Construire la paix dans l’esprit
des hommes et des femmes

Rapport de la Directrice générale de l'UNESCO sur la sécurité des journalistes et le danger d'impunité

Le rapport de la Directrice générale de l’UNESCO répond à l’appel de 39 Etats membres du Programme international pour le développement de la communication de l’UNESCO (PIDC)
 
Ce rapport est un mécanisme unique dans le système des Nations Unies permettant d’assurer le suivi des assassinats de journalistes. Sa première publication date de 2008 et fait suite à une Décision du Conseil Intergouvernemental du PIDC, qui fut renouvelée lors des sessions ultérieures en 2010, 2013, 2014 et 2016. Ces Décisions prient la Directrice générale de l’UNESCO de fournir un rapport analytique qui inclue les réponses reçues de la part des Etats membres concernés sur le suivi judiciaire des assassinats de journalistes. 
 
Le rapport est soumis tous les deux ans au Conseil Intergouvernemental du PIDC. Il constitue une occasion pour les Etats Membres de faire un bilan des développements mondiaux et de discuter des défis liés à la promotion de la sécurité des journalistes et au combat contre l’impunité. 
 
Décisions du Conseil Intergouvernemental du PIDC de l’UNESCO sur la sécurité des journalistes et la question de l’impunité : 2008, 2010 (en anglais), 2012, 2014 et 2016.

 

 Rapport 2020 de la Directrice générale sur la sécurité des journalistes et la question de l’impunité

 

 

Principales conclusions

 

  • En 2018-2019, l'UNESCO a enregistré un total de 156 meurtres de journalistes dans le monde. Globalement, au cours de la dernière décennie, un journaliste a été tué en moyenne tous les quatre jours. L'année 2019 affiche le plus faible bilan enregistré par l'UNESCO au cours de la dernière décennie, avec 57 morts.
  • L'impunité pour les crimes commis contre les journalistes continue de prévaloir. L'année 2020 a cependant vu une légère diminution du taux d'impunité, avec un pourcentage de 13 % des cas dans le monde déclarés comme résolus, contre 12 % en 2019 et 11 % en 2018.

  • En 2019, le plus grand nombre d'attaques mortelles a eu lieu dans la région de l'Amérique latine et des Caraïbes, représentant 40 % du total des meurtres enregistrés dans le monde, suivie par la région de l'Asie et du Pacifique avec 26 % des meurtres.

  • En 2020, 71 % des États membres ont répondu à la demande de la Directrice générale, ce qui représente une augmentation de 10 % par rapport à l'année précédente.

  • La plupart des journalistes ont été tués dans des pays sans conflit armé : En 2018-2019, 89 journalistes ont été tués dans des pays sans conflit armé (54 en 2018 ; et 35 en 2019). Le nombre de journalistes tués dans des pays en conflit armé s'élève à 67 (45 en 2018 et 22 en 2019). .

 

>> Brochure avec les points clés disponibles en français, anglais, espagnolarabe, russe et chinois.

>> Le rapport intégral est disponible en français.

 

  CAMPAGNE GLOBALE DES MéDIAS

 

 

Cliquez pour télécharger et partager tous les matériaux disponibles dans différentes langues le 2 novembre

 

#FinALimpunité

#ProtégezLesJournalistes