Yennega

Figure emblématique du Burkina Faso, Yennega est la mère d’Ouédraogo, fondateur des dynasties des chefs moose. Elle aurait vécu entre le 14e et le 15e siècle. Personnage légendaire de l’Afrique de l’Ouest, Yennega représente une guerrière, une femme libre et indépendante d’esprit.

Dossier Pédagogique

Ecrire l’histoire de Yennega

L’importance de la tradition orale

Introduction

Chaque peuple, chaque société possède ses propres modes de transmission de la mémoire collective. Au Burkina Faso tout comme dans les pays voisins, la tradition orale (récits fondateurs, chronologies dynastiques, etc.) tient une place centrale dans la transmission de la mémoire. Au même titre que l’archéologie, la sociologie ou la linguistique, elle est donc une source incontournable de connaissance sur l’histoire des peuples. La tradition orale doit néanmoins être interprétée avec précaution. Seul un travail minutieux de comparaison entre les différentes sources, en lien avec d'autres disciplines, permet de mieux retracer l’histoire des peuples et d’identifier leurs origines communes.


Maimouna Dembelé. Photographie de Brenda Gael McSweeney, 1975.

Ce que l’on sait aujourd’hui de Yennega provient de la tradition orale moaga (récits fondateurs, chronologies dynastiques, mais aussi de documents écrits anciens, émanant de conteurs traditionnels.

Yennega et ses doubles

Au Moogo, pays des Moose -dans ce dossier pédagogique nous utiliserons les termes « Moose » pour le pluriel et « Moaga » pour le singulier-, il existe de nombreuses variantes du récit fondateur de la vie de Yennega. Ce personnage porte d’ailleurs différents noms selon les versions : « Yennega » dans la tradition moose dominante, « Poko » (Delafosse, 1912) ou « Yalanga » (Frobenius, 1924) dans d’autres versions.

Il existe par ailleurs un personnage similaire dans les récits des peuples voisins : il s’agit de « Kasyogo » chez les Dagomba (Izard, 2003) et de « Yantaure » chez les Mamprusi (Izard, 2003). Selon certaines hypothèses, il s’agirait du même personnage.

Le nom du père de Yennega varie lui aussi selon les traditions orales : « Nedega » de la tradition moaga, « Na Gbewa » dans la tradition Dagomba et « Na Bawa » dans la tradition mamprusi. Il est aujourd’hui admis qu’il constitue un ancêtre commun des dynasties mamprusi, dagomba et nanumba.

Comparer minutieusement les différentes traditions orales permet d’identifier des éléments communs des différents dynasties et des différents peuples.

A la croisée des histoires : une base commune

La comparaison des différents récits moose de l'histoire de Yennega permet d’identifier une base relativement commune, incluant notamment les éléments suivants :

- Elle est présentée comme la fille du Roi de Gambaga, établi au nord du Ghana actuel ;
- Elle est décrite comme une guerrière, une cavalière et une combattante exceptionnelle ;
- Elle rencontre un chasseur d’éléphant, étranger à sa communauté, et donne naissance à un fils, tout premier chef moaga.

A la croisée des histoires : des nuances apparentes


En comparant les différentes traditions orales moose, les mêmes éléments varient, par exemple :
- Le nom et le sexe des personnages changent ;
- Selon certaine sources, Yennega enfourche son cheval et fuit volontairement Gambaga suite à une dispute avec son père ;
selon d’autres sources, elle est emportée par son cheval qui s’emballe et l'emporte jusqu’à la forêt où elle rencontre un chasseur, futur père de Ouédraogo ;
- L’identité du chasseur change également : il est tantôt bisa (Carrière-Moulins, 1909 ; Prost, 1953), tantôt mandé (Tauxier, 1917).

Une histoire qui reste à écrire

Les récits portant sur Yennega sont directement liés à l’origine des Moose mais ne sont pas pour autant porteurs d’une vérité historique absolue. Ils sont utiles aux historiens lorsque les différentes sources sont comparées entre elles (traditions orales, généalogies et publications regroupant les enquêtes menées auprès des populations), en lien avec leur époque et leur contexte sociopolitique respectifs.





Il existe des ouvrages de qualité sur le sujet (voir la rubrique Ressources). Grâce à des approches novatrices et pluridisciplinaires, le travail des historiens permet de préciser au fil du temps l’histoire des Moose.