Journée internationale des femmes et des filles de science

À propos de la Journée

Le 22 décembre 2015, l'Assemblée générale a adopté la résolution A/RES/70/212 par laquelle elle décide de proclamer le 11 février de chaque année Journée internationale des femmes et des filles de science. 

est mise en œuvre par l'UNESCO et ONU-Femmes, en collaboration avec des institutions et des partenaires de la société civile qui visent à promouvoir les femmes et les filles.

Au cours des 15 prochaines années, la recherche scientifique jouera un rôle clé dans le suivi des tendances et la résolution des défis dans des domaines tels que la sécurité alimentaire, la santé, l'eau et l'assainissement, l'énergie, la gestion des écosystèmes et le changement climatique. Les femmes joueront un rôle essentiel dans la mise en œuvre des Objectifs de développement durable, en aidant à identifier les problèmes et à trouver des solutions.

Malgré les avancées remarquables réalisés au cours des dernières décennies en terme d'accès à l'éducation et au travail, les progrès ont été inégaux. Selon l'Institut de statistique de l'UNESCO (ISU), moins de 30% des chercheurs dans le monde sont des femmes. Les femmes sont toujours sous-représentées dans les domaines de la science, de la technologie, de l'ingénierie et des mathématiques (STIM), tant au niveau universitaire comme de la recherche. Et dans les domaines scientifiques où les femmes sont présentes, elles sont sous-représentées aux niveaux décisionnaires de l'élaboration des politiques et de la programmation.

Chaque échelon du système de recherche scientifique voit une baisse de la participation des femmes jusqu'à ce que, aux échelons les plus élevés de la recherche et de la prise de décision, elles soient très peu nombreuses. La science reste l'un des rares secteurs où les préjugés sexistes sont communs et considérés comme acceptables par certains. Le nombre de femmes scientifiques qui ont été reconnues comme leaders par des sociétés prestigieuses ou qui ont reçu des prix reste faible, malgré quelques exceptions notoires. Le manque de reconnaissance des réalisations des femmes contribue à l'idée fausse que les femmes ne peuvent pas faire de la science ou, du moins, pas aussi bien que les hommes.

S'attaquer à certains des plus grands défis de l'Agenda à l'horizon 2030 pour le développement durable, qu’il s’agisse de la santé ou du changement climatique, demandent de fomer un maximum de talents. C’est pourquoi il est impératif d’augmenter le nombre de femmes actives dans les domaines scientifiques. La diversité dans la recherche élargit le bassin de chercheurs talentueux, apportant ainsi de nouvelles perspectives, du talent et de la créativité.

Ceci exige de corriger les attitudes qui freinent l’accès des femmes aux disciplines scientifiques, en éliminant également les stéréotypes sexistes : les filles doivent pouvoir s'imaginer chercheuses, exploratrices, innovatrices, ingénieurs et inventeurs.