Construire la paix dans l’esprit
des hommes et des femmes

Commission mondiale d’éthique des connaissances scientifiques et des technologies (COMEST)

La Commission mondiale d’éthique des connaissances scientifiques et des technologies (COMEST) est un organe consultatif et un forum de réflexion mis en place par l'UNESCO en 1998.

La Commission est composée de 18 éminents spécialistes des disciplines scientifiques, juridiques, philosophiques, culturelles et politiques, de diverses régions du monde et nommés par la Directrice générale de l'UNESCO à titre individuel. La Commission compte également onze membres ex officio représentant des programmes internationaux de l'UNESCO en sciences et communautés scientifiques mondiales.

Elle a pour rôle d’énoncer des principes éthiques susceptibles d’éclairer les débats des responsables politiques à la lumière de critères qui ne soient pas strictement économiques.

La COMEST travaille dans plusieurs domaines : l'éthique environnementale, en référence notamment au changement climatique, la biodiversité, l'eau et la prévention des catastrophes. Elle travaille également à la promotion de l'éthique des nanotechnologies liée aux questions nouvelles et émergentes dans les technologies convergentes. Son action comprend également les questions éthiques liées aux technologies de la société de l'information, et l'éthique scientifique ; et les questions de genre dans l'éthique des sciences et des technologies.

Depuis la création de la COMEST, ses modalités de fonctionnement sont fixées par ses statuts, adoptés par le Conseil exécutif lors de sa 154e session.

Quels sont les rôles de la COMEST ?

  • Conseiller l’Organisation sur l’orientation de son programme relatif à l’éthique des sciences et de la technologie ;
  • Être un forum intellectuel et un lieu d’échange d’idées et d’expériences ;
  • Déceler les signes précurseurs de situations à risques ;
  • Jouer le rôle de conseiller auprès des décideurs politiques ;
  • Promouvoir le dialogue entre la communauté scientifique, les décideurs politiques et le grand public.

 

Quels sont les critères de sélection des membres de la COMEST ?

Le Directeur général nomme les 18 membres de la COMEST dont le mandat est fixé à quatre ans. Les membres de la Commission sont des personnalités éminentes : scientifiques, ingénieurs, juristes, philosophes ou experts dans les domaines de la culture, de la religion ou de la politique. La répartition et la couverture géographiques des différentes disciplines et écoles de pensée sont l’un des critères pris en compte. Lors de chacune de ses sessions ordinaires, la Commission élit un président, deux vice-présidents et un rapporteur qui composent le Bureau de la COMEST.

 

Qui est habilité à participer aux réunions de la COMEST ?

  • Les États membres et les Membres associés de l’UNESCO sont autorisés à participer aux réunions de la Commission en tant qu’observateurs ;
  • Les États qui ne sont pas membres de l’UNESCO mais qui sont membres des organismes du système des Nations Unies sont autorisés à participer aux réunions de la Commission en tant qu’observateurs à l’invitation du Directeur général ;
  • L’ONU et les autres organismes du système des Nations Unies avec lesquels l’UNESCO a conclu un accord prévoyant une représentation réciproque sont autorisés à participer aux réunions de la Commission en tant qu’observateurs ;
  • La Commission fixe, en accord avec le Directeur général, les conditions dans lesquelles les organismes intergouvernementaux et les organisations non gouvernementales internationales dont l’objet est similaire à celui de la Commission peuvent être invités à assister à ces débats.

 

Orientation

Les activités de l’UNESCO dans le domaine de l’éthique des sciences et de la technologie sont plus particulièrement axées sur la mise en œuvre de la nouvelle orientation donnée à la COMEST depuis la 32e session de la Conférence générale. Cette orientation revêt trois dimensions.

  • Premièrement, elle vise à ramener au niveau régional le débat mondial, afin d’établir des rapports plus directs avec la communauté scientifique et d’attirer l’attention sur les questions qui concernent plus particulièrement certaines régions. Lors de sa 3e réunion, en décembre 2003 à Rio de Janeiro, la COMEST a entériné cette approche.
  • Elle a pour objectif de fournir aux États membres des outils précis et disponibles en temps utiles, en particulier grâce à des activités visant à établir des normes. En vertu des décisions adoptées lors de la 169e session du Conseil exécutif, le Directeur général, sur les conseils de la COMEST, doit mener des études sur l’opportunité de rédiger un document de portée internationale sur l’éthique de l’espace extra-atmosphérique et une déclaration internationale sur l’éthique des sciences pouvant poser les fondements d’un code de conduite éthique à l’intention des scientifiques, ainsi que sur les actions internationales susceptibles d’être menées dans le domaine de l’éthique environnementale.
  • Enfin, elle a pour objectif de faire respecter ces règles par la communauté scientifique et par les dirigeants politiques, sensibilisant ainsi l’opinion aux questions d’éthique et donnant aux parties prenantes les moyens de leur apporter des solutions. L’enseignement de l’éthique dans le cadre de l’enseignement des sciences revêt une importance capitale.

 

Programme de travail pour 2018-2019

Sur la base des discussions eues lors de la 10e session de la Commission mondiale d’éthique des connaissances scientifiques et des technologies (Paris, septembre 2017), le Bureau de la COMEST a finalisé en septembre 2017 le programme de travail de la Commission pour 2018-2019 comme suit :

  • La Commission poursuivra sa réflexion sur « L’éthique de l’eau : les océans, l'eau douce, les zones côtières », avec la participation de la Commission océanographique intergouvernementale de l’UNESCO (COI) et le Programme hydrologique international (PHI), afin de de finaliser ce travail au cours de ce biennium.
  • La Commission abordera également le sujet de l’Internet des objets (IdO), en tenant compte des considérations éthiques de l'IdO en relation avec la société, la science et la durabilité. Ce travail s'appuiera sur le rapport récemment finalisé de la Commission sur la robotique éthique, avec la participation du Secteur de la communication et de l'information de l'UNESCO.

La Commission reste ouverte en vue d’aborder d'autres problématiques liés à l'éthique des sciences et des technologies qui pourraient émerger au cours du biennium 2018-2019.

 

Bureau

Lors de sa 11e session (ordinaire), la COMEST a procédé à l’élection de son Bureau : un Président, deux Vice-Président(e)s et un Rapporteur, qui exerceront leur mandat jusqu’à la fin de la 12e session (ordinaire) en 2021, à condition qu’ils/elles restent membres de la Commission.

Les membres suivants ont été élus membres du Bureau :

Président

  • M. Peter-Paul Verbeek (Pays-Bas)

Rapporteur

  • M. Tomislav Bracanović (Croatie)

Vice-président(e)s

  • M. Zabta K. Shinwari (Pakistan)
  • Mme Grace Sirju-Charran (Trinité-et-Tobago)