches en migration tels que l’APMRN (Réseau de recherches sur les migrations en Asie-Pacifique), CEENOM (Réseau de recherches d’Europe Centrale et d’Europe de l’Est sur les migrations), PIECUM (Programme ibéro-américain sur l’éducation, la culture et les migrations) et l'Institut des Nations Unies pour l'étude comparative des processus d'intégration régionale (site en anglais).

Au travers de ces réseaux régionaux et de ces instituts, l’UNESCO fait la promotion de recherches comparatives sur la migration internationale et les politiques multiculturelles avec pour but d’améliorer la production de politiques dans ces domaines.

L’UNESCO coopère avec des grandes organisations internationales et régionales dans des activités et projets spécifiques :