Programmes pour construire la paix

La construction d’une culture de la paix et du développement durable est au cœur même du mandat de l'UNESCO. La formation et la recherche pour le développement durable figurent parmi ses priorités ainsi que l'éducation aux droits de l'homme, les compétences en matière de relations pacifiques, la bonne gouvernance, la mémoire de l'Holocauste, la prévention des conflits et la consolidation de la paix.

Depuis 1945, l’UNESCO encourage le droit à l’éducation de qualité et l’avancement de la science ainsi que leur application pour développer le savoir et les capacités qui sont la clé du progrès économique et social, et le fondement de la paix et du développement durable.

La coopération internationale est encouragée à travers des programmes sur la gestion des sites transfrontaliers tels que les sites du patrimoine mondial, les réserves de biosphère, les géoparcs et les ressources en eau transfrontalières, ainsi que les programmes tels que L’eau pour la paix, ou Du conflit potentiel au potentiel de coopération (PCCP). L'UNESCO a été désignée par les Nations Unies pour coordonner l’Année internationale de la coopération dans le domaine de l’eau 2013 destinée à promouvoir une coopération plus étroite entre les pays pour répondre à un accroissement de la demande d'accès, de répartition des ressources et de services d'approvisionnement en eau.

Plusieurs projets internationaux établis sous les auspices de l'UNESCO visent à promouvoir la solidarité et la paix au Moyen-Orient grâce à la coopération scientifique. Il s'agit notamment de l'un des instituts de recherche les plus ambitieux au Moyen-Orient, connu sous le nom de SESAME (Centre international de rayonnement synchrotron pour les sciences expérimentales et appliquées au Moyen-Orient) et également de l'Organisation scientifique israélo-palestinienne (IPSO).

S’agissant de science, grâce à son mandat intergouvernemental et  sa composition universelle, l’UNESCO a concentré ses activités sur les préoccupations à l’échelle mondiale appelant la collaboration multinationale, telles que les problèmes de gestion des ressources en eau douce, la santé des océans, le changement climatique, les énergies renouvelables, la prévention des catastrophes naturelles, la perte de biodiversité le renforcement des capacités en science, technologie et innovation.

En outre, la connaissance des droits et des libertés est considérée comme un outil fondamental pour garantir le respect des droits de chacun. Le travail de l’UNESCO en matière d’éducation aux droits de l'homme est guidé par le Programme mondial en faveur de l’éducation aux droits de l’homme.

L'UNESCO s'inquiète de la montée du racisme, de la xénophobie et de l'intolérance qui y est associée, et considère que l'éducation est essentielle pour renforcer les fondements de la tolérance, réduire la discrimination et la violence. Lancé le 18 Janvier 2012, le projet « Enseigner le respect pour tous », une initiative conjointe de l’UNESCO, des États-Unis d’Amérique et du Brésil, vise à concevoir un cadre pédagogique que les pays pourront adapter à leurs propres contextes et besoins respectifs afin de lutter contre le racisme et promouvoir la tolérance.

L'UNESCO reconnaît également que l'enseignement des leçons de l'Holocauste est essentiel pour rétablir le respect des droits humains, des libertés fondamentales et des valeurs de tolérance et de respect mutuel. Les États membres de l’Organisation des Nations Unies sont encouragés à élaborer des programmes éducatifs pour transmettre la mémoire de l'Holocauste aux générations futures afin d’empêcher que le génocide ne se reproduise. L'UNESCO met à disposition des outils d'apprentissage et une plateforme éducative pour les établissements d’enseignement, les enseignants, les étudiants et les parties intéressées, afin de leur permettre ainsi d'accéder aux ressources sur l’éducation pour perpétuer la mémoire de l’Holocauste.

Actualités

Événements

Publications