Construire la paix dans l’esprit
des hommes et des femmes

Promouvoir des politiques d’Éducation Physique de Qualité

L’Éducation Physique de Qualité (EPQ) est un apprentissage actif, inclusif et mutuel. Un programme d’EPQ adapté encourage les étudiants dans le développement de leurs compétences physiques, sociales et émotionnelles, pour qu’ils deviennent des citoyens ayant confiance en eux et socialement responsables.

 
 

 

Pourquoi l’Éducation Physique de Qualité est-elle essentielle ?

Combler le fossé entre les politiques et la pratique 

Afin de soutenir les gouvernements dans le développement de politiques nationales d’éducation physique centrées sur l’enfant et favorisant l’acquisition de compétences, l’UNESCO a développé  un « Package » de référence pour des politiques d’EPQ, en coopération avec le Bureau international de l’éducation (BIE), la Commission européenne, le Conseil international pour l'éducation physique et la science du sport (CIEPSS), le Comité International Olympique (CIO)Nike, l’Organisation mondiale de la Santé (OMS), le Programme des Nations Unies pour le développement (PNUD), l’UNICEF.

Grâce aux contributions de plus de 50 organisations et experts individuels, en provenance de toutes les régions du monde, le « Package » des politiques d’Éducation Physique de Qualité vise à :

 

 

 

Le processus de révision des politiques d’éducation physique

Sur la base des Directives pour une EPQ, l’UNESCO et ses partenaires accompagnent 4 pays (Afrique du Sud, Fidji, Mexique et Zambie) dans le développement de politiques d’éducation physique inclusives et centrées sur l’enfant.

Les politiques d’éducation physique révisées font la promotion du savoir-faire physiqueet de l’apprentissage fondé sur des valeurs pour un développement complet, et en lien avec les priorités mondiales en matière d’éducation.

Le processus de révision met un point d’honneur à l’engagement de diverses parties prenantes investies et affectées par les politiques d’EPQ, via des consultations visant à refléter les perspectives existantes sur le terrain au cœur des mesures politiques.

La contribution et l’expertise des pays pairs inspectant les documents révisés des politiques, qui sont engagés afin de partager des bonnes pratiques du monde entier et prêter assistance lors du développement des politiques, sont accompagnées d’une évaluation et d’un suivi rigoureux de la mise en œuvre du projet.

L’enseignement d'une Éducation Physique de Qualité est considéré comme une priorité dans deux domaines d'action principaux (I.3 et II.3) du Plan d'Action de Kazan, adopté le 15 juillet 2017 par la sixième Conférence internationale des ministres et hauts fonctionnaires responsables de l'éducation physique et du sport (MINEPS VI). Si vous souhaitez traiter cette question politique en particulier, vous pouvez consulter des exemples grâce aux deux outils en ligne listés ci-dessous pour référence:

  • Pour avoir accès aux documents clés développés au cours du processus de révision de la politique dans les différents pays pilotes pour une EPQ et consulter les parties prenantes nationales engagées, rejoignez les équipes en ligne sur le Laboratoire de politiques inclusives de l’UNESCO.
  • Pour en savoir plus sur la façon dont le processus de révision des politiques pour une EPQ est mis en œuvre dans les quatre pays pilotes, cliquez sur la carte suivante :
 

 

 

Savoir-faire physique

Des citoyens en bonne santé, compétents et actifs : le rôle primordial du savoir-faire physique 

La maîtrise du savoir-faire physique est le fondement de l’éducation physique. Il ne s’agit pas d’un programme en soi, mais du résultat de l’enseignement d’une éducation physique structurée, qui est plus facilement réalisable lorsque les apprenants sont regroupés par tranche d’âge et se saisissent eux-mêmes des opportunités propices à leur évolution.

L’éducation physique de qualité devrait permettre aux enfants et jeunes gens de devenir physiquement instruits et son enseignement est supposé intervenir dès la petite enfance et se poursuivre tout au long du cursus scolaire jusqu’à la fin de l’enseignement secondaire. Les habiletés motrices fondamentales représentent un aspect essentiel de la maitrise du savoir-faire physique. Elles sont aussi nécessaires pour avoir des citoyens en bonne santé, compétents et actifs.

Compte tenu de son importance dans la promotion d’un développement humain équilibre, les décideurs devraient mettre l’accent sur cet aspect précis en appuyant la maitrise du savoir-faire physique à travers des programmes d’éducation préscolaire adaptes, qui encouragent les enfants à s’adonner tous les jours à des jeux physiquement actifs tels que la course, le saut, l’escalade, la danse ou le saut à la corde.

La promotion de la maîtrise du savoir-faire physique doit alors rester un élément essentiel de tout programme d’éducation physique tout au long de l’enseignement primaire et secondaire.

À quoi ressemble une personne ayant acquis la maîtrise du savoir-faire physique ?

Les individus qui ont développé la maîtrise du savoir-faire physique ont confiance en eux, leur assurance étant en phase avec leurs habiletés motrices. Ils savent coordonner et contrôler leurs mouvements et font preuve d’une grande réactivité en réponse aux exigences d’un environnement qui évolue rapidement.

Ils entretiennent de bonnes relations avec autrui, démontrent de la sensibilité dans leur communication verbale et non-verbale et manifestent de l’empathie dans leurs relations. Ils prennent plaisir à découvrir de nouvelles activités et sont ouverts aux conseils et aux suggestions, fermement persuades que leurs efforts ne manqueront pas d’être récompenses.

Ces personnes apprécient la valeur intrinsèque de l’éducation physique, ainsi que sa contribution à la santé et au bien-être. Elles sont en mesure de regarder vers l’avenir et d’anticiper qu’elles pourront continuer à s’adonner à l’activité physique tout au long de leur vie.

Source : Whitehead (2010)

 

Contexte

En 2013, l'UNESCO a entrepris, en coopération avec l’association des North Western Counties pour l’éducation physique (NWCPEA), une enquête mondiale et une analyse documentaire sur la situation de l’éducation physique. L'objectif fondamental de cette recherche était de déterminer un ensemble d'indicateurs de référence sur la qualité de l'éducation physique (EPQ), qui pourraient être envisagés comme des aspects de base, et être adoptés et adaptés pour une mise en œuvre globale.

La recherche a conclu qu'il existe de nombreux cas d'engagement politique de la part d’instances gouvernementales en faveur de l'éducation physique, mais tandis que certains gouvernements se sont engagés à légiférer sur la prestation d'éducation physique, d'autres ont été lents ou réticents à traduire cela en actions, via une mise en œuvre effective et l'assurance d’une qualité de l’enseignement.

L'enquête a identifié sept domaines de préoccupation:

  • Les écarts persistants entre les politiques d’EP et leur mise en œuvre ;
  • Les lacunes constantes dans les temps d’enseignement prévus ;

  • La pertinence et qualité du programme scolaire d’EP ;

  • La qualité des programmes de formation initiale des enseignants ;

  • Les insuffisances dans la qualité et l'entretien des installations ; 
  • Les barrières persistantes à une prestation égalitaire et à l'accès pour tous ; 
  • L’insuffisante coordination entre l’école et la communauté.

 

 

Les résultats montrent participation à l’EPQ, dans le cadre d'un cursus complet, peut favoriser le développement :

  • De citoyens du monde, responsables et actifs ;
  • De compétences et de valeurs, telles que la pensée critique, créative et innovante, la résolution de problèmes, la prise de décision, l'empathie, les compétences interpersonnelles/de communication, le respect, la tolérance et la compréhension interculturelle, toutes étant nécessaires pour relever les défis du 21e siècle ;

  • D’élèves dotés d’un savoir-faire physique, avec les connaissances et la confiance nécessaires à la réussite scolaire ;

  • D’un engagement continu dans des activités physiques.

Ce que coûte l’absence d’investissement :

  • L'inactivité physique contribue au décès prématuré de 3,2 millions de personnes chaque année et représente 6% de la mortalité mondiale ;
  • On estime que les maladies non transmissibles deviendront la principale cause de décès en Afrique d'ici à 2030 ;

  • L'inactivité physique provoque plus de décès que le tabagisme ;

  • 80,3% des 13-15 ans dans le monde font moins de 60 min d'exercice par jour ;

  • Les enfants bénéficiant d’une prise en charge préscolaire et scolaire passent seulement 2-3% de leur temps à être actif.

 

Le « Package » pour des politiques d’EPQ