Journée internationale des femmes et des filles de science

Message

Message conjoint de Mmes Audrey Azoulay, Directrice générale de l'UNESCO et Phumzile Mlambo-Ngcuka, Directrice exécutive d’ONU-Femmes, à l’occasion de la Journée internationale des femmes et des filles de science

Notre avenir sera façonné par les progrès de la science et la technologie, comme l’a été notre passé. Or ces progrès prendront toute leur ampleur lorsqu’ils mettront à profit tout le talent, la créativité et les idées des femmes et des filles engagées dans les sciences.

La plupart des pays, industrialisés ou non, sont très loin d’avoir atteint la parité des genres dans le secteur des sciences, de la technologie, de l’ingénierie et des mathématiques (STEM) à tous les niveaux du système éducatif. Ce retard est source d’inégalités devant l’emploi. Selon les estimations de l’Institut de statistiques de l’UNESCO, les femmes occupent moins de 30 % des postes dans la recherche et le développement.

Les secteurs en expansion rapide des sciences et de la technologie sont essentiels à la croissance des économies nationales. Pour relever les grands défis du Programme de développement durable à l’horizon 2030, que ce soit dans le domaine de la santé ou du changement climatique, il faut mobiliser tous les talents. C’est pourquoi il est impératif que les femmes soient beaucoup plus nombreuses à entrer et faire carrière dans le secteur des sciences, de la technologie, de l’ingénierie et des mathématiques.

Réduire l’inégalité des genres dans les sciences exige d’abattre les nombreux obstacles auxquels les filles et les femmes sont  confrontées chez elles, à l’école et dans le milieu professionnel, et donc de changer les attitudes et combattre les stéréotypes. Il faut lutter contre les préjugés enracinés chez les éducateurs, les employeurs, les collègues et les parents sur l’aptitude des filles et des jeunes femmes à étudier les sciences – et à étudier tout court –, à poursuivre des carrières dans ce domaine et à diriger des institutions scientifiques.

Il est difficile pour les filles de s’imaginer en scientifiques, exploratrices, innovatrices, ingénieures ou inventeures quand les réseaux sociaux, les manuels scolaires et la publicité véhiculent des représentations réductrices des rôles sexués. D’où l’initiative « Unstereotype Alliance », alliance contre les stéréotypes sexistes, d’ONU-Femmes, qui veut encourager les publicitaires, les sociétés de technologie et les influenceurs à bannir les stéréotypes réducteurs sur le rôle des femmes dans la société. Ces représentations inexactes peuvent avoir un effet néfaste sur la carrière des femmes, notamment dans l’innovation sicentifique.

Dans son rapport de 2017, le Groupe de réflexion du secrétaire général de l’ONU sur l'autonomisation économique des femmes du Secrétaire général de l’ONU étudie l’impact négatif de ces normes sociales et souligne le besoin de dialoguer avec les enfants et les adolescents pour faire en sorte que, dès la prime enfance, filles et garçons se considèrent égaux en capacités. Il encourage à promouvoir des modèles de référence positifs comme un outil essentiel pour accroître la place occupée par les femmes dans l’économie mondiale.

Des femmes de pouvoir peuvent jouer un rôle de mentor et inspirer par leurs carrières les filles et les autres femmes en leur montrant la voie vers le succès dans les milieux universitaires, la recherche et l’entreprise. C’est pourquoi l’UNESCO et la Fondation l’Oréal s’associent depuis deux décennies pour distinguer les femmes scientifiques d’excellence à travers le Prix Pour les Femmes et la Science. Notre récent manifeste Pour les Femmes et la Science appelle à soutenir les talents des femmes et plaide pour une éducation des filles dans le domaine scientifique, afin d’offrir aux femmes des chances égales de participer pleinement aux diverses institutions scientifiques et d’y occuper des fonctions de direction.

ONU-Femmes et l’UNESCO continueront à œuvrer, au sein du système des Nations Unies et avec tous leurs partenaires des secteurs public et privé et de la société civile, pour que les filles et les femmes soient représentées plus équitablement et qu’elles aient accès à toutes les opportunités afin de prospérer dans les disciplines scientifiques et contribuer aux découvertes qui influenceront notre avenir.