Construire la paix dans l’esprit
des hommes et des femmes

Convention internationale contre le dopage dans le sport

Dans un environnement sportif hautement compétitif, les athlètes et leur personnel d’encadrement subissent une pression très importante pour gagner. Ils peuvent, par conséquent, être tentés d'avoir recours à  des substances et des méthodes afin d’améliorer les performances. Ce phénomène ne se limite pas aux athlètes d'élite; les sportifs amateurs et les jeunes en général sont également entraînés vers le dopage. Le dopage est un problème de santé publique. Il met en danger les valeurs, l'éthique et l'intégrité du sport; et la santé de ceux qui y participent.

Compte tenu de son mandat en matière d'éducation et son engagement pour la promotion et la sauvegarde des valeurs fondamentales qui renforcent le sport, l'UNESCO est profondément préoccupée par l'érosion de l'éthique et l'iniquité créée par l'usage de drogues améliorant la performance des athlètes.

Entrée en vigueur le 1er février 2007, aujourd’hui ratifiée par 189 Etats parties, cette Convention est alors devenue la première Convention de l’UNESCO à avoir été ratifiée par un aussi grand nombre de gouvernements en un temps court après son adoption et la deuxième Convention abritée par l’UNESCO la plus ratifiée.

La Convention aide à harmoniser la législation, les directives, les règlements et les règles antidopage au niveau international afin de garantir à tous les athlètes un environnement juste et équitable.

Les gouvernements bénéficient d’une certaine latitude pour donner effet à la Convention, par des mesures d’ordre législatif, réglementaire, politique ou administratif. Cependant, les États parties s'engagent à :

  • encourager la coopération internationale pour protéger les athlètes et l'éthique du sport;
  • limiter la disponibilité des substances et méthodes interdites en luttant contre le trafic;
  • faciliter les contrôles antidopage et soutenir les programmes nationaux de contrôle;
  • encourager les producteurs et les distributeurs de compléments alimentaires à établir des «meilleures pratiques» en matière d’étiquetage, de commercialisation et de distribution des produits susceptibles de contenir des substances interdites;
  • soutenir la mise en œuvre de programmes d'éducation antidopage; et
  • promouvoir la recherche antidopage.

La Convention fournit un mécanisme d'assistance aux États parties pour concevoir et mettre en œuvre des projets spécifiques de renforcement des capacités antidopage, d'éducation et de politique à travers le Fonds pour l'élimination du dopage dans le sport.

Elle aide, en outre, à assurer l’efficacité du Code mondial antidopage (le Code). Le Code étant un document non gouvernemental qui s’applique uniquement aux organisations sportives, la Convention constitue le cadre juridique permettant aux gouvernements de traiter d’aspects spécifiques dans ce domaine.

À l’issue de la troisième Conférence internationale des ministres et hauts fonctionnaires responsables de l'éducation physique et du sport (MINEPS III - Punta del Este, Uruguay, 1999) et d’une table ronde ministérielle tenue à l’UNESCO en janvier 2003, près de 100 pays furent consultés pour élaborer le projet de convention. La Convention internationale contre le dopage dans le sport fut adoptée le 19 octobre 2005.

Mission 

La mission de l'UNESCO est d'assurer l'intégration des valeurs et une approche fondée sur les droits qui garantissent un environnement sain, honnête et équitable à travers une stratégie en trois dimensions:

  • Coopération internationale: l'UNESCO participe activement aux efforts internationaux visant à protéger l'éthique, l'intégrité et les valeurs tout en luttant contre le dopage dans le sport, notamment par la mise en œuvre de la Convention internationale contre le dopage dans le sport.
  • Éducation: L'UNESCO élabore des programmes d'éducation et de prévention contre le dopage encourageant les valeurs fondamentales du sport et informant les jeunes des conséquences morales, juridiques et sanitaires du dopage.
  • Renforcement des capacités: l'UNESCO aide les gouvernements à développer des programmes nationaux antidopage et fournit des conseils sur la mise en œuvre de la Convention. L’Organisation soutient également les efforts de recherche visant à élargir la base de connaissances éclairant les politiques antidopage, en particulier dans les domaines du trafic, des compléments alimentaires et des conséquences sanitaires du dopage.

Voir également